http://ecrire.clicforum.com 2011-07-26 Créations littéraires :: Essai de traduction d'un texte de Mustapha Lotfi Al Manfalouti
  Créations littéraires
 
Index
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 


 Bienvenue  
Essai de traduction d'un texte de Mustapha Lotfi Al Manfalouti

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace généraliste -> Traductions
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Sam 11 Oct 2008 - 17:02    Sujet du message: Essai de traduction d'un texte de Mustapha Lotfi Al Manfalouti Répondre en citant

Mustapha Lotfi Al Manfalouti est sans doute l'un des écrivains les plus remarquables et de ceux qui ont le plus marqué la jeunesse  arabe. Ses œuvres sont des classiques incontournables dans l'étude de la littérature arabe.
Cet écrivain égyptien (1876-1924) est connu pour sa prose poétique très rythmée et son vocabulaire très recherché,  qui font de ses textes une véritable orfèvrerie en matière de langue arabe classique.

Défenseur des opprimés, des droits de la femme et de l'épuration de la religion des croyances populaires, il se positionne en véritable réformateur et moralisateur de la vie en société.

La plus célèbre de ses œuvres est "Al Nadharates" ou "regards" constituée en un ensemble de textes à caractère social où il peint des scènes de vie pénibles ,où il expose ses "contemplations" face à des tableaux de vie sociale qui l'ont troublé . Il  s'y livre à une moralisation des relations publiques. Ses œuvres constituent un appui d'apprentissage, pour les jeunes, de la vie en société, dans les règles de probité et de bonne conduite.

Dans son autre célèbre œuvre, "Al Aabarates" ou "considérations" il adapte du français vers l'arabe classique certaines œuvres :

-         La dame aux camélias, d'Alexandre Dumas fils,
-         Atala, et Le dernier des Abencérages , de Chataubriand


Il a également traduit vers l'arabe classique les œuvres suivantes :

-         Sous les tilleuls,  d'Alphonse Karr
-         Pour la couronne,  de François Coppée
-         Le Cyrano de Bergerac,  d'Edmond Rostand
-         Paul et Virginie,  de Bernardin de Saint Pierre .


Tenter de traduire l'un de ses textes en français est une gageure et une aventure périlleuse sur le plan littéraire, tant son style est truffé de poésie , de rimes, de consonances , d'allitérations et de mots difficiles à traduire ou même à comprendre d'emblée sans être érudit en matière d'arabe classique et sans avoir une parfaite maîtrise de la langue française pour trouver les mots et expressions équivalents tout en gardant l'essence poétique et la beauté  artistique de l'original. Il faut aussi avoir l'âme poétique pour tenter de recréer l'environnement émotionnel  du texte.

Mais il fallait bien que cet auteur, qui a tant introduit d'innovations dans la littérature arabe en traduisant des œuvres difficiles ( introduction de la nouvelle et du roman disent les connaisseurs) soit à son tour connu par le monde occidental pour son œuvre hautement moralisatrice et réformatrice et pour son style unique et magique qui en font un maître de la pensée humaniste et de la sensibilité poétique dans la prose arabe.

Que cette humble tentative soit une modeste contribution à faire connaître ce grand écrivain sage, intègre et profondément humain ,aux amoureux de la littérature universelle de haute facture.

**************

Dans ce texte l'auteur s'adresse au premier cheveu blanc qui apparait sur sa tête, comme prémices d'une vieillesse rampante. D'abord l'auteur s'insurge et se révolte , puis se résigne et accepte cette "invasion". Il se livre à des réflexions sur l'existence et sur la mort.
Le cheveu blanc étant féminin en arabe, la charge émotionnellle  de ce monologue n'est pas la même qu'en français puisqu'on passe au masculin qui est plus "rugueux"...

*************


                                                               Le cheveu blanc


Je suis passé ce matin devant le miroir et j'ai aperçu, sur ma tête, un cheveu blanc qui luisait dans cette mêlée noire comme la zébrure de l'éclair dans la nuit sombre.

J'ai vu le cheveu blanc sur la raie de ma chevelure et j'ai tressailli à sa vue comme si j'imaginais une épée dégainée sur ma tête ; ou un drapeau blanc porté par un messager de l'au delà m'avertissant de l'approche de ma fin ; ou un désespoir funeste s'interposant devant l'espoir ; ou une braise ardente entamant les contours de ma vie comme  elle ferait avec un bois sec, qu'elle finirait par consumer en totalité tôt ou tard  ; ou alors un fil blanc du linceul que tisse la main du destin pour en couvrir ma dépouille, une fois que le laveur l'aurait dépouillée de ses habits.


Ô cheveu blanc !Jamais je n'ai vu blancheur telle que la tienne qui ressemble autant à la noirceur, ni une lueur aussi proche du sombre.

J'ai haï, en toi, toute blancheur même la blancheur de la lune, et toute lueur même la lueur des yeux.
J'ai aimé, en toi, toute noirceur même la noirceur des corbeaux , et tout sombre même celui du for intérieur.


Ô cheveu blanc ! Ô mon éloquence ! De quelle brèche t'es-tu infiltré jusqu'à ma tête et par quel chemin du dédale du destin t'es-tu acheminé jusqu'à ma tempe  ?

Comment as-tu pu te complaire en ces lieux aussi inhospitaliers, où il n'y a personne pour te tenir compagnie, ni veiller avec toi ? Et comment la panique n'a pu  envahir ton coeur dans cette nuit noire, et ta vision n'a pu être brouillée ?


Ô cheveu blanc !J'ai langui de ton cas et fléchi de ton poids et suis  incapable de trouver l'issue pour te fuir ou m'éloigner de toi. Il ne me servirait à rien de te déraciner car aussitôt tu renaîtrais, ni à te teindre en noir car tu déteindrais aussi vite, et surtout je ne voudrais en aucun cas associer deux calamités : celle de la vieillesse et celle du mensonge.


Ô cheveu blanc ! Il me semble en te contemplant que tu fais corps avec la ruse, le machiavelisme et la malice et que tu chuchotes dans l'oreille de tes voisins noirs qui t'entourent. Tu essaies de les séduire pour qu'ils se mettent à te ressembler et à se draper comme toi en blanc.


J'ai le sentiment que tu as déclenché, dans cet environnement serein et calme, une animosité aveugle, une guerre dévastatrice où se mélangent l'archer et le lancier, le fantassin et le cuirassier, où s'occit  le coupable et l'innocent, le debout et l'assis. Si c'est cela ton dessein, alors ton destin sera celui de ce missionnaire blanc qui découvre une peuplade noire et en devient colonisateur. Il entre dans ces contrées en pacifiste et en sort en guerrier.


J'implore donc Dieu d'épargner ma tête de tes méfaits ainsi que cette peuplade de ceux de ton compère. Car chacun de vous deux est porteur d'un lot de mauvais augures dans ses campements et séjours, déplacements et retours.


Ô cheveu blanc !  Dis-moi qui es-tu, quel est ton objectif, le but de ta visite, que vises-tu en moi et en quel honneur es-tu là ?

Si tu es un invité, alors où en est la gentillesse, la diplomatie et les convenances ? Si tu es un messager, alors sache que j'en connais assez sur la mort et ses sévices et que je n'ai nul besoin de tes services.


Il reste certainement que tu es , de toutes les créatures, la  plus immature et la plus laide. Je ne vois pas pire que toi, sur  l'échelle d'intensité de la laideur et de la curiosité, que la vipère  qui investit tout logis des insectes et des rongeurs en en faisant d'office sa demeure.


Serais-tu d'assez d'importance, toi qu'on cite en exemple tant tu es mince et maître du camouflage, à la poursuite duquel on lance ciseaux et pinces pour dénicher ton repère et ta cache ; serais-tu donc d'assez de poids pour remplir d'effroi un coeur que n'émeut ni épée dégainée, ni flèche pointée ?


Ô cheveu blanc ! Ne t'offusque  pas outre mesure de ma réprimande assez dure qui ébranle ta patience. Je me suis ravisé et j'ai compris que tu es la chose la plus dotée de clémence et celle, à mes yeux, qui a le plus d'importance.


Félicitations mon cher ! Que ma tête soit pour toi la meilleure des villégiatures et des stations et mes tempes ta cible et ton théâtre de représentations. Tu es le porte parole du dépérissement et de la mort que je n'ai cessé d'invoquer depuis que j'en ai eu connaissance, sans jamais en trouver le chemin ni en connaître le représentant.


Quelle haine peut manifester le coeur d'un homme qui n'a pu profiter de sa jeunesse pour pouvoir la regretter, qui n'a pas goûté à la douce saveur de la vie pour pouvoir s'éffaroucher de l'amertume de la mort, qui n'a pas humé les arômes du bonheur lorsqu'il était jeune rameau vert, pour pouvoir s'en plaindre en tant que rameau sec ?


Que peut honnir dans tes desseins un homme qui sait que tu es l'inspirateur de l'espoir qui lui annonce l'imminence d'être sauvé d'une existence sans la moindre once de félicité , sauf de rares moments de répits aussitôt troublés par ce qui les entoure de maux et désespoirs, comme font les buées amères de la peine qui brouillent la surface d'un miroir.


N'est-il pas que tout ce que j'énumère de tes péchés ne vient  que du fait que tu es l'annonciateur de la mort ? Et c'est celle-ci qui m'épargnera de supporter le spectacle de ce monde plein d'injustices et d'incuries, empli de fléaux et de douleurs. Ce monde où je ne ferme les yeux que pour les ouvrir sur la perfidie de l'ami à l'égard de son ami, la trahison du frère vis à vis du frère, le compagnon aiguisant ses crocs pour  avaler son compagnon ; pour les ouvrir sur le riche ,radin envers le pauvre ,même pour les miettes de ses banquets ; sur le pauvre qui supplie le destin de lui accorder juste une mort décente et ne réalise point son voeu ; sur le gouvernant qui ne différencie guère entre ses sujets et son bétail ; sur les sujets eux-mêmes qui confondent adoration et déification de leurs maîtres  ; sur des coeurs qui s'embrasent de haine sans motif crédible ; sur des âmes qui s'évertuent à flétrir pour un statut social terne, une protection éphémère ou un objectif illicite ; sur des esprits qui se consument d'amour pour des flammes qui les brûlent et des crocs qui les déchirent ; sur des yeux égarés dans des têtes désorientées qui regardent sans le voir tout ce qui bouge devant eux.


Si tout cela est l'apparence de ton péché à mon endroit, alors que tes péchés prolifèrent ! car je suis de ceux qui te pardonnent .

Ô cheveu blanc ! Bienvenue à toi aujourd'hui et bienvenue à tes congénères demain ! Bienvenue à ce sort caché derrière toi ou enfoui en ton sein. Bienvenue à cette demeure où je m'isole avec mon créateur, où je me tiens moi-même compagnie ; d'où je n'entends même pas le fracas des canons et je ne vois même pas les tempêtes de poussières soulevées par les évènements.

Bienvenue à l'esseulé messager de la vieillesse /*/*/ encore que son apparence soit mal-aimée.


Traduit par Abdel. J. (Lamisou)
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Sam 11 Oct 2008 - 17:02    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace généraliste -> Traductions Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Referencement
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group -- Template created by dav.bo=> GreenStylus --

Portail | Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation