http://ecrire.clicforum.com 2011-07-26 Créations littéraires :: Le cimetière des espérances
  Créations littéraires
 
Index
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 


 Bienvenue  
Le cimetière des espérances

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace Nouvelles, Autobiographies, Textes et Récits courts -> Récits, textes courts
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Didou
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 06 Oct 2013
Messages: 2
Gémeaux (21mai-20juin)

MessagePosté le: Mer 6 Nov 2013 - 23:06    Sujet du message: Le cimetière des espérances Répondre en citant

Bonsoir à tous ! 
Pour mon premier texte posté ici, j'ai choisi un récit assez court, une micro-nouvelle qui connaîtra un prologue et une suite si j'en trouve le temps et l'inspiration ! 
Enjoy Smile


Ce matin là, la pointe de Cap-des-Rosiers était malmenée par les vents. De hautes vagues s'étaient formées, et venaient frapper sèchement la digue avant d’atterrir en fines gouttes salées sur les visages des quelques passants déjà saisis par le froid. 
Parmi ces vagabonds qui avaient déserté la messe de ce dimanche, il y avait un jeune irlandais à l'allure sombre et la mine endeuillée, dont le pas lourd ressemblait à celui des ivrognes à la sortie des troquets. Pourtant, sa démarche ne marquait pas un seul temps d'hésitation, et, marchant contre le vent, il se dirigeait assurément vers le rivage.

Killian s'arrêta net à quelques pas des derniers galets humides, qui marquaient la plus haute avancée de la mer sur la côte. Son visage se figea pieusement, chacun de ses traits exprimant un profond recueillement, et son regard se fixa alors sur la crête d'une vague plus haute que les autres et formant une épaisse écume. Déferlant avec violence, elle se brisa au large, dévoilant un récif à fleur du plan d'eau. Le roc émergeait de quelques centimètres à peine, mais on pouvait au loin distinguer ses flancs plus tranchants que le fil d'une épée. Le regard de Killian s'était à ce moment là empreint d'une concentration encore plus forte, comme s'il avait voulu, par la simple pensée, éroder le récif nonchalant. 
Le terrible roc se tenait isolé dans l'immense étendue, exhibant ses aspérités façonnées par de malveillantes intentions. Dans cet océan dansant au rythme régulier des vagues, il venait briser l'harmonie des choses, s'élevant comme un instant de mort, inamovible. 
Une nouvelle vague vint alors le recouvrir, comme un complice aide un coupable à se dissimuler. Mais Killian ne détournait pas le regard, bien au contraire, il parvenait même à distinguer les contours pourtant immergés de cette masse minérale, qui, bien qu'inerte, avait accompli un forfait meurtrier et des plus impardonnables pour le jeune homme. 

C'était la famine qui avait contraint Killian et son jeune frère Sean à fuir Limerick, touchée par la misère plus que tout autre ville irlandaise. Ils étaient parvenus à grand peine à rejoindre le port de Sligo seulement quelques heures avant que le Carrick ne lève l'ancre, et avaient regardé les côtes de ce pays qu'ils maudissaient s'éloigner avec une frémissante sensation de renaissance. Pratiquement deux cents de ses compatriotes s'étaient entassés sur ce grand voilier, et malgré l’extrême promiscuité, chacun s'en accommodait car, au moins, de l'autre côté de l'Atlantique, ils n'auraient pas à se coucher chaque jour le ventre vide.
Cap vers l'inconnu, le navire avait connu un voyage agité par quelques coups de vent et de nombreuses bagarres sur le pont, mais quarante-cinq jours plus tard il naviguait toujours avec sérénité, s'approchant des côtes canadiennes à la fin du mois d'Avril. 
Mais c'est à quelques milles marins du rivage que le Carrick se fit surprendre par une tempête de sud-est qui le projeta contre un récif tout près de la côte. Une large voie d'eau s'était ouverte sur le flanc droit du voilier, le faisant dangereusement pencher à tribord. Killian avait alors perdu Sean de vue, et priait pour qu'il ne soit pas parmi ceux qui étaient passés par dessus bord lors du choc. Le Carrick s'enfonçant rapidement sous le poids de l'eau, tous durent alors le quitter pour nager vers le rivage à travers la tempête. Ils furent une petite quarantaine à y parvenir, mais Sean n'était pas de ceux-là. Porté disparu, Killian nourrissait encore l'espoir de le voir apparaître, il n'avait pas pu se noyer, c'était un excellent nageur.
Mais le lendemain, il avait compris, Sean, comme cent trente de ses compatriotes, avait péri lors de ce naufrage.

Killian contemplait toujours ce rocher, qui se dressait là comme une barrière aux rêves de ces aventuriers du vent. A quelques dizaines de mètres de la surface gisaient probablement encore toutes les dépouilles de ces noyés, comme autant d'espérances vaines et d'ambitions jamais menées à leur terme, avec pour seule stèle funéraire ce triste roc acéré. Killian n'avait pu poursuivre son voyage lorsqu'il avait appris la mort de son frère, et avait décidé de demeurer à Cap-des-Rosiers. La plupart des survivants s'étaient aussi installés dans la région, mais tous avaient choisi de s'éviter, pour chasser cet instant dramatique de leurs mémoires. D'ailleurs, lors de ses moments de recueillement, Killian avait cru reconnaître quelques uns de ses compagnons de voyage sur la berge, mais leurs regards n'avaient qu'à peine osé se croiser.

Le frère attristé demeurait toujours immobile au bord de l'eau. Il ressentit une sensation de vertige lorsqu'il pensa que l'Océan avait englouti des milliers de destins, que son plancher était jonché de tant de rêves brisés et que tant d'espérances égarées naviguaient au gré des courants.
Les membres suivants remercient Didou pour ce message :
Gonzac (26/06/14)
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 6 Nov 2013 - 23:06    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Humphrey
Modérateur global
Modérateur global

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 703
Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Lun 11 Nov 2013 - 13:51    Sujet du message: Le cimetière des espérances Répondre en citant

Bonjour et bienvenue à toi Didou !

Tu possèdes une bien jolie plume et un réel talent de narrateur, je trouve. Ce n'est pas si fréquent sur le net ! Tout cela est fort joliment écrit et raconté. Certes le premier paragraphe n'est pas d'une originalité décapante, j'ai l'impression d'avoir déjà lu beaucoup de scènes similaires dans des nouvelles ou romans, mais rapidement on se focalise sur le roc dont le rôle est peu à peu dévoilé, c'est très subtil.

L'impression générale est quand même que ce texte est inachevé. Un prologue n'est pas indispensable à mes yeux, mais une suite (et une fin donc) certainement.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:10    Sujet du message: Le cimetière des espérances

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace Nouvelles, Autobiographies, Textes et Récits courts -> Récits, textes courts Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Referencement
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group -- Template created by dav.bo=> GreenStylus --

Portail | Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation