http://ecrire.clicforum.com 2011-07-26 Créations littéraires :: autocritique"en dérision" du poème "le déterre gens"
  Créations littéraires
 
Index
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 


 Bienvenue  
autocritique"en dérision" du poème "le déterre gens"

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Poésie -> Poésie libre
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Juin 2008
Messages: 160
Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Sam 14 Juin 2008 - 23:31    Sujet du message: autocritique"en dérision" du poème "le déterre gens" Répondre en citant

Autocritique en dérision du poème : Le déterre gens

Mon cher moi-même

Ma première impression sur ton poème, si l’on peut l’appeler ainsi, car il transgresse allègrement les règles poétiques, est un fatras d’énoncés apocalyptiques, nécrologiques et même illogiques qui donnent l’illusion d’une création poétique .

Je crois déceler que c’est à partir d’un jeu de mot (détergent et déterre-gens) qu’est partie ta supposée inspiration pour appliquer sur le monde ton produit détergent pour le nettoyer.
Mais ton inspiration t’a joué des tours et au lieu de te lancer dans la fabrication d’un vrai poème comme le suggère les premiers vers assez poétiques, tu as donné libre cours à ton imagination fertile pour faire place à l’irrationnel , en faisant ressusciter les morts.

Pour quelles raisons ? pour quel effets poétiques ?

Si ton "poème" est assez pimenté par quelque saugrenues trouvailles de jeux de mots, il manque cruellement de sel. Et d'un peu de poivre aussi. Ta recette poétique s'avère donc avariée comme ton insipide inspiration, sans vouloir te contrarier…

L’irrationnel se matérialise aussi dans tes choix : un mélange fortuit des époques et des célébrités, un mélange fortuit des régions géographiques, une absence totale de ta région et ta religion, ( par pudeur ou par calcul ?).

A moins que ton déterre-gens agit et fait surgir , puis fait disparaître qui bon lui semble, comme bon lui semble.

Les personnages de ton "poème " sont plus ou moins ridiculisés par des jeux de mots inappropriés ou par des actions non conformes à leurs rangs et statures.

Les vers de "ton texte" ne sont pas uniformes, sont sans uniformes, quoique les rimes présentent parfois sporadiquement des signes de richesse extérieures . Ce qui est à vos risques et périls. Car le Fisc ne transige pas avec l'impôt sur la rime.

De plus, ce qui n'est pas moins , tes rimes, en ne rimant à rien, n'obéissent pas aux règles fort connues des accolades, des embrassades et des croisades. Elles ne sont ni équivoques , ni équivoquées, ni holorimes, ni hâlés rimes , ni hélés rimes et encore moins hello rimes ! Si elles étaient au moins plates ! On pourrait facilement, par absence d'obstacles, calculer les angles pointus de ton poème obtus, par la mire parlante des topographes et la mire écrivante des commentatographes qui sont encore plus précis et plus intransigeants que les premiers.

Alors avant de poser les plans de ton poème, saches où tu poses ses pieds, et mesure bien la longueur de ses pas, car tu ne sais pas dans quel sable mouvant tu les poses. Avec la très fournie réglementation en matière de construction poétique, tu te retrouveras en flagrant délit d'esthétique, à tous les coups. Alors gare aux bavures avec tes rythmes et césures !

Je disais donc que le rythme de ton poème est irrégulier, car la césure tombe souvent où bon lui chante , sur le papier qui n'est sans doute pas en règle, sans ce soucier du bruit musical discordant quelle produit .
Vous jouez souvent sur l'opposition des termes, mais est-ce démocratique, pour créer des effets de rime et de sonorité parfois heureux, parfois dérangeants pour l'oreille comme si vous le faisiez exprès pour casser la beauté musicale des vers et nous obliger à la ramasser par terre.

Dans ton poème, le mètre , celui qui sert à mesurer les menstruations des vers nus, n'apparaît pas . il n'y a même pas un double décimètre . La coupe est également mal faite, par un mauvais coiffeur peut-être. Donc tu négliges la toilette et l'hygiène de tes affreux vers chevelus et enchevêtrés.

Quant à l'allitération et l'assonance, c'est la cacophonie totale , consonnes et voyelles jouent pêle-mêle dans ton poème comme des bambins en récréation dans la cour d'une école. On ne parvient pas à discerner l'effet sonore des unes et des autres. Alors tu parles de récréation! Pardon ! tu parles de création !

Pour ce qui de l'enjambement, (j'allais allègrement l'enjamber celui-là !) disons tout simplement que ton poème est cul-de- jatte . Les pieds de tes vers sont tellement emmêlés qu'il faut une tronçonneuse pour les séparer ou des tenailles pour les écarter… du chemin de ma compréhension . Et ton Tut Ank Amon qui cherche une de ses pattes, ça en dit long sur les courtes pattes de ton poème à la con.

Pour ce qui est de la métaphore, alors là tu es fort ! au lieu de faire surgir des images, tu fais surgir des corps, et les senteurs avec ! décidément ta recette poétique ne manque pas d'arôme !

Pour ce qui est de l'allégorie, sans me gourer, qui consiste à "représenter une idée abstraite sous une forme concrète, le plus souvent animée", alors là chapeau, puisque tu as fait ressusciter des trucs inanimés puis tu les as animés, ensuite tu les as "inanimés" . C'est pas fort ça ?

Enfin pour l'oxymore qui consiste à rapprocher dans une même expression deux mots opposés, celui-là tu l'as admirablement réussi dans le titre, car on ne déterre pas les gens mais on les enterre, ou enfin quelque chose comme ça…qui a le même but, final.

En fait , j'aurais tant aimé que l'oxymore soit un puissant poison qui tue les oxyures, tu sais ces vers de l'intestin. Alors Une petite goûte, un zeste même d'oxymore, sur les oxyures ou les vers de ton poème, et on n'aurait plus mal à la tête à les décortiquer, à les presser pour en tirer un quelconque suc poétique…

Ton poème manquant de grâce, je vous fais donc grâce des autres instruments chirurgicaux de micro-dissection des cadavres de poèmes.

En conclusion, un certain narcissisme se dégage de la fin du poème-texte, puisque vous choisissez de mourir en dernier pour vous donner le privilège d'assister tout seul à la fin du monde grandeur nature, en cinémascope et stéréo nucléaire !

Mon cher moi-même :

Disons que cette fois tu as manqué d'inspiration, mais pas d'expiration assez fétide , vu ce beau monde que tu as fait sortir de ses trous.

Merci quand même de nous déranger pour rien de temps en temps et nous sortir ,comme tes créatures , de l'ordinaire poétique conventionnel, des idées et inspirations conventionnelles. J'en conviens malgré ma déconvenue en vous lisant.. .

Tes fantasmes sont les bienvenus en la démocratie d'écriture, la liberté d'expression qui effraie l'anachronique et défraie le chronique .


Maintenant , mon cher moi-même, souffrirais-tu qu'on t'assènes une telle critique, aussi mollement virulente soit-elle ?
Pardon ? qu'est ce que tu bafouilles ? qu'est ce que tu baragouines ?
Tu ne sais pas… tu ne sais plus …

Alors c'est tant mieux , il vaut mieux que tu ne saches pas, afin que tu ne fasses pas une telle vilenie.. aux autres !

 Affectueusement, ton insupportable toi-même.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Sam 14 Juin 2008 - 23:31    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Poésie -> Poésie libre Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Referencement
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group -- Template created by dav.bo=> GreenStylus --

Portail | Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation