http://ecrire.clicforum.com 2011-07-26 Créations littéraires :: bonnes vacances
  Créations littéraires
 
Index
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 


 Bienvenue  
bonnes vacances

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace Nouvelles, Autobiographies, Textes et Récits courts -> Récits, textes courts
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
eysseric
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2010
Messages: 215
Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Ven 21 Jan 2011 - 22:05    Sujet du message: bonnes vacances Répondre en citant

Bonnes vacances
C’était un branle-bas de combat qui semblait ne jamais devoir finir. Les cris, les insultes, les coups. L’homme et la femme ne connaissaient que ça pour exprimer tout l’amour qu’ils éprouvaient l’un pour l’autre et pour leurs enfants.
Les valises ont quand même été bouclées, après qu’il ait vérifié dix fois, vingt fois, que tout était à sa place, celle qu’IL  avait décidée. La soirée allait vite se terminer maintenant. Les deux enfants seraient couchés, vite, sans un mot, sans un bonsoir, sans une gifle ni une fessée pour préparer au sommeil réparateur. Le quota était atteint ce soir, demain serait un autre jour.
 

Elle avait cinq ans, son frère trois. Au petit matin, très tôt, encore embrumés de sommeil et nauséeux, ils avaient été réveillés d’un « Ouste, debout, c’est l’heure de partir ». A peine le temps d’enfiler les habits de la veille, de grappiller un morceau de pain rassis sur la toile cirée graisseuse de la cuisine, ils étaient montés tous les quatre dans la voiture rutilante pour partir en direction de la Côte d’Azur, à Cavalaire, en vacances.
 

Le voyage n’en finissait pas de s’étirer, monotone, tendu. Le père, comme à son habitude, conduisait dangereusement, coupant les virages, dépassant les autres véhicules in extremis,  juste avant que l’arrière du véhicule dérangeant n’ait semblé bondir dans l’habitacle, un brutal crochet vers la gauche, un « Connard » lancé haineusement, mâchoires serrées, invectivant à tout bout de champ. La mère, tétanisée de peur, rencognée sur son siège, essayait vainement de dormir pour ne plus voir les arbres bondir sur elle, les camions se précipiter sur la voiture, pour ne plus entendre les coups de klaxon rageurs, les injures du conducteur, les pleurs du petit. Mais ses mains crispées, l’une à la poignée, l’autre au siège, montraient que cet espoir était déçu et que la route serait longue.
 

Le petit pleurait, collé à sa sœur qui le repoussait de temps en temps, agacée. Elle savait cependant qu’il fallait qu’elle l’accepte, qu’elle l’occupe et le calme, sinon le père ne supporterait pas longtemps de l’entendre sangloter et gémir. Il ne supportait rien ni personne, surtout pas ses enfants, encore moins sa compagne, elle l’avait compris. Alors, elle reprenait son frère contre elle, l’embrassait sur la joue, chantonnait pour l’endormir, tout doucement, pour ne pas déranger. Mais il pleurait encore et encore.
-          Le petit a faim. Il faudrait que tu t’arrêtes pour que je le fasse manger.
-          Pas question, ce n’est pas l’heure. Il attendra. On s’arrêtera à 13 heures, c’est programmé. Il attendra. Comme moi. Moi aussi j’ai faim, et je ne pleurniche pas.
Et le petit pleurait toujours. Et le père s’énervait. Et la mère ne disait plus rien, ne bougeait pas, toujours crispée et accrochée de plus belle.
 

Elle a sorti son mouchoir de sa poche, a pris son frère contre elle, lui a mis un coin du mouchoir dans la bouche, a chantonné. Il s’est mis à téter goulument et ses sanglots se sont apaisés. Elle était fière d’elle, elle savait s’en occuper, elle l’aimait. Il était si petit, son frère. Elle continuait à chantonner doucement, si doucement, s’arrangeant pour que le bruit du moteur couvre sa voix. Elle savait que son existence était conditionnée par son silence, son obéissance, son absence de présence. Elle avait appris. Elle apprenait à son frère, en chantonnant toutes les chansons de l’école, ce lieu magique, ce havre de paix et de découvertes, sa terre promise, sa part de ciel. Elle voyait Marie, si douce, si riante et pleine de vie, son amie, elle voyait maîtresse, si gentille, elle voyait Francis qui partageait toujours son goûter avec elle qui n’avait rien d’autre à offrir que l’amour dont elle débordait. Elle s’est endormie.
 

La voiture s’est arrêtée brutalement sur le bas-côté.
-          C’est l’heure de bouffer, sortez les mioches.
Elle s’est éveillée en sursaut, sur le qui-vive. Elle a redressé tendrement mais fermement son petit frère lové contre elle, yeux ouverts sur un infini d’amour, un coin de mouchoir au bord des lèvres. Mais il ne voulait pas bouger. Elle l’a encouragée doucement. Mais il ne voulait pas bouger. Il était tout mou, comme sa poupée Patricia. Elle lui a murmuré à l’oreille : « Lève toi, sinon il va nous battre tous les deux ». Il n’a pas bougé.
 

Il s’était étouffé dans le sommeil, avec le mouchoir, mais cela, elle ne le comprendrait que plus tard, bien plus tard, après que l’ambulance soit arrivée, les gendarmes aussi, et qu’on lui ait demandé pourquoi elle avait tous ces bleus et ces cicatrices sur tout le corps.
Revenir en haut
MSN
Publicité






MessagePosté le: Ven 21 Jan 2011 - 22:05    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Ven 21 Jan 2011 - 22:24    Sujet du message: bonnes vacances Répondre en citant

La description est entraînante et ne rate rien, mouvements, bruits, énervement, cogitations, résignation...

C'est vivant .

L'effet de surprise de la chute a été, pour moi, moins "traitre" car dès la prononciation du mot mouchoir dans la bouche, j'ai imaginé la catastrophe une trotte de kms avant la halte.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:58    Sujet du message: bonnes vacances

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace Nouvelles, Autobiographies, Textes et Récits courts -> Récits, textes courts Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Referencement
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group -- Template created by dav.bo=> GreenStylus --

Portail | Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation