http://ecrire.clicforum.com 2011-07-26 Créations littéraires :: Aucun, tiens !
  Créations littéraires
 
Index
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 


 Bienvenue  
Aucun, tiens !

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace Nouvelles, Autobiographies, Textes et Récits courts -> Récits, textes courts
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
JRZFON
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 27
Balance (23sep-22oct)

MessagePosté le: Ven 15 Fév 2013 - 18:59    Sujet du message: Aucun, tiens ! Répondre en citant

Penchée par-dessus la barrière du balcon au premier étage, elle survolait l’agitation de la récréation. Les étudiants pressés marchaient d’un pas rapide dans l’espoir de gagner le parvis et pouvoir enfin allumer leur cigarette. Des groupes se formaient peu à peu. Les rires suraigus des filles montaient au ciel, se répercutant dans le hall d’entrée. Mais elle ne voyait ni n’entendait tout cela. Là-bas, près du parking, son téléphone entre les doigts, une cigarette dans l’autre, la tête penchée en avant, il attendait en grelottant. Qu’attendait-il, d’ailleurs ? Son cœur se fissura lorsqu’il esquissa un sourire, lui en arrachant un également. Il releva la tête et fit quelques pas, la faisant frémir. Elle connaissait par cœur chacun de ses mouvements, sa façon légèrement raide de bouger, son regard moqueur et franc. Elle entendait d’ici sa voix lorsqu’il bougeait les lèvres, son humour décalé lorsqu’il riait d’un air de ne pouvoir s’en empêcher. Dans cinq minutes, elle irait lui parler. Elle pourrait bientôt prendre sa main, l’embrasser, sentir son souffle dans son cou. Il serait bientôt à elle. Elle avait espoir. Elle savait qu’il l’aimait énormément. Lui-même lui avait dit qu’elle possédait un regard magnifique. Qu’elle était parfaite. 
« Qu’est-ce que… »
Une silhouette s’approchait de lui, le regardant dans les yeux, sa chevelure blonde ramenée sur le dessus de se tête à l’aide d’une pince à cheveux rose. Le parfum de superficialité de l’apparition se répandait partout, traversant les vitres pour venir l’enivrer. Elle grimaça. Soudain, la blonde se blottit dans les bras de l’objet de ses obsessions, souriant, et effleura ses lèvres des siennes.
Tout devint flou. Les larmes coulaient, si promptes qu’elle ne s’était pas même rendu compte qu’elle pleurait. Poignardée, elle se courba en haletant. Une fille passa près d’elle en riant. « Eh bien, tu ne savais pas qu’ils étaient ensembles ? » 
Lentement, elle traversa le couloir, descendit les escaliers et sortit pour aller s’asseoir seule dans un angle du bâtiment, contre le mur. Elle sortit son paquet de Lucky Strike, les mêmes qu’Il fumait, et alluma une cigarette. Elle tira une première bouffée et l’avala, les yeux clos. Elle les rouvrit. 
Il lui avait promis que rien ne se passerait avec elle. Que ce n’était qu’une fille parmi tant d’autres, une fille sans importance. Seulement une vieille amie qu’il appréciait beaucoup. Elle avait pourtant senti le danger depuis le début. Mais elle l’avait cru. Tout son corps la brûlait. Sous les nuages épais de l’automne, elle hurla de toutes ses forces.

La lumière de la lune filtrait à travers la fenêtre, ses rayons translucides se faufilant au travers des stores à-demi fermés. 
Recroquevillée sur son lit, la couette sur les genoux, elle se maudissait d’avoir fait confiance. Les souvenirs hurlants d’une courte aventure non réciproque refusaient de s’effacer. Son rêve s’était révélé trompeur. La blonde n’avait rien à voir là-dedans. Il était parti, pourtant, parti pour de bon. Il l’avait abandonnée. Il avait trouvé bien mieux. Tout près. Cinq heures et demie. Elle savait qu’ils étaient là, quelque part, ensemble, si tôt dans la nuit, profitant des dernières heures de magie et d’obscurité de la ville. Quelques jours auparavant, c’était avec elle qu’il avait rendez-vous dans la pénombre, à la gare ou au café, sur leur banc préféré. Elle savait qu’il avait choisi le banc voisin pour sa nouvelle conquête. 
Parti. Avec son amie d’enfance. Parti avec cette fille qu’elle connaissait depuis tant d’années. Elle leur avait souhaité d’être heureux, tenté de le penser. Mais comment vouloir leur bonheur, eux qui lui avaient volé le sien ? Ils lui avaient dit qu’ils étaient désolés. Cela n’effaçait pas la lame effilée de douleur plantée dans son cœur. 
Il avait joué avec elle. Lui avait donné l’espoir d’un jour être la première dans son cœur. Aujourd’hui, c’était le tour d’une autre. Tout au fond d’elle, elle espérait que leur histoire ne durerait pas.
Elle lui avait téléphoné, lui avait dit ce qu’elle pensait de son petit jeu. De son hypocrisie. Il avait fui. Comme toujours.
Agenouillée sur le matelas, seule dans les ténèbres, elle gémissait à la mort, criblée par les balles du souvenir. Il est des prisons pires que les mots.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 15 Fév 2013 - 18:59    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Ven 15 Fév 2013 - 20:01    Sujet du message: Aucun, tiens ! Répondre en citant

Le texte est palpitant jusqu'à la phrase "elle hurla de toutes ses forces".

A mon avis, le texte aurait du s'arrêter là pour garder intact son homogénéité, son intensité.

Le reste est mal ficelé à l'ensemble. On a l'impression de rajouts, des fois inutiles. Le mieux est de résumer la deuxième partie et de l'insérer à petite dose dans la première en forme d'informations, tout en gardant l'intensité  et le temps initiaux. La conclusion devrait être cette phrase que j'ai indiquée

Tel est mon humble avis, et pis c'est tout.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
JRZFON
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 27
Balance (23sep-22oct)

MessagePosté le: Ven 15 Fév 2013 - 22:09    Sujet du message: Aucun, tiens ! Répondre en citant

Impossible. La première partie est un rêve, la seconde la réalité. Je ne peux insérer la réalité dans la description d'un rêve, ce serait insensé. 

Au départ, ce texte était pour une de mes amies, et c'est vrai que la deuxième partie est peu significative sortie de son contexte.
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Ven 15 Fév 2013 - 22:45    Sujet du message: Aucun, tiens ! Répondre en citant

Et la fiction ?  la réalité dans le rêve et vice versa
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
JRZFON
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 27
Balance (23sep-22oct)

MessagePosté le: Ven 15 Fév 2013 - 23:05    Sujet du message: Aucun, tiens ! Répondre en citant

Si j'avais choisi la fiction, alors oui, mais c'est vraiment pas pour moi
Revenir en haut
Yasmina ABBAR
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Fév 2013
Messages: 33
Balance (23sep-22oct)

MessagePosté le: Sam 16 Fév 2013 - 13:06    Sujet du message: Aucun, tiens ! Répondre en citant

Ce texte m'a captivée personnellement. J'ai trouvé ça fluide au contraire. Après je ne sais pas de quoi on rêve dans ce genre de cas, mais j'ai toujours eu le sentiment que les cauchemars étaient pire que la réalité. Et là en l’occurrence, je trouverais moins pire qu'on me laisse pour une blonde superficielle que pour mon amie d'enfance...
Mais bon ce n'est peut être pas un mal, c'est vivre un cauchemar pour se réveiller et s'apercevoir que la réalité est encore plus dure.
Revenir en haut
Anathesa
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 42
Bélier (21mar-19avr)

MessagePosté le: Sam 16 Fév 2013 - 15:42    Sujet du message: Aucun, tiens ! Répondre en citant

Pas mal cette histoire, qui pourrai arriver à chacun d'entre nous...
Joli texte.
Revenir en haut
Humphrey
Modérateur global
Modérateur global

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 703
Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Dim 17 Fév 2013 - 12:21    Sujet du message: Aucun, tiens ! Répondre en citant

Du bon et du moins bon dans ce texte. Le bon c'est qu'on visualise bien ce que tu racontes, tu as une bonne capacité d'évocation.

Le moins bon, ce sont quelques phrases moins fluides, notamment à cause d'une surabondance de pronoms personnels qui créent une certaine confusion entre les personnages par moments (elle/le/lui/ils ...)

Un exemple de phrase que je trouve plus faible, voire boiteuse :
"Mais comment vouloir leur bonheur, eux qui lui avaient volé le sien ?"

De même, dans le phrase qui suit, je trouve bizarre cette "lame effilée de douleur". Le effilée est de trop selon moi, ou alors il faut revoir l'ensemble de la phrase. 


Dernière édition par Humphrey le Dim 17 Fév 2013 - 16:52; édité 1 fois
Revenir en haut
JRZFON
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 27
Balance (23sep-22oct)

MessagePosté le: Dim 17 Fév 2013 - 15:41    Sujet du message: Aucun, tiens ! Répondre en citant

Je suis d'accord pour ces phrases. Le texte est vieux, et j'avais l'esprit embrouillé par ces phrases à la con qu'on trouve en abondance sur les réseaux sociaux (surtout Facebook). C'est loin d'être novateur, comme phrases... Je le retravaillerai.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:19    Sujet du message: Aucun, tiens !

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace Nouvelles, Autobiographies, Textes et Récits courts -> Récits, textes courts Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Referencement
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group -- Template created by dav.bo=> GreenStylus --

Portail | Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation