http://ecrire.clicforum.com 2011-07-26 Créations littéraires :: Frissons...
  Créations littéraires
 
Index
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 


 Bienvenue  
Frissons...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace Nouvelles, Autobiographies, Textes et Récits courts -> Nouvelles
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
LAMY Jacques
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2009
Messages: 402
Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Jeu 7 Mai 2009 - 15:40    Sujet du message: Frissons... Répondre en citant

Frissons


Sombre dimanche !

La chambre paraissait s'écraser sous les étoffes lourdes, aux grands plis noirs. De nouveau, dans le couloir, une porte battit, hésitante dans un lent grincement. La lampe de seuil se balançait sous les rafales du vent glacial.
La maison dans l'étau de la nuit s'embrumait.
Un miaulement d'horreur fit frissonner Patrick.
Seul le couloir était éclairé, la porte d'entrée entrouverte. Il était à l'affût...
· · · · · ·
Dans le clair-obscur de la pièce, Patrick, le visage défait, vit son reflet tragique dans le miroir d'un meuble. Il attendait, ou plutôt il l'attendait, fébrilement : il était prêt.
Il avait saisit un couteau à large lame (souvenir d'un passé professionnel de boucher), et l'avait disposé sur la table de la cuisine : il n'aurait plus qu'à l'empoigner... le moment venu.
· · · · · ·
Il était fébrile, il avait froid, il avait faim. Il faut dire qu'il n'avait rien absorbé depuis la veille au soir, depuis sa dispute avec Évelyne.
Ils avaient passé la nuit et une grande partie de ce dimanche à se quereller.
C'était grave et c'était fini.
En fin de journée, n'ayant aucun moyen de transport, il avait dû couvrir les treize (encore un mauvais présage) kilomètres à pied qui séparaient le domicile d'Évelyne de sa demeure, sur le point de tomber d'inanition dans le froid, le vent et la neige fondue qui se mêlait à ses larmes de détresse.
Elle ne voulait plus de lui, elle disait même ne plus l'aimer.
Deux mois qu'ils étaient ensemble. Au début, la grande passion présidait leur liaison. Puis Évelyne avait commencé à se lasser du caractère neurasthénique de son compagnon, transformant de petits riens en drames irréversibles.
Elle s'était longuement absentée ces derniers jours : il la soupçonnait d'avoir pris un autre amant ! Il était jaloux, il était haineux : l'aimait-il toujours ? Dans la semi-obscurité, sa rancœur éclatait. Il ricana méchamment.
Elle allait venir le relancer, il en était sûr... Il saurait alors comment la recevoir, croyait-il.

Mais pour le moment, ce n'était pas elle qu'il attendait de plus en plus impatient, en cette nuit maudite, tremblant de chagrin et de froid. Il se sentait affaibli, et pensait que s'il s'asseyait, ne serait-ce qu'un instant, il ne pourrait plus se lever de sa chaise lorsque "l'autre" apparaîtrait.
Que ferait-il si Évelyne surgissait soudainement devant lui, là, maintenant, tout de suite ? Se ruerait-il à la cuisine pour en finir avec elle où la serrerait-il fougueusement dans ses bras, toujours aussi amoureux...
Mais l'heure n'était pas aux interrogations introspectives : primauté à l'action avant tout ! Il devait se ressaisir. C'était "l'autre" qu'il guettait nerveusement..."et qu'il paierait comptant" sourit-il de façon cannibale. Mais "l'autre" viendrait-il un dimanche, tard le soir, dans un pavillon isolé ? Il se savait attendu, bien évidemment.

Le vent redoubla de violence.
La grille du jardin grinça lugubrement.
Au loin un chien hurla à la mort.
Patrick frissonna de nouveau ; il eut un fou-rire nerveux.
Un pas assuré résonna sur l'allée du jardin.
Patrick se prépara à bondir.
On heurta fortement la porte d'entrée et une voix de stentor retentit dans toute la maison: "ya quelqu'un ?"
Patrick jaillit de sa cachette et, délaissant le couteau sur la table de la cuisine, se heurta presque à l'inconnu, "l'autre", dans sa précipitation !

"Pizza-Express : c'est bien vous qui avez commandé la "Royale" ? malheureusement, nous n'avions plus que des "anchois-fromage" : ça va quand même " fit le livreur enjoué : " Oui ? alors ça fait dix euros et bon appétit !"

Triste nuit, sombre dimanche...


Jacques LAMY
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 7 Mai 2009 - 15:40    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
amynochka


Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2009
Messages: 373
Sagittaire (22nov-21déc)

MessagePosté le: Ven 8 Mai 2009 - 09:04    Sujet du message: Frissons... Répondre en citant

Vous avez le don de tenir le lecteur en haleine, dans un style descriptif angoissant qui fait frôler la haute solitude que vit patrick en ce dimanche pas comme les autres.MERCI pour le partage.
Revenir en haut
LAMY Jacques
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2009
Messages: 402
Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Ven 8 Mai 2009 - 10:46    Sujet du message: Frissons... Répondre en citant

La Pizza sauvera le Monde, amynochka !
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:43    Sujet du message: Frissons...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace Nouvelles, Autobiographies, Textes et Récits courts -> Nouvelles Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Referencement
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group -- Template created by dav.bo=> GreenStylus --

Portail | Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation