http://ecrire.clicforum.com 2011-07-26 Créations littéraires :: Les jouets (Conte pour enfant)
  Créations littéraires
 
Index
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 


 Bienvenue  
Les jouets (Conte pour enfant)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Contes et légendes populaires -> Contes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
LAMY Jacques
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2009
Messages: 402
Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Dim 19 Juil 2009 - 12:54    Sujet du message: Les jouets (Conte pour enfant) Répondre en citant

.
.
Les jouets

.
.
C’est la vieille maison au bord de la rivière, sur le chemin menant au pays du levant. Quelques chats au soleil refont mille manières, léchant, l’air affairé, leurs pattes de devant.
Sur le banc vermoulu tricote une femme, les traits jeunes et las et les cheveux de lin, mais reflètent ses yeux du grand amour la flamme dès que tinte soudain un rire clair d’enfant…
.
Ce garçonnet rit en cascade en bâtissant un camp bien retranché avec un petit pont. Il crie fort des « boum-boum ! », simulant l’embuscade : par son jeu s’écroulent indiens sioux et hurons… C’est le Far-West rêvé de sujets en plastique, des peaux rouges, cow-boys et des cavaliers bleus. Il recrée à nouveau cette « charge héroïque. » en cassant quelques jouets : hasard malencontreux.
.
Un chaton gris velours approche la bataille, s’allongeant sur le site il en change le sort. Aucun guerrier n’est réellement de taille à résister au monstre en muscles à ressorts…
Griset ! Allez, va-t-en ! Arrête ! Tu m’embêtes ! lui dit le garçonnet, en proie à son courroux. En réponse le chat, en langage de bête, renverse de la patte un dernier indien roux. La réplique aussitôt, sous forme d’une tape de l’enfant, tombe sur la tête du félin. Celui-ci, hérissé, détestant qu’on le frappe, geint, tourne le dos et se met tout en rond.
Le gamin fait tout pour que Griset pardonne : saisit le chaton, le prend dans les bras, le berce tendrement jusqu’à ce qu’il ronronne.
Ils s’endorment alors auprès des guerriers en fatras…
.
···

.
Un huron se relève en secouant la terre qui l’enveloppe et tend la main au cavalier qui se redresse, heureux qu’il n’y ait plus de guerre :
Ces gamins sont, comme leurs pères, fous à lier !
— Pour les nouveaux conflits, lui, il nous ressuscite…

.
Cow-boy au grand chapeau se rapproche en boitant :
J’ai la jambe brisée ! C’est une réussite, car je ne suis pas mort, je dirais … pas vraiment. Et toi, fieffé Huron, tu te couches de suite, Grand Manitou te voit, espèce de tricheur !
Ainsi que tu le sais, il m’interdit la fuite. Je dois toujours mourir, moi, le Huron-Scalpeur. La mère du gamin en achèterait mille, les Peaux-Rouges mourraient puisque son fils est blanc. Toi, le beau cavalier, jamais ne te défiles ; et dès que tu parais c’est un événement. Et toi, le fier cow-boy, certain de la victoire, si tu tombes au combat, ce n’est qu’un accident : tu disparais du jeu toujours en pleine gloire. Moi je ne suis qu’un traître, un barbare, un violent !!!
.
À ce moment paraît, brillant des pieds au casque, un pompier de notre temps, l’air désemparé :
Qu’est-ce que je dirais, alors, moi, mes beaux masques ? Pour tenir un drapeau, il m’a récupéré … quand je ne conduis pas la vieille diligence, et au triple galop, en hurlant des ‘’pin-pon’’
.
Se montre un chevalier :
Mais quelle est cette engeance ? Moi, Chevalier Bayard, je tenais seul le pont. Il brisa mes amis à grands coups de baguette, pour ‘’faire vrai’’, disait-il, cassant le château fort ! Je reste seul encore et lui sers d’estafette dans un monde futur, où je suis déjà mort !
.
Survient un vieux bouchon, piqué de deux épingles :
Moi, je ne me plains pas, car je suis ‘’le’’ martien. Quand je fais des ‘’bip-bip’’ mes deux yeux-lasers cinglent. Je bouchais du champagne : et ça ce n’est pas rien !
— Tu aurais dû finir déjà à la poubelle, tu n’es même pas beau, tu fais n’importe quoi ! On te tape dessus ? Tu sautes de plus belle, tu ne distingues pas un lord d’un iroquois.

Nous serions malheureux sans Griset-la-Malice coupe le cavalier pressentant le conflit.
Quant on est trop fourbu, alors il entre en lice, il embarque l’enfant, ça ne fait pas un pli, reconnait l’Indien, c’est un chat au cœur tendre...
Il y a, c’est certain, plus malheureux que nous. Au fond entre deux jeux, nous n’avons qu’à attendre, la fausse-mort se trouve au prochain rendez-vous.
Bah ! Reconnaissons-le, il est gentil ce gosse, si nous sommes cassés il ne nous jette pas. Finir à la poubelle est une fin atroce, pour un beau cavalier il n’est pire trépas.
— Il veut nous réparer et nous garde en miettes. Et même mon cheval a la jambe de bois : l’une de ces pattes est un bout d’allumette,
raconte un vieux shérif représentant la loi.
C’est vrai, ma longue lance est un bois de sucette, s’écrie fort Bayard (sans reproche ni peur.)
Ma tête est recollée clame Davy Crockett, je lui revaudrai ça, parole de trappeur ! Il a sauvé mon scalp, ma coiffure coquette. Ah ! S’il avait été au siège d’Alamo, les soldats mexicains auraient trouvé leurs maîtres et nous autres yankees avions le dernier mot….
— Exact,
dit le pompier il est charmant ce môme : je lui pardonne bien de m’envoyer au feu… Mais, sans autopompe, ni grande échelle, en somme : là, alors, je lui en veux tout de même un peu !
— Il garde nos morceaux et parfois nous répare.

.
Moi, il m’a embrassé, en rougit le huron, ces lèvres avaient goût de confiture de fraise… Une autre fois c’était la crème de marron : un chien m’a nettoyé. Oui ! Ne vous en déplaise.
Moi, un jour je chutais dans un plat de poisson, murmure ‘’Œil-de-Faucon’’ en bonnet de fourrure. Le chat m’a lessivé, bien sûr à sa façon : j’ai reçu quelques coups de griffes et des morsures : mais nous étions alliés alors je n’ai rien dit..
.
— Mais, vite ! Allongeons-nous, je vois qu’il se réveille…
.
···

.
Le garçonnet s’étire, et à son chat … sourit. De la mère le regard et le cœur s’émerveillent.
Tu sais ce que je fera quand je seras grand ? dit le gamin sortant de son rêve.
Je pense que tu vas sûrement me le dire.
Je sera le chef des infirmiers à la guerre !

.
.
Jacques LAMY

.
.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 19 Juil 2009 - 12:54    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
LAMY Jacques
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2009
Messages: 402
Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Dim 19 Juil 2009 - 12:56    Sujet du message: Les jouets (Conte pour enfant) Répondre en citant

Cette foé, j'm'a pas gourré !
.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:56    Sujet du message: Les jouets (Conte pour enfant)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Contes et légendes populaires -> Contes Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Referencement
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group -- Template created by dav.bo=> GreenStylus --

Portail | Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation