http://ecrire.clicforum.com 2011-07-26 Créations littéraires :: essai de traduction de zouhair bnou abi salma
  Créations littéraires
 
Index
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 


 Bienvenue  
essai de traduction de zouhair bnou abi salma

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Poésie -> Poésie libre
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Juin 2008
Messages: 160
Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Jeu 12 Juin 2008 - 00:26    Sujet du message: essai de traduction de zouhair bnou abi salma Répondre en citant

Essai de traduction d'un extrait de poème arabe antéislamique .

Zouheir bnou abi salma est un poète arabe d'avant l'islam né en 530 et mort en 627 de l'ère chrétienne à l'âge de 97 ans. Juste un an avant la révélation de l'islam.
A cette époque les meilleurs poèmes étaient transcrits avec de l'encre d'or, sur des peaux et accrochés aux murs de la qaâba (l'actuel lieu saint du pèlerinage de la Mècque et antique lieu de recueillement d'Abraham).
Les historiens en en dénombrent sept poèmes intitulés "les sept accrochés", "les sept dorés". Certains historiens en en comptent dix. Ils n'ont pas de titre et commencent souvent par l'évocation d'une histoire d'amour avant d'aborder le sujet.

Zouhair est considéré comme le meilleur poète de l'époque de la jahilia (avant l'islam) , avec le poète Imro al kaiss et le poète Anabigha doubiani. Il est l'un des plus grands de la civilisation arabe avec le poète Al moutannabi.

Il est considéré comme le poète de la raison et de la réforme. Ces poèmes sont pleins de sagesse et de conseils; ils sont écrits dans un arabe classique très soigné et époustouflant, mais pas facilement traduisible. Un chef d'œuvre de rime, de rythme et de musicalité !
Certains historiens estiment qu'il était chrétien (pas d'islam encore) par son évocation récurrente de l'unicité de Dieu , de sa croyance en la résurrection et le châtiment .

Le poème dont je traduis l'extrait central, à été écrit pour désapprouver la guerre et calmer les esprit suite à une bataille rangée entre deux tribus pour une affaire de course de chevaux et de tricherie à la course (Le cheval arabe a fait de la course hippique depuis la nuit des temps…).
la partie sur la guerre est très difficile à traduire, je traduis alors la partie consacrée aux conseils de sagesse .
Dans la versification arabe classique le vers est généralement de 12 pieds. Le poème est écrit en deux colonnes de deux vers par ligne , séparés par un espace suffisant et uniforme , avec une rime à la fin du deuxième vers.

Comme c'est impossible de faire la même chose en français, en traduisant , j'invente une rime pour chaque premier vers pour garder le rythme des deux vers de chaque ligne.

Ce poème (l'extrait) est une belle leçon de morale qui surgit du fonds des temps, mais aussi une belle leçon de créativité à un âge aussi avancé (poème écrit à 80 ans !)


J'ai languis des exigences de la vie et ---qui vit quatre vingt ans, c'est certain qu'il languit
Je sais le lot d'aujourd'hui et d'hier avant lui--- mais ce que demain sera, je ne suis instruit
J'ai vu la mort sévir comme une chamelle la nuit ---tuant par ci , par là , et le chanceux vieillit
Celui qui sur des choses manque de diplomatie ---il sera mastiqué ,et piétiné à l'envi
Celui qui , n'importe où, place sa bonté elle le fuit ,--- et qui craint l'insulte sera insulté
Celui qui a un avantage , le cache à autrui ---on le haïra en société, et il sera maudit
Celui qui tient parole et son cœur s'assagit ---du calme du bienfait , ne sera point honni
Celui qui craint la mort, elle l'aura sûrement--- même si par échelle , il grimpe au firmament
Celui qui place le bien en mauvaise destinée ---il reviendra en mal , et il sera indigné
Celui qui, par les armes, ne défend sa cité ---sera détruit, et qui traite bien sera maltraité
En tout ami il faut voir, son ennemi juré ---et qui ne s'honore pas sera déshonoré
Et quel que soit ton vice, enfoui et méconnu ---crois-tu le bien cacher, sera bien reconnu
A rester admiratif devant tant de gens muets--- leur valeur, plus ou moins, dépend du parler
La langue est notre moitié, le cœur , le restant--- il ne reste que l'aspect, la chair et le sang .
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 12 Juin 2008 - 00:26    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Poésie -> Poésie libre Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Referencement
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group -- Template created by dav.bo=> GreenStylus --

Portail | Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation