http://ecrire.clicforum.com 2011-07-26 Créations littéraires :: Le bonheur du jour
  Créations littéraires
 
Index
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 


 Bienvenue  
Le bonheur du jour

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace Nouvelles, Autobiographies, Textes et Récits courts -> Nouvelles
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
LAMY Jacques
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2009
Messages: 402
Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Jeu 6 Aoû 2009 - 20:45    Sujet du message: Le bonheur du jour Répondre en citant

.
.
Le bonheur du jour


.
C’était un meuble en chêne, un vrai "bonheur-du-jour" dont la marqueterie artistement lustrée contrastait avec les quatre pieds vermoulus. Cet objet ouvragé du XVIIIè siècle se voyait de la rue, attirait le chaland, brillant comme un soleil dans le magasin sombre.
J’accédai aux trésors de cet Ali Baba, en fait des bibelots et le bonheur-du-jour.
Je le payai plusieurs fois sa valeur, bien sûr, car le vieil antiquaire usa de sa science …
.
Je l’emportais chez moi, heureux de cet achat. Mais le bonheur-du-jour déparait trop mes meubles. Lors, je le remisai dans une pièce annexe, puis, je n’y songeai plus.
.
Et le temps s’écoulait…
Un jour, en ce local ayant besoin de place, je voulus retirer ma belle acquisition. J’ouvris les six tiroirs par acquis de conscience, mais l’un d’eux résistait, fermé à double tour. Et, n’ayant pas de clef adaptée aux serrures, j’usais d’un tournevis sans grande précaution. Je bataillais longtemps obtenant la victoire : mon successeur ferait cette réparation. Cet élément céda, mais il n’était pas vide: des feuillets racornis gisaient là, mystérieux.
.
Pure curiosité, je commençais à lire.
.
.
« ................... Ce jour, j’ai regardé par delà mes barreaux, et j’ai vu un grand mur qui me masquait l’espace. J’entendais dans le ciel s’ébattre des oiseaux aux cris de désespoir qui me frappaient de face… Ah ! Partit loin de tout ! Surtout, partir d'ici !
Le songe me fait vivre et permet le sursis : je rêvais de ciel bleu évoquant le printemps, une vie au dehors et quelques hommes libres.
M’avez-vous oublié ? je vous aimais pourtant... Mais en fermant les yeux, je vous vois : mon cœur vibre ! »
.
.
Il manquait un morceau à ce premier feuillet.
.
.
« Ils m’avaient arrêté dès le petit matin alors que j’écrivais des vers contestataires :
.
... De la justice user sans perdre son latin.
Pénétrer en tout lieu sans crainte des cerbères.
.
Aider et être aidé sans en tirer profit,
Faire un bien pour le bien sans monter au pinacle.
Rechercher l’aventure, accepter les défis,
Aux enjeux mesurés sans rêve de miracles.
.
Humer le romarin et sentir chaque fleur,
Respirer les senteurs de nos belles collines,
Sans redouter le garde au jargon de la peur.
Se baigner dans la joie à l’écume câline,
.
Admirer du Soleil les somptueux couchers.
Chaque jour se lever quand l’âme fait peau-neuve,
Caressant l’églantine, velours au doux toucher.
Des éclairs foudroyants en supporter l’épreuve.
.
Les cheveux dans le vent, se promener la nuit
Sans risque de sombrer en sinistre algarade.
Éviter les discours qui génèrent l’ennui.
Ne dégainer le fer qu’en de belles parades…
.
Ne pas désespérer.................. »

.
.
La page était souillée à la fin du feuillet.
J’étais tant absorbé par l’étrange lecture, que je n’avais pas vu tout ce temps s’écouler, demeurant intrigué des lignes enjaunies…
.
«Ils m’ont interrogé, me traitant de "frondeur".
Ils me considéraient au pays tel un traître, et pour questionner harcelaient sans pudeur.
Je désirais m’enfuir, m’envoler, disparaître !
Je ne pouvais user du Droit, ni de cartel !
.
J'élaborais ces vers, le cœur épanoui dans un rêve lointain au futur inouï…
J'ennoyais le bonheur en un simple rondel...
.
Les senteurs de l'écume astrale
De l'Iroise que nous aimons,
Émanant des bruns goémons,
Ne s'épandent en plage australe.
.
L'âme océane magistrale
Emporte au vent, par vaux et monts,
Les senteurs de l'écume astrale
De l'Iroise que nous aimons.
.
Douce souvenance ancestrale :
Disparaissent les artimons
Des voiliers quittant nos limons,
Puisant, en la vague lustrale,
Les senteurs de l'écume astrale…

.
Cependant, jour ou nuit, souvent j’étais battu : je leur déclarais être un citoyen du Monde. Quand je n’eus plus de force, alors je me suis tu.
J‘étais un innocent du parti de la fronde…
J’avais caché, soigné des blessés "communards". Le gîte du poète est souvent un refuge pour les déshérités qui payent sur le tard leur révolte sublime contre ceux qui les jugent. »
.
.
Le bas de page était écrit nerveusement.
.
«Il y eut pour procès une seule audience et qui se déroula emmurée à l'huis clos. Des officiers jugeaient : triste était l’ambiance. L’avocat, un gradé, était tiré du lot. Il plaida "la folie enlisant le poète", et je fus condamné à la peine de mort.
Je me suis résigné. Tel un anachorète, j’aspire au grand instant qui figera mon sort. »
.
.
L’encre était diluée en beau milieu de page.
.
« Je désespère de l’Homme en proie à ses démons qui asservit son frère, assouvissant sa morgue. Je regrette la terre et la mer et les monts — je regrette la vie, l’amour aux grandes orgues.— Je regrette l’espoir celé en mon pamphlet pour les gueux démunis et la jeunesse avide, — et je regrette aussi des pinsons les couplets.
Je ne laisserai pas, je le sais, un grand vide… »
.
.
Il faisait sombre ici, dans le jour finissant. J’allumai reprenant aussitôt ma lecture.
Encore des feuillets dévorés par les rats.
Je m’absorbai alors en ces dernières lignes.
.
.
«J’entame ce feuillet, car demain c’est "le jour !" Demain sera "ma nuit…" Mais j’achève la lettre. La fille du geôlier surveille l’alentour. Elle remet la lettre à porter, au vieux prêtre ; elle fournit la plume et aussi le vélin. Angélique est son nom : elle lit mes poèmes qui chantent l’espérance en termes opalins pour songe de cristal aux accents de Bohème.
.
À l’instant décisif, c’est à vous que je pense. Vous avez votre vie, et moi, depuis ce temps, j’erre en un monde fou pour prêcher la clémence.
Je divague toujours : vous m’approuviez, parfois.
Rien ne s’est effacé des dernières années : je vous revois encore et j’entends votre voix, mais votre souvenir n’est que roses fanées… Je souhaite m'enfuir, vous serrant contre moi ! …Mais je "partirai" seul : comprenez mon émoi...
J’ai besoin de votre aide et vais mourir tantôt.
Je voudrais que plus tard le monde ait connaissance de cette Liberté couverte d’oripeaux que j’éplumais en vers, telle une renaissance de cette Vérité dépourvue en atours…
Il faudrait donc cacher en meuble marqueté (votre “bonheur-du-jour”), ces aveux en feuillets tels …un très grand secret :
je vous aime toujours…
.
VERSAILLES, le 20 juin 187... »

.
.
.
En la date, l’année était indéchiffrable, comme le demeurait un paraphe élégant.
Souscrivit à ce vœu la femme tant aimée, qui cela en ce meuble un secret de jeunesse.
.
J’étais un peu ému, détenant le Passé...
.
Une voix me héla fortement de l’entrée.
Délicatement, je rangeai ce talisman.
.
Depuis j’ai réparé cette antique serrure et le bonheur-du-jour préside en mon salon...

.
.
Jacques LAMY

.
.
Extrait du recueil : "Vous aurez de mes nouvelles !" Publié par les Éditions "Les Nouveaux Auteurs..."
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 6 Aoû 2009 - 20:45    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Sam 8 Aoû 2009 - 22:18    Sujet du message: Le bonheur du jour Répondre en citant

Une agréable association entre prose et poésie.

A la place de l'auteur du poème, je l'aurais mis dans un double- fond.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
LAMY Jacques
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2009
Messages: 402
Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Mer 12 Aoû 2009 - 09:31    Sujet du message: Le bonheur du jour Répondre en citant

.
.
Vous navet pas "bon esprit", Abdel" !
.
.
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Mer 12 Aoû 2009 - 12:59    Sujet du message: Le bonheur du jour Répondre en citant

"il" navet pas été à ce point. Ca passe...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
amynochka


Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2009
Messages: 373
Sagittaire (22nov-21déc)

MessagePosté le: Mer 12 Aoû 2009 - 21:43    Sujet du message: Le bonheur du jour Répondre en citant

C'est toujours troublant de lire les vieux feuillets laissés dans de vieux tiroirs. Vous avez fait revivre de forts sentiments longtemps emprisonnés dans une vielle commode. J'ai bien aimé cette libération de vers et de prose qui libère en même temps l'âme d'un condamné à mort.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:11    Sujet du message: Le bonheur du jour

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace Nouvelles, Autobiographies, Textes et Récits courts -> Nouvelles Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Referencement
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group -- Template created by dav.bo=> GreenStylus --

Portail | Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation