http://ecrire.clicforum.com 2011-07-26 Créations littéraires :: L'ombre portée du Z
  Créations littéraires
 
Index
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 


 Bienvenue  
L'ombre portée du Z

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace Nouvelles, Autobiographies, Textes et Récits courts -> Récits, textes courts
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Hajar Qim
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 20 Nov 2008 - 05:20    Sujet du message: L'ombre portée du Z Répondre en citant

Devant moi, sur cette plage connue obscurément par certains de mes souvenirs, se dressait ce monument incongru. C'était un Z géant, qui me surplombait de plusieurs bons mètres de hauteur, et imposait sa falaise escarpée et incroyable.

Un Z. C'était bien un Z. Bien entier. Bien vivant.
L'air était doux comme est doux l'air du soir dont on ignore l'heure et le jour. Le ciel zébrait des isthmes bariolés sur une confusion de nuages zélés et légers. Et je sentais le bruissement de la mer dont les dernières vagues pourléchaient les pieds du monument. Son odeur était tiède et à peine salée. Plus celle d'une fleur marine, d'un fruit de mer. Ronde et enrobée de rose. Le sable, enfin, reposait chaque pas et choyait chaque pied dans une ardeur originelle.
Je me sentais bien. Il ne me semblait pas normal de me trouver dans de telles circonstances, mais j'avais cette certaine sérénité qui nous porte face a ce qui s'accomplit dans l'ordre des choses. Où l'on comprend la confiance du héros dans ces prophéties cent fois racontées dans notre enfance.
J'approchai du monolithe énigmatique. Il était noir et pur. Aérolithe muet. Il enfermait dans son silence la traduction de son futur. Et lorsque j'y posai la main, sa paroi était douce et lente. Marbre et eau. Lisse et liquide. L'eau et les songes à même la perfection minérale.
C'est alors que je la vis.

Elle était devant les autobus qui emmenaient tout le monde à la montagne, et papillonnait d'un groupe à l'autre en repartant sur un sourire comme d'un coup d'aile. C'était l'aube et j'avais froid. Elle avait l'air d'une vraie gamine et je me suis demandé ce qu'elle faisait là. Son visage alors n'était pas encore entré dans mon esprit. Je savais qu'elle était blonde - blond vénitien -, légère, mélancolique et drôle dans son sourire. Le rire aux lèvres, au cœur, partout la joie à l'intérieur. Je n'étais plus sûr d'avoir froid à la fin.

L'aube d'hiver. De février de l'an de grâce de... de l'An Zéro. Avec un Z. Anniversaire de ma naissance ; et de ma deuxième naissance. 8 heures quelque chose du matin. GMT + 1. 48°58' Nord, 2°4' Ouest ; pour autant qu'il m'en souvienne. Birthday Gift du hasard. " - Ils les prennent vraiment au berceau dans cette école ! ". Je ne me souviens plus à qui je l'ai dit. Ca ne servait à rien de faire le malin.

A ce moment là, je n'avais pas tout de suite compris que j'avais tout compris. Ca paraissait extrêmement simple, mais j'en étais encore aux profondeurs extrêmes : aux fondations. Au commencement n'était pas le Verbe, mais le Trouble Obscur Qui Trompe Celui Même Qui Y Croit. Au commencement est ce mélange d'ignorance, d'étonnement, et d'indifférence.

L'Attraction Universelle avait commencé.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 20 Nov 2008 - 05:20    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Jeu 20 Nov 2008 - 17:39    Sujet du message: L'ombre portée du Z Répondre en citant

"A ce moment là, je n'avais pas tout de suite compris que j'avais tout compris."

Ce n'est pas mon cas.

Le texte est trop pronfond à l'image de la mer qu'il longe avec une rare sensibilité. A l'image de ce bloc monolithique mystérieux mais qui renferme comme un trésor le secret de la pensée de l'auteur.

Tout le texte est un joyau d'écriture raffinée, étincelant comme un cristal, empêchant par là de le sonder, mais seulement l'admirer.

Un texte compact de poésie à humer avec délectation mais pas à digerer. Il ne s'adresse pas à la compréhension mais aux sens.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:59    Sujet du message: L'ombre portée du Z

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace Nouvelles, Autobiographies, Textes et Récits courts -> Récits, textes courts Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Referencement
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group -- Template created by dav.bo=> GreenStylus --

Portail | Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation