http://ecrire.clicforum.com 2011-07-26 Créations littéraires :: Un homme marche
  Créations littéraires
 
Index
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 


 Bienvenue  
Un homme marche
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace romans -> Créations en commun
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
amynochka



Inscrit le: 22 Avr 2009
Messages: 373

MessagePosté le: Ven 25 Sep 2009 - 10:50    Sujet du message: Un homme marche Répondre en citant

Revue du message précédent :

"Il vaut mieux monter les marches une par une que que de se retouver avec le dos brisé en voulant les monter quatre à quatre" ( encore un nouveau proverbe!
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 25 Sep 2009 - 10:50    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
LAMY Jacques
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2009
Messages: 402
Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Ven 25 Sep 2009 - 12:10    Sujet du message: Un homme marche Répondre en citant

.
.
En fait, Abdel, il y a un monde entre s'amuser à écrire des historiettes et placer des nouvelles sur un forum, d'une part, et écrire un roman susceptible d'être édité, d'autre part...
.
Je donne pour exemple, la rubrique "Romans" sur ce site qui ne recueille que peu d'avis. Mon tapuscrit "PRIS SUR LE FAIT !" (2 premiers prix du roman "historique"), dont j'ai édité les cinq premiers chapitres ici, n'attire pas grand monde et cela se comprend parfaitement, car lire 150 pages sur Internet et beaucoup plus astreignant que sur support papier. Et encore deux éditeurs se sont dits intéressés, à la condition que j'y ajoute au moins une centaine de pages (j'aurais pu insérer par exemple quelques pages de l'annuaire téléphonique, pourquoi pas ? Moi qui ai en horreur le délayage !) Et je ne suis pas le seul ! Autrement dit, recueillir des avis éclairés quant aux pages d'un roman sur Internet n'est pas choses évidente.
.
Ensuite, il nous faudra, amynochka et moi, être très organisés. À titre indicatif, non seulement un fichier spécifique au titre du roman devra être créé, mais un second pour recevoir les avis de nos amis, dont Humprhey, et que les deux auteurs puissent échanger entre eux pour modifier, améliorer ou supprimer certains passages d'édition récente, sans mêler ces remarques au texte proprement dit.
.
Enfin, il y a deux méthodes, au choix. Soit, amynochka et moi définissons d'un commun accord et à grands traits la trame du roman, soit nous laissons nos personnages agir au fur et à mesure de l'avancement du roman, sans "peaux de bananes" ni "farfeluseries" ainsi que nous nous sommes ingéniés à le faire dans "Un homme qui marche".
.
En conclusion, c'est un travail de broderie de longue haleine : je ne suis pas contre, mais il faut le savoir. Mais il est vrai aussi que nous sommes un forum littéraire.

.
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Ven 25 Sep 2009 - 17:15    Sujet du message: Un homme marche Répondre en citant

Il n'ya pas de problème Lamy. Les forums littéraires contiennent souvent des rubriques privées pour monter un projet avant de le présenter au public . C'est légitime et compréhensible, surtout quand il s'agit d'un projet pas encore mis au point, si ce n'est pas un pléonasme.

On ne présente que ce qui est déjà "presque" à point.

Il est donc normal d'ouvrir et de travailler dans une rubrique privée à ce sujet tout en participant aux rubriques publiques.


Par la suite , on aura des extraits pour donner des avis.

Nous traçerons d'un commun accord les détails de cette initiative, par MP.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Humphrey
Modérateur global
Modérateur global

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 703
Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Sam 26 Sep 2009 - 17:19    Sujet du message: Un homme marche Répondre en citant

Jacques a raison, ce n'est pas évident de lire un roman sur Internet, et c'est encore moins évident de lire et commenter tout ce qui est posté sur un forum comme celui-ci, surtout lorsqu'on a un métier prenant et d'autres hobbys (dans mon cas la musique et la littérature "papier".)

C'est pourquoi j'ai annoncé dès mon arrivée en ces lieux que je ne promettais pas de tout lire et encore moins de tout commenter. Je jette un coup d'oeil sur tous les nouveaux posts mais je fais ensuite ma petite sélection, et souvent la longueur du texte est un critère. Ceci dit, si quelqu'un souhaite absolument avoir un commentaire de ma part sur un texte particulier que je n'ai pas sélectionné, il suffit de me le faire savoir et je ferai un effort!

Pour les romans - à l'exception de celui de Yasmina que j'ai commenté chapitre par chapitre depuis le début - je préfère attendre qu'il y ait plusieurs chapitres pour les imprimer et les lire d'une traite. J'espère bien trouver le temps de lire "Pris sur le fait!" mais là je suis dans une période professionnelle un peu chargée donc ce ne sera pas pour tout de suite.

Bonne chance à Jacques et Amnynochka pour leur projet d'écriture commune, s'il se concrétise. Cela me paraît fort périlleux mais sans prise de risque la vie est si morne !
Revenir en haut
LAMY Jacques
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2009
Messages: 402
Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Dim 27 Sep 2009 - 09:21    Sujet du message: Un homme marche Répondre en citant

.
.
Eh oui, Humphrey, c'est difficile de lire et de commenter de longs textes sur Internet lorsqu'on a des activités et des occupations prenantes, j'en sais quelque chose. À vrai dire je n'apprécie pas non plus d'être astreint à lire un texte.
.
Et, contrairement aux apparences, je cherche moins à être lu qu'à susciter l'envie chez d'autres auteurs de venir placer ici leurs ouvrages. En quelque sorte j'amorce cette démarche, et c'est pourquoi j'essaime un peu au long des rubriques sans distinction des genres...
Revenir en haut
Humphrey
Modérateur global
Modérateur global

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 703
Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Dim 27 Sep 2009 - 12:49    Sujet du message: Un homme marche Répondre en citant

Cette démarche vous honore, Jacques.
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Dim 27 Sep 2009 - 13:46    Sujet du message: Un homme marche Répondre en citant

Jacques, pour ma part je suis peut-être lent à réagir aux textes mais je ne suis tranquille que lorsque j'ai tout lu sur le forum et tout commenté !

Je le ferais bientôt pour les textes restants.

Il ne faut jamais perdre de vue deux choses :

- d'abord le nombre de lectures faites. On constate en face du titre du texte que 10 ou 20 personnes l'ont lu, mais il y a zéro commentaires. Pour moi cela signifie au moins que 10 personnes ont réagi "intérieurement" avec mon texte.

- ensuite le caractère "primé" du texte. Pour moi le lecteur réfléchira longtemps avant de commenter, de peur de ne pas être à la hauteur des précédents commentateurs qui l'ont primé. Cela est compréhensible sauf quand des trucs sont évidents à commenter.

- On peut ajouter à cela une sorte de joie de lire de bons textes offerts gracieusement par l'auteur. Alors on ne va pas , en plus, lui trouver des poux quelques parts au lieu de le remercier pour ce bon geste !

Ceci explique cela mon cher Lamy.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Humphrey
Modérateur global
Modérateur global

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 703
Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Lun 28 Sep 2009 - 18:53    Sujet du message: Un homme marche Répondre en citant

Pour ma part, le fait qu'un texte ait été ou non primé ne m'empêchera pas de dire ce que j'en pense en toute liberté, car je sais que l'avis des membres du jury d'un concours littéraire n'est pas toujours unanime, loin de là. Un texte peut parfaitement avoir été fortement critiqué par certains membres et être finalement primé parce qu'il a plu à la majorité. Enfin, tout dépend du mode de fonctionnement du jury bien sûr, je parle ici des expériences que m'ont livrées deux de mes proches qui ont été membres de jurys de concours littéraires.

Et qu'on ne se méprenne pas sur mes propos : je ne tente pas ici de discréditer les (nombreuses) oeuvres primées de notre excellent membre Jacques Lamy ! Cette remarque vise uniquement à expliquer ma liberté de commentaire qui est parfois interpétée comme de la prétention.

Tout qui a un peu lu sait que "primé" ne veut pas dire "garanti excellent", tout comme "publié" ne veut pas dire "lisible", hélas…


Dernière édition par Humphrey le Mar 29 Sep 2009 - 19:28; édité 1 fois
Revenir en haut
LAMY Jacques
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2009
Messages: 402
Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Mar 29 Sep 2009 - 10:28    Sujet du message: Un homme marche Répondre en citant

.
.
Un texte primé ne doit pas empêcher de s'exprimer en toute liberté, bien évidemment, mais la question n'est pas du tout là. J'ai été aussi membre de jury de concours, et je puis vous assurer que si l'un des membres de l'aréopage, n'a pas le même ressenti que ses collègues unanimes, le participant a très peu de chance d'être primé !
À moins qu'il ne s'agisse de concours de pacotille comme il en existe tant... Pour quel concours vos collègues faisaient-ils partie du jury, Humphrey ?
.
Un concours de nouvelles "sérieux" (et il s'en trouve beaucoup) est connu de bouche à oreille entre nouvellistes, et se distingue par plusieurs paramètres :
1°/ La gratuité de la participation (ou frais < 10 €.)
2°/ Une définition de la nouvelle insérée au règlement par les organisateurs.
3°/ Un règlement rigoureux.
4°/ Peu de lauréats (3 maximum).
5°/ Des récompenses élevées (de 350 à 1000 € pour le premier) autres que des médailles en chocolat...
6°/ Le jury est en général composé (au minimum de 6 à 7 membre) d'enseignants en Lettres, de bibliothécaires, d'écrivains connus ou déjà primés au concours, de libraires. Il y a parfois deux ou même trois jurys pour se prononcer sur la sélection.
.
Chaque membre du jury note les textes sur un total de 20 suivant un barème précis auquel il ne convient pas de déroger. Bien sûr les critères strictement techniques (orthographe, respect du thème, présentation, qualité de la chute) sont notés de façon à peu près similaire, mais d'autres facteurs (ressenti émotionnel, style) provoquent parfois la controverse et des écarts de notation souvent importants. Trop de fautes d'orthographe élimine le candidat irrémédiablement. De façon courante, le podium (les 3 premiers) est accessibles à partir d'une moyenne générale de 15/20. Il suffit de deux notes de 12/20 (ce qui est déjà un signe de belle écriture) pour que le postulant au prix en soit écarté. Une seule note inférieure à 10/20 enlève toute chance de figurer sur ce podium : vous vous régaleriez Humphrey (il faut seulement faire partie de la confrérie des enseignants en Lettres ou des écrivains...) Si la moyenne n'atteint pas le seuil exigé (15 ou 16/20) les prix ne sont pas attribués. Certaines associations diffusent les bulletins (anonymes) des notes ; je me suis un jour, pour le "Ha-you" texte placé ici (thème : "Histoire de pierre"), retrouvé au pied du podium avec les notes suivantes : 18 - 18 - 17,5 - 16 - 15 - ... 4 (était-ce vous Humphrey ?)

.
Si, au cours d'une même année, un texte reçoit plusieurs prix en des joutes différentes, ce n'est plus le fruit d'un pur hasard (dans des concours sérieux, évidemment) et vous pouvez être rassuré, Humphrey, sur l'excellence de l'écriture, même si vous ne partagez pas le point de vue des divers jury, ce qui est parfaitement votre droit et très respectable...
.
La liberté du commentaire est non seulement autorisée mais in-dis-pen-sa-ble !
.

.
Revenir en haut
Humphrey
Modérateur global
Modérateur global

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 703
Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Mar 29 Sep 2009 - 21:15    Sujet du message: Un homme marche Répondre en citant

Très instructif tout cela, merci.

Et non, le 4/20 ce n'était pas moi, je n'ai jamais fait partie d'un jury de concours littéraire. Je ne suis qu'un modeste amateur de littérature.
Revenir en haut
Waam
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 12 Mai 2010
Messages: 47
Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Mar 10 Aoû 2010 - 21:27    Sujet du message: Un homme marche Répondre en citant

Il se meut à peu près correctement sans trop de douleurs. C'est déjà ça se dit-il. Mais pour aller où? Vers la lumière du jour d'abord; il verra bien ensuite. Il en a eu sa dose des néons de cet hopital! Alors arrivé sur l'avenue, les tâches de soleil qui se faufilent entre les branches des vieux platanes lui donnent un peu plus d'optimisme. Peut-être pourrait-il au moins échanger quelques mots avec cette soeur qu'il ne connait pas? Il jette un coup d'oeil derrière lui. Elle s'est arrêtée à une dizaine de pas et le regarde, le visage indéchiffrable. Lorsqu'elle constate qu'il l'attend vraiment, elle reprend le cabas posé à ses pieds et se dirige vers lui sans hâte.
-Je m'appelle Hadda, tu t'en souviens? Ce n'est pas dans cette direction qu'on va, alors suis moi plutôt.
On dirait la voix d'un être aérien, venu d'un monde qu'il aurait perdu un jour si lointain qu'il ne s'en rappelle plus. Il avait préparé une phrase ironique et bourrue mais il ne peut rien dire; cette voix lui a coupé ses effets. Ils se mettent en marche, côte à côte, chacun plongé dans ses pensées, ou alors chacun cherchant desespéremment ce qu'il doit dire à l'autre. Dans de telles circonstances, à quoi deux êtres peuvent-ils meubler leur esprit, ou plutôt que leur impose leur esprit de penser ou de faire alors qu'ils sont inconnus l'un à l'autre et pourtant frère et soeur? L'humanité doit être pleine de cas similaires mais ne nous égarons pas. Ils vont marcher ainsi pendant un heure et demie, non que la soeur, dont on a appris le prénom à cause de son souci de le rappeler à son presque-frère, et cela à plus d'un titre puisqu'en plus de la demie-fraternité( cette notion existe-t-elle en réalité?) qui suppose une demi-méconnaissance mais aussi parce que nous l'avons vu plus tôt dans le texte, la quasi totalité de la vie du frère  s'est déroulée entre les quatre murs d'une cellule où la famille n'a pas droit de présence, nous dirons donc, non que Hadda n'ait pas de quoi prendre le bus ou même un taxi, mais tout simplement, elle retarde le moment d'arriver sur le lieu de leur destination, lieu que nous connaîtrons et le frère aussi mais peut-être un peu plus tard que nous mêmes, en temps voulu. La soeur ne pense à rien de particulier hormis le fait qu'elle veut marcher au côté de ce frère, un long moment, sur un chemin qu'elle n'a jamais connu puisque c'est la première fois qu'elle se rend à cet hopital. D'aucuns verront une allégorie entre ce chemin matériel, concret qu'ils font ensemble et celui, symbolique, d'une enfance jamais partagée avec ce revenant de frère. Elle ne pense à rien de tout cela; il lui suffit de se laisser aller à son désir non analysé et encore moins décodé pour ressentir une espèce de calme confortable, d'autant plus confortable qu'Il vient de lui prendre son cabas des mains.
Ils sont sur le point d'arriver dans un petit appartement, plus exactement une loge de concierge. La porte en bois donne directement sur un petit espace aménagé sur trois côtés à droite de l'entrée, de banquettes couleurs grenat avec des coussins de la même couleur alignés contre les murs de telle façon qu'il forment dossier. Dans un coin mort, une petite télévision oubliée allumée exhibe les images d'une émission de réalité Lalla Laaroussa. On y reviendra peut-être plus tard si les besoins des vies que nous nous proposons d'effleurer le demandent ou du moins s'en trouveraient mieux comprises. Le son n'est pas fort ce qui laisse supposer que Hadda, puisqu'on peut la nommer, profitons-en pour alléger la phrase, ne fait pas partie de nos compatriotes sourds au sens propre et au sens figuré c'est à dire sourds aux respect des voisins, mais nous pouvons encore nous tromper à ce stade de l'histoire.Sur le mur, accrochée haut une photo en noir et blanc dans un cadre représente le visage d'une dame âgée d'une quarantaine d'année coiffée d'un foulard noué sur la nuque qui laisse échapper comme par inadvertance des mèches de cheveux. Coiffe démodée nous dirions-nous mais justement, c'est une villageoise de l'ancienne génération, d'ailleurs elle porte même un tatouage sur le menton. Sur le mur en face le même cadre avec le portrait aussi en noir et blanc d'une tête d'homme auréolée d'un turban savamment drapé. Le visage est buriné, des sillons de rides lui donnent de l'âge. Les cadres pareils, la position des deux photo; ils sont l'un en face de l'autre et accrochés à la même hauteur et les coiffes d'un ancien temps laissent imaginer qu'ils sont époux et parents de l'occupante ou du moins de l'un des occupants des lieux mais vu l'exiguîté habituelle des loges de concierge tout laisse à penser que les habitants ne sont pas nombreux en plus de Hadda quoiqu'on ne sait jamais par les temps qui courrent. La différence d'âge apparente pourrait faire douter qu'ils soient ou aient été époux, mais vu le contexte marital si l'on puit dire de notre société et de surcroît l'époque relativement ancienne induite par le côté démodé des coiffes, nous pouvons nous hasarder à les marier malgré la jeunesse de l'une et la vieillesse de l'autre.
Brahim lorsqu'il pénétrera les lieux dans quelques instants, il ne  sait pas encore qu'il arrivera là mais nous nous le savons maintenant et du coup sa soeur aussi, reconnaîtra tout de suite sa mère et donc celle de Hadda et aussi son beau-père et père de sa soeur puisque si non son portrait en ce lieu n'aurait eu aucun sens. Sur le troisième mur, à droite de la fenêtre, encadrée de dorure est accrochée la photo en couleur d'un bébé. Le petit salon, à gauche de la porte d'entrée donne sur une kictchinette qui ouvre sur la cour de l'immeuble et sur une salle d'eau constituée d'un lavabo minuscul et d'une douche qui verse directement sur des toilettes turques recouvert d'une planche en bois ajourée. Le tout est propre non de cette propreté qui laisse net le doigt inquisiteur et maniaque mais c'est relativement propre. Sur une des portes peu importe laquelle il y a la photo couleur d'un petit garçon.
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Ven 13 Aoû 2010 - 02:50    Sujet du message: Un homme marche Répondre en citant

Cela fait longtemps que je n'ai pas visité cette rubrique. Waam vient de proposer une suite à cette histoire.

Pourquoi pas ?

Il est vrai que la fin a été annoncée en page 6 et que je n'avais pas procédé à sa fermeture. Mais tant qu'il y a de la suite dans les idées, c'est tentant, surtout pour Amynochka qui assurait le tandem avec feu Lamy de la moitié de l'histoire à la fin.

On avait pris l'habitude de ne pas commenter le fond, mais seulement d'intervenir pour se relancer dans des dialogues taquins sur les péripéties du récit hilarant et sérieux à la fois...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
amynochka


Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2009
Messages: 373
Sagittaire (22nov-21déc)

MessagePosté le: Mer 15 Sep 2010 - 10:45    Sujet du message: Un homme marche Répondre en citant

    Brahim fixa le portrait du petit garçon accroché au mur à l'aide d'un clou et d'un bout de ficelle sale qui pendait. Les yeux de l'enfant sur la photo semblaient hagards et vides , pourtant Brahim eut le fort pressentiment qu'ils le scrutait étrangement: " qui est ce petit sur la photo ?" se hasarda t-il à demander à Hadda. " La voix un peu sourde de sa prétendue soeur lui parvient de l'autre chambre: " C'était toi un mois avant le décès de feu notre père " .

    Cette confirmation dérangea quelque peu l'esprit de Brahim déja flou et fatigué par cette marche inutile qu'il avait entamé avec Hadda . Il lorgna encore plus le portrait en se rapprochant de la photo , ne trouva aucune ressemblance et ne resentit aucune émotion particulière en plongeant son regard dans celui de l'enfant.

    " Toute cette histoire me complique l'existence! " marmonna t-il en cherchant dans la poche de sa vieille veste le paquet de cigarettes tout écrasé, espérant trouver une clope pour apaiser un peu son angoisse.

    Ses réflexions secrètes furent interrompues par l'apparition de Hadda dans le cadre de la petite ouverture qui servait de porte à la pièce . Elle avait préparé un thé et tenait à le partager avec Brahim , histoire de fêter l'événement de son retour.

    "J'ai quelque chose pour toi Brahim " et joignant la parole au geste ,Hadda plongea sa main sous le bois de lit où elle était assise et retira un vieux coffret en bois enveloppé d'un tissu de velours qui avait été probablement dans le temps de couleur rouge .

   Brahim ouvrit le coffret qui grinça à son ouverture . Une multitude de papiers sales et jaunies par l'usure du temps écrits à la plume . Une écriture ancienne que seuls les fkihs peuvent déchiffrer . Il fit un effort pour lire à travers la fumée de sa cigarette
qui montait ...et il ne put rien soutirer de son essai de lecture. C'était trop serré , énigmatique et les papiers sentaient une forte odeur de camphre. Brahim eut une nausée, écrasa son mégot et referma le coffret d'un coup sec.

   Un long silence régna entre lui et Hadda et seuls le bruit qu'ils faisaient en sirotant leur thé, venaient briser ce sentiment d'être dans un gouffre obscur sans issue.

    Hadda volait le regard de temps en temps pour scruter son frère . Elle était consciente d'avoir troublé son esprit avec toute cette histoire de coffret et de fraternité . Elle fit un geste pour se lever et Brahim la somma de rester assise . " Quels intérêts ont tous ces papiers millénaires ? "

  
Revenir en haut
Waam
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 12 Mai 2010
Messages: 47
Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Jeu 16 Sep 2010 - 14:09    Sujet du message: Un homme marche Répondre en citant

Quelques anachronismes (c'est bien le terme, Abdel?) et contradictions entre le dernier texte et l'avant dernier qui me bloquent....
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Jeu 16 Sep 2010 - 15:23    Sujet du message: Un homme marche Répondre en citant

Waam,  il me faut relire tout depuis le début pour pouvoir reprendre le fil conducteur. je le ferai bientôt.

Pour l'instant j'ai lu les deux derniers textes. Amynochka a appliqué "la règle du jeu " qui prévalait avec Lamy : relancer le récit à partir du texte du protagoniste en reprenant des choses pour les orienter à sa façon vers un but quelconque. Après, le protagoniste fait de même en y imprimant sa propre imagination  et une autre orientation.

On se suit donc à tour de rôle, on se complète en approfondissant (réciproquement) " la vision" de son vis-à-vis. Des "explications" sur la nouvelle orientation sont possibles en cours d'écriture. Des réponses également, toujours dans le corps du texte mais étroitement liées au récit,  à la pensée des personnages (pas du protagoniste).

Par exemple, Brahim trouve inutile sa sortie avec sa "soeur" : une vision du protagoniste pour tenter d'alléger le texte ou l'orienter vers une autre direction.

La réponse se fera de même par la bouche des personnages...

Ainsi, les auteurs expriment leurs vues par le biais des personnages et parviennet à se mettre d'accord  sur la suite à venir, tout dépend des trouvailles au fur et à mesure et à l'entente qui se dégage pour "épouser" un point de vue du récit de son protagoniste.

C'est du moins ce que je comprends du jeu tacite de cette histoire, vous pouvez user du MP entre vous deux pour plus de clarification et de mises aux points générales.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
amynochka


Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2009
Messages: 373
Sagittaire (22nov-21déc)

MessagePosté le: Jeu 23 Sep 2010 - 10:06    Sujet du message: Un homme marche Répondre en citant

LAMY Jacques a écrit:
. .
Je ne déjeune pas, je suis un anachorète, s'écria Brahim. Les camionneurs s'esclaffèrent : un ana quoi ? un anacacahouette ? Nous t'avons reconnu, tu sais, dit gentiment le mécanicien, tu es "Brahim le Poète". Nous voulons bien te laisser courir le désert seul, à la condition de nous chanter tes projets...
.
Brahim s'exécuta :
.
Car maintenant je suis lassé de l'aventure,À la ville et même au Désert !
Je veux marcher à pied, s'il me plait, sans voiture,
Me parler seul, être disert.
.
Je reverrai les miens, bien volontiers..., peut-être :
Ma chère épouse Fadila,
Ce Lamy, faux-jeton, s'il veut réapparaître,
aminochka. C'est tout, voilà !
 

.
Les gens qui étaient sortis de l'auberge, applaudirent à tout rompre. Ils étaient éblouis : ils n'avaient d'ailleurs rien compris.
.
Le mécanicien ému lui dit : tu peux nous quitter, tu as honoré ta parole, que Dieu te bénisse ! Le chauffeur à l'écart sanglotait.
.
Brahim, se redressa, salua et s'en alla. Son ombre s'agrandit en grignotant le sol, silhouette hors mesure sous un Soleil couchant...




    Voila je suppose la dernière réplique de feu Lamy .

Je me suis contentée de suivre le même procédé entamé : Donner suite à l'histoire de l'homme qui marche que Waam a bien voulu continuer...si anachronisme il y'a , j'avoue ne pas m'être rendue compte .
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:52    Sujet du message: Un homme marche

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace romans -> Créations en commun Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  >
Page 7 sur 8

 
Sauter vers:  
Referencement
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group -- Template created by dav.bo=> GreenStylus --

Portail | Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation