http://ecrire.clicforum.com 2011-07-26 Créations littéraires :: mathilde
  Créations littéraires
 
Index
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 


 Bienvenue  
mathilde

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace Nouvelles, Autobiographies, Textes et Récits courts -> Récits, textes courts
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
eysseric
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2010
Messages: 215
Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Jeu 20 Jan 2011 - 12:11    Sujet du message: mathilde Répondre en citant

Je me souviens de cette grossesse comme si c’était hier. Et puis, comment l’oublier : lorsqu'il m'a annoncé qu'il me quittait, j'ai été anéantie et ne lui ai pas dit qu'un enfant, notre enfant, l'enfant de notre amour, grandissait en moi. Un grand froid m'avait saisie, qui ne m'a plus quittée. Plus rien à offrir ni à partager, solitude glacée.

Je m’étais ensuite longuement posé la question : le gardè-je ou pas ? Et puis, la pensée que Bernard assumerait une paternité dont il était parfaitement innocent me réjouissait grandement. Les délais impartis étant largement dépassés, j'ai gardé ce foetus.

Il a compris que sa présence au plus profond de moi n’avait qu’un lointain rapport avec ce qu’il est convenu d’appeler le désir d’enfant. Il m’a très vite fait comprendre, par ses ruades incessantes, qu’il fallait compter avec lui. Je lui ai tout aussi rapidement répondu par des contractions utérines dont j’escomptais que la constriction exercée l’amènerait à résipiscence. Et notre tandem s’est acheminé, caïn-caha, vers notre délivrance commune, laquelle a inauguré une autre sorte de combat.

Quand Mathilde est née, son "père" l’a tout de suite adoptée, ainsi que ses sœurs aînées. Ma froideur à son égard se dissimulait sous une épaisse couche de principes éducatifs solides, dont il semblait impossible de me faire grief tant ils étaient expliqués, circonstanciés et illustrés par les nombreux exemples calamiteux que fournissait notre entourage. Et comme le régime spartiate infligé à Mathilde était largement compensé par toutes les câlineries, les faveurs et l’amour prodigués par les autres membres de la famille, chacun y trouvait son compte. Le mien étant toujours déficitaire, de mon point de vue, je décidai d’y remédier.

Il me souvient de vacances familiales que nous avions passées dans le Sud espagnol. J’avais beaucoup insisté pour que nous séjournions à M…, dont la situation géographique m’agréait particulièrement. Quel charmant lieu de villégiature ! La mer y était toujours forte à agitée ; la petite voie ferrée serpentait dans le village, en toute liberté ; la baie se refermait aux abords de notre hôtel en escarpements rocheux pleins d’imprévu ; la route nationale qui desservait M… passait devant l'hôtel. Nous avions toutes les commodités. Bernard était moins enthousiaste :
« A l’âge des enfants, n’est-ce-pas un peu dangereux ? »
« Voyons Bernard, cesse de considérer tes filles comme calissons dans leur boîte ! Elles sont parfaitement averties et de toute façon, nous ne les quittons pas d’une semelle ! ».
Nous nous étions installés et profitions de notre séjour.

Un soir que nous buvions l’apéritif, occupés à regarder un chalutier rentrant au port escorté d’un essaim de mouettes gueulantes, Mathilde, qui avait 3 ans, me demande en aparté de l’accompagner aux toilettes : « Tu vas derrière cette maison, là, en face, celle avec la porte bleue, et tu reviens quand tu as terminé ». Mathilde s’est éloignée, non sans m’avoir longuement regardée. Trois heures plus tard et après que tout le village nous ait aidés à chercher Mathilde qui avait disparu, elle est arrivée, accompagnée d’une dame qui a expliqué l’avoir trouvé errante et manifestement perdue plantée au milieu des rails de la voie ferrée, là-bas, à l’autre bout du village. Dieu que son père était heureux ! Et ses sœurs lui ont fait une fête bruyante et désordonnée, à la mesure de l’angoisse éprouvée. Mathilde me regardait. Je me suis mordu la langue jusqu’au sang et la douleur m’a mis les larmes aux yeux. Ce sera pour une autre fois, me suis-je dit.

Depuis, j’attends. La glace est d'une infinie patience.
Revenir en haut
MSN
Publicité






MessagePosté le: Jeu 20 Jan 2011 - 12:11    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Jeu 20 Jan 2011 - 21:26    Sujet du message: mathilde Répondre en citant

J'ai comme l'impression d'être tout à fait au milieu d'un roman.

Il n'y a pas l'ombre d'une quelconque hésitation de l'auteur qui donnerait l'impression de produire un court texte juste pour voir. Au contraire, le style est relevé, comme si l'effort est soutenu par un avant et un après du récit.

Ce morceau là ne peut pas avoir existé tout seul, j'en ai l'intime impression, à défaut de conviction.

Pour le fond, un solide canevas est là pour faire des ravages de lecture d'un roman poignant.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
eysseric
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2010
Messages: 215
Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Ven 21 Jan 2011 - 21:22    Sujet du message: mathilde Répondre en citant

Tu vas m'obliger à essayer d'écrire un roman... et ça m'agaaaaaaaaaaaaaace.
Comme j'ai répondu une fois à Humphrey, pour ne pas le nommer, qui m'interrogeait sur le fait de savoir à quoi ça rimait ces textes courts (je caricature, mais ça me semble un bon digest), j'ai été une fan de Françoise Giroud : en un petit encart, elle savait toucher là où ça faisait mal, avec justesse et humanité. Elle a commis quelques ouvrages : ils ne m'ont pas emballée, si ce n'est dans ce qu'ils permettaient de mieux LA comprendre, mais c'est anecdotique pour moi et, de plus, je ne suis pas persuadée qu'ils l'honoraient.
Je suis naturellement sur ce registre : des vignettes de vie comme elle va.
Curieusement, je suis grande lectrice, dévoratrice et papivore et un pavé de 1.000 pages non seulement ne me fait pas peur mais me réjouit d'entrée. Paradoxe, quand tu nous tiens...
Donkkkkkkkkk : ce texte là existe tout seul et il n'y aura pas de roman poignant, tout est dit. Je vais d'ailleurs, et dans la foulée, en poster un autre du même acabit.
Cela étant, je réfléchis à quelque chose de plus long, qui m'intéresse à deux titres : phénomène de société et challenge d'écriture. On verra... et j'rigole
Je te remercie de m'encourager
Revenir en haut
MSN
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Ven 21 Jan 2011 - 21:46    Sujet du message: mathilde Répondre en citant

Dommage !

Il te faut un coup de...cravache pour t'obliger à obtempérer aux désiratas de tes fans, ou alors une virée vers un site littéraire (accès restreint) où l'émulation des autres saura te tirer les vers et les phrases du nez. Sur ce site, bien de mes connaissances disaient comme toi au départ. Mais à la fin, je me suis retrouvé à commenter leurs romans en entier et chapitre par chapitre.

Si ce n'était  la gestion de ce forum, j'aurais continué à y être jusqu'au bout.

www.tnncie.aceboard.fr

Tu mérites un accompagnement par l'émulation, l'exemple, l'encouragement continu, l'édition, et des gars du métier de l'écriture qui savent tirer vers le haut les talents en suspens.

Je ne me saborde pas en indiquant des tuyaux de valeurs , je compte sur la fidélité .
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Humphrey
Modérateur global
Modérateur global

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 703
Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Dim 23 Jan 2011 - 17:27    Sujet du message: mathilde Répondre en citant

Avec toi Eysseric, c'est toujours "court mais bon" !

Il n'y a pas de doute, je le savais déjà mais maintenant j'en suis sûr : tu écris vachement bien !
Revenir en haut
eysseric
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2010
Messages: 215
Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Lun 24 Jan 2011 - 10:28    Sujet du message: mathilde Répondre en citant

Oui c'est court, mais bon... J'fais ce que j'peux et sais faire.
Te remercie beaucoup, c'est gentil et encourageant bien sûr.
Va falloir que je m'y frotte... au roman ou simili.
Je m'arrache déjà les cheveux
Revenir en haut
MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:37    Sujet du message: mathilde

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace Nouvelles, Autobiographies, Textes et Récits courts -> Récits, textes courts Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Referencement
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group -- Template created by dav.bo=> GreenStylus --

Portail | Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation