http://ecrire.clicforum.com 2011-07-26 Créations littéraires :: Les mots qui fâchent !
  Créations littéraires
 
Index
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 


 Bienvenue  
Les mots qui fâchent !

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace Nouvelles, Autobiographies, Textes et Récits courts -> Nouvelles
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
LAMY Jacques
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2009
Messages: 402
Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Sam 9 Mai 2009 - 14:20    Sujet du message: Les mots qui fâchent ! Répondre en citant

LES MOTS QUI FÂCHENT...



Non, Pierre ! Je ne veux pas que tu me fasses la lecture d'un article de ton journal sur le dernier attentat survenu en Balkhavie, ni en ce qui concerne le nombre de victimes. Je ne veux plus que tu me parles de ton chien qui prend la poudre d'escampette trois fois par semaine sans même se faire écraser une seule fois. Je souhaite uniquement que tu fasses silence sur tout ce qui rend notre vie quotidienne si triste : des errements de Médor aux malheurs du Monde...
— Mais Francine : de quoi veux-tu parler ?
— Des fleurs, du printemps qui arrive, des prochaines vacances, du dernier film sorti, de ma nouvelle coiffure (que tu n'as pas encore remarquée, d'ailleurs.) Que sais-je moi : ce ne sont pas les sujets qui manquent !


Francine, jeune femme blonde aux yeux bleus, discourait ainsi tout en repassant son linge, alors que Pierre à demi disparu, effondré dans un vaste canapé, agitait de la main un journal.

— Zut ! j'ai encore oublié de laisser la fenêtre ouverte pour Cartouche !
— Ah non ! tu ne vas pas recommencer avec une autre bestiole, surtout affublée d'un nom pareil !
— Comme tu es de mauvaise foi, ce n'est pas un chien, mais le chat du voisin que j'ai en garde pour quelque temps. Et comme son homonyme célèbre c'est un bandit au grand cœur.
— Au grand cœur ?
— Oui, il chaparde partout mais laisse volontiers sa part à Médor.
— Ne me parle plus de ce chien, mort ou vif ! Mais pourquoi le chat lui laisse-t-il sa part ?
— Ah ! Tu vois que tu t'y intéresses... Quand Médor lui montre les crocs, pardi !
— Nigaud ! Tu es content de m'avoir piégée, hein ! avoue ?



Francine fait le tour de sa planche à repasser et va s'installer sur les genoux de son compagnon et, tout en riant, l'enlace tendrement.

Vois-tu, Pierre, dès que j'ouvre la radio je n'entends parler que de guerres, d'attentats, de la mort. Tu rentres à la maison, avec un air de chien battu parce que le tien s'est échappé... Je voudrais tant que tu me parles d'autre chose que de la mort et de ton chien : n'est-ce pas légitime pour une jeune femme qui guette ton retour pour se changer les idées ?
Réponds-moi sans faire diversion, je te prie.
— Bien sûr, ma Francine. Elle te va bien cette nouvelle coiffure, sais-tu ?


Francine se lève d'un bond, fait bouffer ses cheveux, jette un coup d'œil à son image dans le miroir du salon et dit :

— Crois-tu ? Tu as quand même fini par remarquer mon changement de "look" !

Elle se tourne vers Pierre et voit celui-ci qui se retient de rire.

— Tu as fait diversion, salaud ! Hein, tu as encore réussi !

Francine se jette sur lui, empile les coussins du canapé qu'elle bourre de coups de poing... assortis de son rire cascadant.

Je finirai par te tuer, un jour, c'est sûr !

La tête de Pierre ressort comiquement à l'autre bout du canapé :

— Chut ! On ne parle pas de la mort. Et c'est vrai que j'aime bien TA coiffure...


Francine le dégage des coussins et l'étreint tendrement. Ils savourent un moment cette paix des cœurs.

— Je comprends que ton métier de chroniqueur t'incite à serrer au plus près la triste actualité, mais la vie est si courte alors que la mort, elle, est éternelle...

Pierre se redresse soudain, l'air inquiet :

— Ça sent le brûlé !

Francine pousse un cri, et se précipite vers la planche à repasser d'où s'élève une légère fumée :

— Mon corsage !, puis rassérénée : non, c'est ta chemise.
— Ah, non ! C'est ma plus belle ! Je voulais la mettre ce soir pour la réunion extraordinaire de la Rédaction. Elle est morte... ma chemise..., heu, je veux dire fichue !

Francine prend une mine de petite fille repentante :

— T'es fâché ?
— Mais non, mais non : ce n'est pas bien grave.
— C'est quoi cette réunion ?
— C'est pour définir notre tactique éditoriale dans les jours à venir. L'Ambassadeur de Balkhavie en Limatchie vient d'être assassiné, il y a deux heures environ. Nous l'avons appris par une dépêche de notre correspondant local, et des troubles ont éclaté, en Balkhavie justement, où des milices populaires assiègent l'immeuble de l'ambassade limatche. Des coquetels Molotov ont été lancés : il y aurait des morts parmi les familles réfugiées...
— NNNooonnn !!! C'est assez ! Pitié Pierre !


Francine porte ses deux mains fines aux oreilles :

Comment peux-tu faire un métier pareil ?
— J'ai commencé au journal, comme beaucoup d'ailleurs, par la rubrique "des chiens écrasés"...
— AAAaaahhhhhh !!!!!!
— Excuse-moi. Et comme j'avais un diplôme d'économie politique, je me suis spécialisé dans "les incidences économiques prévisionnelles des conflits latents internationaux". C'est mon gagne-pain actuel. Cela m'intéresse, mais ce n'est pas une passion, bien évidemment.
— Mon Dieu, Pierre ! Qu'allons nous devenir ? Je t'aime plus que moi-même, mais je ne puis plus supporter certains sujets dont la mort d'êtres chers en particulier. C'est pour cette raison que j'ai dû fuir mon pays, dès l'enfance, tu le sais...
— Oui, je sais... Je pense plutôt m'orienter vers la critique littéraire, qui est un de mes violons d'Ingres, lorsque je t'épouserai.


Francine se jette à son cou :

— Oh ! Chéri, tu penses à notre mariage ? Mais quand ?
— Je ne sais pas exactement. Comme tu ne supportes pas les chiens, vivants ou morts..., il nous faut attendre.
— Attendre quoi ?
— La mort naturelle d'un chien nommé Médor...



Jacques LAMY
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 9 Mai 2009 - 14:20    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Dim 10 Mai 2009 - 15:11    Sujet du message: Les mots qui fâchent ! Répondre en citant

Pitié Lamy !

J'ai failli m'étouffer en m'esclaffant !

Quel beau texte ! mais quel beau texte les amis !

Raconter une scène de vie avec une telle finesse, une telle fluidité, un tel humour, une telle précision descriptive, une telle douceur des propos, c'est énorme. De l'art qui coule à flots.

Ah, non ? Pas d'accord ?

Tant pis ! je n'aurais jamais honte de m'extasier à haute voix en faisant une aussi succulente lecture !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:10    Sujet du message: Les mots qui fâchent !

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace Nouvelles, Autobiographies, Textes et Récits courts -> Nouvelles Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Referencement
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group -- Template created by dav.bo=> GreenStylus --

Portail | Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation