http://ecrire.clicforum.com 2011-07-26 Créations littéraires :: Deux trains de vie
  Créations littéraires
 
Index
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 


 Bienvenue  
Deux trains de vie

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace Nouvelles, Autobiographies, Textes et Récits courts -> Nouvelles
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
nine
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 07 Mar 2009
Messages: 37
Balance (23sep-22oct)

MessagePosté le: Lun 17 Oct 2011 - 18:40    Sujet du message: Deux trains de vie Répondre en citant

Deux trains de vie



(Du simple voisinage à la mise en demeure.)





Juste derrière chez moi,
j’entends passer le train que je ne prends jamais.


C’est au rez-de-chaussée qu’habite mon voisin qui, dès petit matin, invite le vin blanc à coté du café.
Moi, je loge au premier, mais j’ai quelque raison d’imaginer cela.
Sortant de la maison, descendant l’escalier de bonne heure dans le froid, je m’arroge le droit de jeter quelquefois un regard enquêteur, avide et curieux, à travers le carreau dont le verre livide et embué dessine - halo mystérieux - la silhouette spartiate de l’homme en ses pénates.

Sa mine blette et déconfite, comme un fruit qui gèle en hiver, promène autour de la cuisine une paire de prunelles, glauques et irréelles, que quitte par instants toute forme de vie. Ainsi que l’on s’acquitte d’une dette souscrite ailleurs et autrefois.
Quand la course du temps se bornait à un leurre, qu’un semblant de frisson simulait le bonheur, éphémère, fugace.
Avant que viennent la rancœur et l’amère désillusion.

Ses gestes incertains.
Sa main. Qui chasse, haut les cœurs ! de son front taciturne les poussières nocturnes, tenaces dans les rides, et bridant la raison.
Son pas lourd et pesant, qui traîne ses savates sur les lattes du sol où se lit par endroits l’usure des saisons, comme pour balayer des fissures antiques.
Sa main lasse, sans âge.
Relique du passé parcourant sa figure, pour effacer les plis que la nuit a laissé, et la débarrasser des bourrons de lainage de la couverture.

C’est en vain que je tâche de ne pas me montrer lorsque en catimini j’observe ainsi le nid et les frustres manières de monsieur mon voisin.
Car il est aux aguets.
Mais ne prend pas ombrage de mes nombreux passages. C’est bien tout le contraire : il semble presque heureux.
Je le regarde impunément, et lui ne se met pas en garde.

Jeune femme racée, j’aime assez cependant m’encanailler parfois de façon raffinée, et taper la belote, au soir, avec les potes, aguerris et rompus, du voisin de palier du voisin de dessous. Qui a bu tout son saoul et fait triste ripaille, causerie solitaire, avant que les copains, rimailles avinées, arrivent sur la rive où s’échoue d’ordinaire un rebut, dix de der, et tout dernier compère à qui faire ma cour.

Double waters sur cour.
Comme je vais, matin, faire un petit pipi au parfum de jasmin, tout d’organdi vêtue, je hume les urines dont les hommes parfument le petit endroit. Je n’ai pas d’autre choix, la demeure est pourvue d’une seule cabine.
Je fume le cigare, ainsi que George Sand. Pas n’est question de mode : cela me raccommode des odeurs de pisse.
Et si je suis en panne un dimanche à midi, je ne fais pas la moue, révise ma demande, et ne recule pas devant le ridicule.
Quand je toque à sa porte, mon voisin qui gît las abîmé dans ses loques, gesticule soudain, déclenche le verrou et, gentil, me propose, sans un effet de prose, des Gitanes maïs. C’est en toute amitié, je peux en être sûre.
Je ne suis pas bégueule, n’ai cure du dit-on et du qu’en-dira-t-on.
Ne suis-je, comme lui, feuille que vent emporte ?
Baroque en ma tenue, moitié écervelée, parfois je me déhanche au mépris de l’usage régnant dans la rue.
Je ne suis pas très sage, m’épanche volontiers, me donne à regarder aux passants de passage et autre locataire de la propriétaire.

Ainsi coule la vie, tranquille, sans soucis, dans cet humble logis qu’elle offre aveuglément, contre cent francs quand même : pourvu que ça rapporte, elle ferme les yeux, les portes, les ouïes, dès à la nuit tombée.
Encaisse en fin de mois les retards de loyer.
Laisse s’acoquiner les copains tard le soir.
Ou tôt petit matin.
Et s’en va se coucher.



Juste derrière chez moi,
j’entends passer le train que je ne prends jamais.



Ayant un train de vie quelque peu incertain, il m’arriva un jour, sans véritable entrain, parodie de l’amour en guise de merci pour services rendus, de m’allonger soumise et moitié nue, un peu sotte, un rien grise, sous le corps et l’envie de mon pote et voisin.

Mais lequel ?

J’oubliai tout soudain.

Le voisin de palier de celui qui habite le rez-de-chaussée ?
Ou celui du dessous du premier ?
Ou celui du dessus du panier ?
Mais qu’importe après tout !



Juste derrière chez moi,
j’entends passer le train que je ne prends jamais.




***





Ce fut un soir d’automne, où la douceur de l’air était particulière, agitant feuilles mortes jusque au fond de l’impasse, que l’âme décrassée et d’un cœur bien léger je décidai enfin de boucler mon bagage.
Jetant sans un regret, et sans plus de façon, inutile déchet, le tableau écaillé de mon long célibat.


Et ce train que j’entends
depuis la nuit des temps
passer près de chez moi
roulera sur les rails de la belle aventure.



Et mon petit train-train, et mes petits tracas, je les laisserai là, à portée de voisins. Ceux-là trouveront bien une autre partenaire afin de compenser mon absence au tripot, stripteasant le poker bien autrement que moi.
Et ma propriétaire, vieille dame arrangeante, conviendra, c’est certain, qu’une autre locataire brasse le jeu de carte en lisant les tarots.
Ce serait à propos.
Il faut que je m’écarte.



Et ce train que j’entends
depuis la nuit des temps
passer près de chez moi
roulera sur les rails de la belle aventure.



Jetant à la poubelle tous les objets témoins de mes années perdues, le plus petit détail, je pliai à la hâte quantité de choses : un peu de linge fin, des fichus de dentelle, et des mouchoirs brodés de roses délicates.
Des tailleurs à la mode nouvelle, qu’une erreur me fit trouver beaux… Il me fallut surseoir à leur destination.
J’hésitai un instant à déposer ensuite un lot de bibelots d’un goût plus que douteux. Poussières à l’abandon sur un bout d’étagère, ils échouèrent aux ordures, parmi les épluchures de la maisonnée.
Foin des vieilles affaires ! Ne suis-je demoiselle ? L’heure est au renouveau. L’atmosphère s’éclaircit.



Et ce train que j’entends
depuis la nuit des temps
passer près de chez moi
roulera sur les rails de la belle aventure.


Je m’espérais souvent, parfois m’imaginais, là, arpentant le quai un matin de rupture avec mon voisinage, si par un pur hasard je trouvais le courage de combler mon retard et songer au futur, à d’autres paysages.


Et ce train que j’entends
depuis la nuit des temps
passer près de chez moi
roulera sur les rails de la belle aventure.


Il file à toute allure, je ne tiens pas en place.
Je vais à la fenêtre, et résiliant mon bail, je hume l’air qui vibre, me parle d’être libre, une brume sagace rafraîchissant la mine qu’arbore mon visage.

Je vois alors en songe l’étroit couloir qui mène à mon compartiment.
J’entends mes escarpins claquant de certitude sur le plancher du train qui scelle mon voyage, enfilant ses wagons.
Puis ce salon de train où s’allonge mon pas, que j’adopte d’emblée pour ma restauration.
Ainsi qu’un vis-à-vis m’offrant place et café, charmant et mal rasé, bohème de passage.
Rencontre d’un hasard un peu prémédité, à qui, je vous l’avoue, je me vois bien d’humeur à conter sans compter les déboires de ma vie, mes amours, mes cigares.


Et ce train que j’entends
depuis la nuit des temps
passer près de chez moi
roulera sur les rails de la belle aventure.



J’aurai - prudence pure - bien soigné ma toilette, fiché quelques barrettes dans ma chevelure ; chassé l’imperfection de mon vocabulaire, de l’expression canaille au plus petit juron - je les connais par cœur.

Parfaire mon allure !
Très peu de maquillage, pour paraître mon âge.
Un cardigan de pur lainage, quelques boutons déboutonnés, mais sans soupçon d’outrage aux mœurs – il fait si chaud dans ce wagon !
Mon bagage bien lourd et d’un luxe modeste l’invite à faire un geste, à me donner la main afin de le hisser au dessus de nos têtes, jusque dans le filet où s’ennuie sa valise.
Il n’y a pas beaucoup d’espace, on ne fera pas de manières.
On se gênera simplement pour ménager un peu de place à la surprise, aux aléas.

On s’excuse pourtant, s’amusant de ce jeu.
Après tout, après tout, ne sommes-nous voisins, installés face à face, genou contre genou, pour un bout de trajet ?
Lors d’un prochain arrêt, on se fera la bise, on se dira adieu.
À moins qu’un peu d’audace, et moins de retenue, fassent qu’un quai unique soit notre destinée.



Et ce train qui se taille en glissant sur les rails
ainsi que se défont les mailles d’un tricot
emportera bientôt,
nous laissant sur la grève,
un rêve d’aventure.


Quelques pas sur l’asphalte, une halte en chemin, de timides murmures. Une conversation au café de la ville, des mouvements légers, habileté des mains.
Une autre invitation.
Une question enfin.
Un oui qui attendait le moment de se dire.
Un logis, un empire, loin de la voie ferrée, pour deux cœurs solitaires, qu’une propriétaire attendait de louer.

… Et puis quelques voisins.







***




Nine
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 17 Oct 2011 - 18:40    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Ven 21 Oct 2011 - 00:36    Sujet du message: Deux trains de vie Répondre en citant

Je n'ai lu le texte qu'une seule fois.

Je n'ai pas voulu le relire de peur d'en percer quelques secrets. Je préfère rester dans ce vague qui accroche, dans ces quais successifs de la pensée qui élude, parabole, use de l'élision, se ramasse, se rétrécit, se moque, humorise, poétise, bref, une écriture déroutante parce qu'elle va à l'essentiel qui est parfois le superflu: celui auquel on ne prête pas attention mais qui est le plus important dans l'expression de la sensibilité, l'état d'âme,  le fond réel de soi.

C'est la première fois que je lis un texte tout poétique et tout cinglant qui met la langue, de façon particulière, au service du non-dit en le disant autrement, agréablement, si légèrement, de façon aérienne.

C'est très fort tant sur la forme que sur le fond.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
nine
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 07 Mar 2009
Messages: 37
Balance (23sep-22oct)

MessagePosté le: Ven 21 Oct 2011 - 20:30    Sujet du message: Deux trains de vie Répondre en citant

Merci beaucoup, Abdel.
J'ai beaucoup travaillé sur ce texte. Je l'ai repris quantité de fois, pour essayer de l'améliorer, de le parfaire. Alors ton commentaire me fait vraiment plaisir !

Nine
Revenir en haut
nine
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 07 Mar 2009
Messages: 37
Balance (23sep-22oct)

MessagePosté le: Sam 22 Oct 2011 - 12:50    Sujet du message: Deux trains de vie Répondre en citant

J'ai oublié de dire quelque chose : la première partie est un peu autobiographique, la propriétaires, le voisin célibataire, et jusqu'à des détails comme la panne de cigare le dimanche.
Pour la deuxième partie, par contre, je me suis totalement laissée aller à la fiction. Je l'ai d'ailleurs écrite bien après. Au départ, le texte était terminé aux "***"

Nine
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:43    Sujet du message: Deux trains de vie

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace Nouvelles, Autobiographies, Textes et Récits courts -> Nouvelles Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Referencement
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group -- Template created by dav.bo=> GreenStylus --

Portail | Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation