http://ecrire.clicforum.com 2011-07-26 Créations littéraires :: Pris sur le fait !
  Créations littéraires
 
Index
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 


 Bienvenue  
Pris sur le fait !
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace romans -> Romans en cours -> "Pris sur le fait !" de Jacques Lamy
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Jeu 1 Oct 2009 - 15:42    Sujet du message: Pris sur le fait ! Répondre en citant

Sur le fond : une seule remarque.

Nous sommes en 1920, puisque l'auteur a précisé que " Dick Flannagan et "ses employés" s'installèrent à Happynees city en 1920".

Donc dire "C'est une unité spéciale du FBI !" est historiquement incorrect.

Le FBI fut crée en 1908 sous le nom de BOI (bureau of investigations) et ne fut baptisé FBI qu'en 1935 .

Sur la forme :

- Le Père : J'aurais préféré Père, sans article , pour éviter l'invocation de l'homme religieux (de même que "La mère").

-un état voisin (Etat)

- "le Père sifflotant au long de la journée"  : le long ? tout au long ?, je doute . En tout cas quelque chose me gêne.Peut-être une règle grammaticale que je ne connais pas.

- "manquant à se comporter en bon citoyen" (?) . Là, j'aurais préfére un point d'exclamation sans parenthèses.

- "si les Flannagans le laissent encore en vie (?) : Même remarque.

- "Mais le Père, épris de justice, s'exclama
Mais Lieutenant, c'est vous qui l'avez agressé !" : Ici, je pense que la répéttition de "Mais" est superflue et il manque un tiret (de dialogue) à la seconde phrase.

Sur la compréhension :

- "ma future belle-fille !" : Doherty a été présenté, mais on ne sait pas s'il a de la famille, un fils surtout. On comprendrait que son fils pourrait épouser Isa. A moins que ce ne soit lui qui épouserait la Mère ( à la mort de Père...). Belle -fille a un double sens...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 1 Oct 2009 - 15:42    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
LAMY Jacques
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2009
Messages: 402
Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Jeu 1 Oct 2009 - 16:44    Sujet du message: Pris sur le fait ! Répondre en citant

C'est un paysan du Nevada qui s'exprime, Abdel", pas un enseignant de littérure française. Aurais-je droit d'animer des personnages s'exprimant en "sabir", ou non ? Que diriez-vous des écrits de Louis Hémon, d'Hervé Bazin, et même certains de D'Ormesson ?
.
Chez nous, dans une famille nombreuse, lorsque qu'on parle de ses parents, on dit : le père, la mère... ou mon père, ma mère... sans connotation religieuse. La France étant un pays foncièrement laïc, hors de l'église le terme de "père" n'a pas d'autre signification : on cite "le prêtre", "le curé" etc...

Bien sûr que vous avez raison quant au terme "FBI", mais si j'avais cité le "BOI", mon "lectorat" standard (qui ne se précipite pas sur le dictionnaire ni sur Internet à chaque phrase d'un roman) n'aurait sans doute pas compris... Il est vrai que j'aurais pu raconter davantage l'histoire du FBI (j'ai récupéré, avant d'écrire ce roman, un dossier de plus de cent pages à ce sujet, sur l'automobile FORD, sur la peinture néoréaliste américaine, sur les début de la photographie, etc. !) Je vais y songer. En fait, je pense que je ne souhaitais pas être trop didactique en n'intéressant qu'une partie des lecteurs.
.
En ce qui concerne l'ambiguïté du terme "belle-fille", elle est réelle (pour le narrateur, c'est bien sûr évident et il ne pensait pas que le Lieutenant Doherty puisse devenir un "parâtre" !), et ne sera levée (la bru) que quelque chapitre plus loin : Patientez, voyons !
.
Les répétitions, Abdel, font partie du langage courant. Si elles sont évitables, autant le faire. Je dois d'ailleurs reconnaître que j'ai présenté ici la version initiale de ce texte, bien qu'il ait été remanié avant de concourir. Toutefois... je n'ai pas encore retrouvé le tapuscrit correspondant.
.
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Jeu 1 Oct 2009 - 18:17    Sujet du message: Pris sur le fait ! Répondre en citant

C'est la deuxième fois que vous insistez sur le fait que le narrateur n'est qu'un paysan et qu'il doit être animé en tant que tel.

Je ne vois toujours pas où est le problème :

Moi je vise l'auteur et sa manière de faire animer le personnage et non pas le personnage lui même en plein exercice de ses fonctions qui lui ont été" assignées" par l'auteur.Grande nuance !!!

Quand vous mettez "le Père" dans la bouche du personnage, je ne vous dis pas que le personnage s'exprime mal (ou comme vous dites, il doit s'exprimer comme un prof de littérature) loin de là !!!!

Je vous dis que quand vous le faites exprimer comme ça, cela invoque une connotation religieuse "dans la compréhension " du lecteur, habitué à lire "le Père Lachaise" ou "la Mère Thérésa". Cela gêne un peu le lecteur. C'est tout. Mais si vous lui mettez dans la bouche  ceci  :

" Ce pauv'con de lecteur ne pipe mot et me tape sur le système" cela ne me ferais proférer aucune remarque. Car l'auteur aura voulu que son personnage s'exprime ainsi. Rien de plus normal.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Humphrey
Modérateur global
Modérateur global

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 703
Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Jeu 1 Oct 2009 - 19:56    Sujet du message: Pris sur le fait ! Répondre en citant

Personnellement "le Père" me semble tout à fait naturel sauf peut-être l'usage de la majuscule mais c'est un détail sans grande importance, un choix de l'auteur qui peut se justifier sans problème.

Par contre je suis d'accord avec Abdel sur la répétition inutile du "mais" dans l'exemple cité. Le premier des deux étant du narrateur, il ne s'agit pas d'une répétition de "langage courant". Mais bon, rien de très grave, il me semble.

Pour le reste, très honnêtement mais sans prétendre détenir la vérité sur ce roman, je dois dire que, pour ce que j'en ai lu jusqu'à présent, le style ne m'emballe pas énormément. Je trouve certaines phrases un peu lourdes, peu coulantes. Mais voilà, ce roman a été primé si j'ai bien compris, et je suppose que ce n'était pas dans un concours de pacotilles, donc je suis tout prêt à admettre que c'est sans doute une question de goût. Peut-être que la prose de Jacques ne correspond simplement pas à ce que je recherche moi Humphrey en tant que lecteur. On ne va pas écrire une dissertation là-dessus, ça ne vaut pas la peine.

Je me réserve d'ailleurs le droit de revenir sur ce premier sentiment quand j'en aurai lu un peu plus.

Je péfère attendre également pour m'exprimer sur le fond.
Revenir en haut
LAMY Jacques
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2009
Messages: 402
Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Ven 2 Oct 2009 - 08:14    Sujet du message: Pris sur le fait ! Répondre en citant

.
.
Lorsqu'un auteur dans le cadre d'un texte non-autobiographique prend la parole en "je" sous le nom du personnage qu'il a créé, il endosse les vertus et défauts, le comportement, le langage et l'écriture de celui-ci. Il y a en quelque sorte un dédoublement de la personnalité par l'écriture : tous les auteurs vous le dirons. Le style que vous n'aimez pas, Humphrey n'est pas le mien, mais celui de Louis Barns, né en 1918 dans l'État déshérité et semi désertique du Nevada lorsque débuta "le rêve américain". Pensez-vous vraiment que Frédéric Dard écrit personnellement dans le même style que ses créatures : le Commissaire San Antonio et son adjoint ? Que Raymond Queneau tient le même langage que Zazie, alors qu'il tient tout autre propos dans "Inventions de styles"...
.
Rappelez-vous la nouvelle "Tout seul !" qui était un "à la manière de..." de Maurice Genevoix, ce que je n'avais pas caché d'ailleurs, et auquel un jury orléanais, spécialisé dans les oeuvres de cet auteur, leur compatriote, avait accordé le prix en dépit d'effets de style "à la limite du plagiat" et dont Humphrey m'attribuait la mauvaise écriture, alors qu'il s'agissait d'une imitation réussie de celle de cet écrivain. Ce que c'est que "l'intime conviction" quand même !
.
Vous avez parfaitement le droit de ne pas aimer mon style personnel, Humphrey, mais à une condition que ce soit réellement le mien ! Où le trouver ? mais en lisant la nouvelle "Kalou", le conte "Clobek" ou la prose poétique autobiographique "Conscription" sur lesquels vous n'aviez fait aucun commentaire.
.
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Ven 2 Oct 2009 - 15:12    Sujet du message: Pris sur le fait ! Répondre en citant

Permettez-moi de réagir à vos paroles Jacques, car j'ai un avis différent du vôtre sur cette question de style.

Un écrit capte d'abord par son style, avant de le faire par l'hisoire.

Si le style est bon et l'histoire médiocre, je peux lire jusqu'au bout.

Si le style est médiocre et l'histoire bonne, je peux toujours lire jusqu'au bout.

Si style et histoire sont médiocres, alors c'est aux premières pages que je ferme le livre et en cherche un autre.

Un auteur qui écrit délibérément en mauvais style sans savoir quand il doit  séparer le narrateur du personnage, court à sa perte. A moins que son histoire captive !

Dans votre cas, on connait d'avance qui est Lamy et quel est son style. Mais pour quelqu'un qui ne vous a jamais lu, il croira que c'est cela votre style de toujours et dira : Lamy a un piètre style.

Je ne suis pas d'accord avec le fait de croire qu'un écrivain se voit obligé de rabaisser son style pour la raison que le narrateur( qui est aussi personnage principal) est d'un niveau socio-culturel moyen.

D'abord, ce n'est pas le personnage qui écrit l'histoire, mais la raconte. Moi je ne vais pas apprécier le style du personnage pour apprécier celui de l'histoire. Je vais cibler l'auteur et rechercher où est son vrai style, à moins qu'il ne m'offre pas cette occasion. Alors il aura joué avec le feu.

L'auteur devrait trouver l'issue favorable pour lui pour que je ne puisse pas faire un tel amalgame.

Il s'agit pour lui de ne pas mettre tous les oeufs dans le même panier. C'est ce que font tous les auteurs  et en particulier Fréderic Dard que vous avez cité et que je prends en exemple pour son caractère tout particuleir, à savoir qu'il refusa dêtre membre de l'académie française.Pour son style justement

Prenez n'importe lequel de ses romans de la série San antonnio. Il n' ya pas une seule page où il ne fait exploser son talent de jouer littérairement (littérallement aussi) avec le style et la langue et de faire  des tirades littéraires des plus sublimes.

Mais quand son personnage l'inspecteur Bérrurier s'exprime, décrit une scène ou fait tel acte , c'est la catastrophe du style, du langage et du goût. Quand c'est le commisaire San antonio qui parle , c'est le raffinement total du style , du langage et du goût.

Si Frédéric décide de n'adopter que le style de Béru pour raconter son histoire et qu'on n'a jamais lu Dard au paravant pour son style bien connu, alors L'Académie ne fera pas appel à lui, il ne sera jamais célèbre, à moins, je répète, à moins que les histoires soient bonnes ! Là on va le lire sans dire qu'il est écrivain à style, mais raconteur d'hitoires à dormir debout.

Je crois qu'il ne faut pas perdre de vue que se prêter entièrement à un personnage moyen pour raconter son histoire implique nécessairement à prêter le flanc aux critiques qui crieront haro sur le style médiocre dans sa totalité.

Aller jusqu'à imputer au personnage le médiocre style, les fautes de langue et les répétitions, est une abdicatioin totale de l'auteur de ce qu'il a de plus cher : son style.

Un auteur doit toujours être présent dans son écrit, face à la dictature aveugle qu'il a prêtée délibérément à son personnage.

Il y a de ces personnages médiocres qui tuent la réputation de leurs auteurs, s'ils ne savent comment en réchapper par la bouche d'un personnage de secours qui fait contre poids et représente dignement le style vrai de l'auteur.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
LAMY Jacques
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2009
Messages: 402
Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Ven 2 Oct 2009 - 16:07    Sujet du message: Pris sur le fait ! Répondre en citant

.
Je ne partage pas du tout votre avis, Abel. Le narrateur écrit dans son langage issu de la culture du milieu social auquel il appartient.
.
Dans le cas de "PRIS SUR LE FAIT !", il n'y a qu'un seul narrateur qui n'est ni sorti de Harward, ni de Princeton, sans intervalle dans le texte où l'auteur puisse s'immiscer. Que souhaitiez-vous ? Un style pédant et pompeux rempli de clichés rebattus qui ne correspondent en rien à la réalité du personnage, alors que celui-ci s'exprime en réalité clairement et simplement. Il n'y a pas de bons, de piètres ou de médiocres styles, Abdel, il n'y a que des styles parfois inadaptés.
.
Que reprochez-vous quant au style à cette déclaration du peintre ?
"La nature nous donne un splendide spectacle, et moi je recopie les beautés qu’elle montre, notamment les ultimes instants d'un coucher de soleil. Le crépuscule est un chant de vie et de mort : du sang, de la tendresse, des rêves en bleu, un peu de tristesse et aussi beaucoup d’amour, avec les cris d’espoir et d’effroi des oiseaux suivis du silence d’un accomplissement."
.
Vous émettez des ukases sans grandes significations : "un auteur doit toujours être présent dans son écrit, face à la dictature aveugle qu'il a prêtée délibérément à son personnage" (je ne savais pas qu'une dictature pouvait être "prêtée", ma foi, à notre époque étrange, qui sait ?) Là, vous vous êtes fait seulement plaisir par une belle envolée dont il faudrait bien m'expliquer le sens (peut-être ?) profond.
.
L'exemple de ce "snobisme littéraire" caractérisé (que nous sommes un certain nombre de nouvellistes à combattre, fort heureusement) est bien le cas que j'ai cité ci-avant, celui de la nouvelle "Tout seul !" où le fait que ce soit un thème "à la manière de"... avait échappé au lecteur (heureusement pas au jury : effets de style à la limite du plagiat') qui trouvait le style de ce texte mauvais, mais affirmait par ailleurs apprécier celui de Maurice Genevoix...
.
Ceci se passe de commentaires...
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Ven 2 Oct 2009 - 18:00    Sujet du message: Pris sur le fait ! Répondre en citant

Je vous ai donné mon point de vue sur un point théorique, celui de prêter un style particulier à un narrateur qui est en même temps personnage principal .

Ce narrateur est chargé de nous décrire les lieux et de nous présenter les personnages, ainsi que de nous raconter toute l'histoire, à sa façon, avec son fond socio-culturel.

Le lecteur que je suis a donné un point de vue, à prendre en compte ou à jeter aux oubliettes. Mon rôle s'arrête là.

Il est possible que mes propos ne soient que de belles envolées vides ou des ukases vides de sens qui alimenteraient mon égo de beau parleur. Elles demeurent une participation aux commentaires, avec sincérité et désir de communiquer sereinement avec les autres, selon mes capacités en la matière.

Au fond de moi-même, j'ai la conviction de ne pas verser dans la chimère ni dans l'absurde; chaque approche étant possible en matière littéraire pourvu qu'elle  acueille l'adhésion des lecteurs.

Un lecteur s'est exprimé, un autre s'exprimera. La terre continuera à tourner au bonheur de l'auteur et de nous tous.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Humphrey
Modérateur global
Modérateur global

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 703
Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Sam 3 Oct 2009 - 16:30    Sujet du message: Pris sur le fait ! Répondre en citant

 Excusez-moi Jacques, mais là je pense qu'à force de toujours vouloir avoir réponse à tout, vous êtes en train de déraper quelque peu.

Vous me dites que le style d'un roman que vous avez écrit de votre propre main de A à Z n'est pas le vôtre. Diantre !

Je lis pleins de romans, et quasi tous les auteurs font parler d'autres "je" que le leur, tous adoptent des styles différents selon les personnages qu'ils font parler. C'est justement ça écrire un roman! Tout ce qu'un auteur écrit est de lui, tous les styles qu'il décide d'adopter ou de copier deviennent "son style" à partir du moment où il le choisit. Vous créez un narrateur et vous créez aussi son style, même si c'est "à la façon de". 

Maintenant, cela n'empêche pas que je puisse apprécier diféremment les divers styles que vous adoptez. Mais ne me dites pas que ce ne sont pas les vôtres.

Pour en revenir à la seule chose vraiment intéressante dans ce débat, à savoir votre texte, j'ai vu que vous l'aviez posté dans son entièreté et comme il n'est pas très long, je le lirai un de ces jours et je donnerai mon avis après, car je reconnais que mon avis précédent n'est qu'une "première impression" basée sur la lecture d'un seul chapitre entier plus quelques passages des autres. On ne devrait jamais parler d'un roman avant de l'avoir lu en entier.
Revenir en haut
LAMY Jacques
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2009
Messages: 402
Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Sam 3 Oct 2009 - 17:29    Sujet du message: Pris sur le fait ! Répondre en citant

Vous oubliez une chose, Humphrey, c'est que chaque auteur a un style personnel, c'est-à-dire qui lui est propre, et qui ne transparait que lorsqu'il écrit avec, soit en animant des personnages qui lui sont étrangers ou bien en rédigeant des essais autobiographiques.
.
Je peux vous assurer que certaines fois mes personnages se sont animés seuls, avec leurs propres langages, détruisant au passage la trame que j'avais initialement conçue. Mais, vous verrez, vous repenserez à mes propos, si un jour le démon de l'écriture vous saisi...
.
Pour le moment vous êtes un excellent lecteur qui intéresse vivement les auteurs quant à votre ressenti (et j'y tiens personnellement, car c'est le plus important pour les écrivains), mais ne vous substituez pas à eux quant à la méthodologie dont vous ignorez beaucoup (si ce n'est un savoir strictement livresque et non expérimental.) Vous êtes un peu comme un gourmet qui non seulement donnerez son avis sur ses impressions gustatives, mais de plus voudrait modifier la recette du Chef, alors qu'il ne sait pas cuisiner...
.
Je vous parle sans animosité (je crois que je n'en ai jamais eu), même si la passion de l'écriture et mon enthousiasme pour l'oeuvre écrite m'emporte parfois, mais en toute amicale franchise : cesser de répéter ce que vous avez entendu ou lu (sans avoir eu la version contradictoire, de plus) et sans avoir été préalablement "au charbon", c'est-à-dire avoir "cent fois sur le métier remis votre ouvrage" ni avoir reçu de multiples avis de lecteurs sur vos écrits...
.
Enseigner l'écriture est une chose, la pratiquer soi-même en est une autre... Ce qui intéresse l'auteur (avec un "a" minuscule, comme amynochka) c'est le ressenti global du lecteur pour son roman, et non qu'il fallait mettre un tiret en tête de phrase pour un changement d'interlocuteur alors que ce changement est précisément indiqué... la ligne juste au dessus.
.
Amicalement, Humphrey.


Dernière édition par LAMY Jacques le Sam 3 Oct 2009 - 18:08; édité 1 fois
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Sam 3 Oct 2009 - 18:01    Sujet du message: Pris sur le fait ! Répondre en citant

Il n'est un secret pour personne que chaque auteur choisit l'optique de narration selon l'une des trois méthodes intangibles, ou deux d'entre elles ou même toutes les trois à savoir :

La focalisation zéro, la focalisation interne et la focalisation externe. Chaque méthode implique un angle de vision différent du récit et implique un style adapté aux personnages. Il suffit de se pencher sur les analyses de romans des divers critiques littéraires pour répertorier les auteurs selon ses approches.

Mieux encore les membres des jurys en tiennent compte.

La question du style selon les personnages a été réglée par Victor Hugao qui utilisa, le premier, le langage populaire et l'argot dans ses romans et cela ne l'a pas empêché de passer d'un registre à l'autre en faisant varier les styles.

Il n'est plus question d'écrire de bout en bout en style élégant et raffiné, mais de varier selon le niveau des personnages pour faire vrai.

Ne nous méprenons pas sur une chose : ceci n'est qu'un dialogue sur le style en général. Nous connaissons parfaitement la grande valeur des écrits de Lamy.

L'expérience d'une écriture différente, d'un style différent adapté au personnage , n'est qu'un moyen, une occasion pour nous d'en savoir plus.

Cela enrichit et permet de suivre les mêmes pistes, qui ont donné un excellent résultat.

Voilà le but recherché. Personnellement je suis bien satisfait, car cela me permet, et aux autres, de lire les contre propositions, de faire des recherches, d'apprendre encore plus par moi-même. Grâce à cette catalysation crée par les débats, même courts et peu nombreux. Je crois que c'est la même chose pour les autres.

Si des fois le niveau fait défaut (je parle pour ce qui me concerne) l'essentiel c'est de se lancer pour permettre aux gens qui nous lisent (ils sont plus de 60 chaque jour) de venir nous prêter main forte, tant que nos débats sont à coup sûr fort intéressants et notre travail est honorable à bien des égards.

Nous méritons tous un satisfecit légitime. Aux hésitants, spécialistes en littérature, de nous rejoindre. Nous en avons fortement besoin, surtout pour exprimer leurs ressentis.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Humphrey
Modérateur global
Modérateur global

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 703
Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Sam 3 Oct 2009 - 18:44    Sujet du message: Pris sur le fait ! Répondre en citant

Toujours amicalement, c'est fondamental ! Vous me verrez argumenter et contre-argumenter, ironiser aussi quelquefois, mais jamais agresser.
Cela dit... Ah pauvres auteurs incompris !! Quelle misère de devoir discuter avec ces enseignants en lettres qui croient tout savoir mais n'ont que des connaissances livresques ! (eh oui, là, j'ironise :-) )

Mais donc, si je comprends bien, il faut absolument être écrivain soi-même pour pouvoir définir ce qu'est le style d'un auteur ? Zut alors, pas de chance pour moi !Voilà bien un des grands - mais aussi très pardonnables - défauts de presque tous les écrivains que je fréquente : ils sont persuadés qu'ils sont les seuls à pouvoir réellement comprendre leur art. C'est parfois un peu agaçant, vous ne trouvez pas ? Comment avoir une discussion enrichissante si l'on part du postulat qu'il y a des choses que l'interlocuteur ne peut pas savoir ou comprendre? N'est-ce pas un tantinet... prétentieux ?




Blague à part, n'oubliez pas (toujours amicalement) que nous ne savons finalement que très peu de choses l'un sur l'autre. En fait, vous ne savez absolument pas si mes connaissances sont purement livresques et si je ne fais que "répéter ce que j'ai entendu sans avoir eu la version contradictoire". Il se peut que je me sois forgé une opinion à la lueur de nombreux contacts avec des écrivains? Il se peut aussi que je m'intéresse depuis longtemps à l'écriture romanesque et que j'aie essayé de comprendre comment travaillaient les écrivains. Certes je ne suis pas romancier, mais il se peut que j'aie quand même un peu écrit dans ma vie. Comme il se peut aussi que je sois marié depuis 25 ans à un(e) auteur(e). (je mets le "e" entre parenthèses car je sais qu'il gêne certains.)

Pour en revenir à la question qui nous occupe : oui, je sais qu'un auteur peut se trouver presque "dépossédé" de son écriture par ses personnages – il ne faut pas avoir étudié les lettres pour savoir ça, du reste. Mais de là à affirmer que le style de votre roman n'est pas vôtre... disons que je trouve cela "exagéré".
A vrai dire, je crains même que ce ne soit qu'une vue de l'esprit - chère à certains écrivains semble-t-il, mais une vue de l'esprit quand même.

Bon évidemment il y a fort peu de chances pour que vous soyez d'accord avec moi sur ce point, mais ce n'est pas grave, je n'ai pas besoin que tout le monde soit toujours d'accord avec moi pour être heureux, et vous non plus j'en suis sûr ! Si j'ai pris la peine de répondre si longuement, c'est parce que j'aimerais qu'à l'avenir nous puissions échanger nos points de vue sans que vous deviez constamment me rappeler que vous êtes écrivain et moi pas, car je ne pense pas que cela enrichisse le débat.

Bonne soirée.
Revenir en haut
LAMY Jacques
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2009
Messages: 402
Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Sam 3 Oct 2009 - 21:33    Sujet du message: Pris sur le fait ! Répondre en citant

.
.CIT.
.
"Pour en revenir à la question qui nous occupe : oui, je sais qu'un auteur peut se trouver presque "dépossédé" de son écriture par ses personnages – il ne faut pas avoir étudié les lettres pour savoir ça, du reste. Mais de là à affirmer que le style de votre roman n'est pas vôtre... disons que je trouve cela "exagéré".
A vrai dire, je crains même que ce ne soit qu'une vue de l'esprit - chère à certains écrivains semble-t-il, mais une vue de l'esprit quand même.
"
.
Vous me dit que vous avez déjà écrit dans votre vie. Alors si vous avez heureusement cette expérience, esposez vos textes pour nous démontrer que votre méthodologie, très différente de la mienne, est la bonne...
.

Je suis avant tout, Humphrey, un ex-scientifique de formation et de profession (et cartésien d'esprit.) Et ma question est : qu'est-ce qui vous permet de dire que c'est une vue de l'esprit ? (Encore que tout ceux que nous disons soit bien "une vue de l'esprit"..., à moins de réfléchir "comme un pied".) Peut-être que vous avez essayé et que ça n'a pas fonctionné, peut-être que votre épouse qui écrit (vous pourriez au moins lui faire un peu de pub pour ses bouquins, cela nous permettrait d'avoir de bonnes lectures) n'a-t-elle pas non plus ressenti cette impression, peut-être que les écrivains que vous interrogez vous répondent-ils par la négative ? Et alors ? il est possible de produire des centaines de témoignages d'auteurs de romans et de pièces de théâtre qui confirmeront mes dires. Des dizaines d'écrivains reconnus qui interviewés à la radio soutiennent le même point de vue que moi (et je les ai entendus !). J'avais lu, il y a longtemps, un article de Pirandello ("Sept personnages en quête d'auteur") à ce sujet, particulièrement édifiant !
.
Autrement dit, ce qui est "une vue de l'esprit" pour vous, ne l'est pas pour moi ni pour beaucoup d'autres. Tous les auteurs autres que ceux que vous fréquentez ne sont pas obligatoirement des hurluberlus pour autant, Humphrey.
.
Revenir en haut
Humphrey
Modérateur global
Modérateur global

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 703
Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Sam 3 Oct 2009 - 22:30    Sujet du message: Pris sur le fait ! Répondre en citant

C'est une vue de l'esprit parce que, quoi que vous ou d'autres écrivains puissiez penser, ce que vous écrivez, c'est vous qui l'écrivez. Vous pouvez avoir l'impression, même très forte, que votre personnage prend l'ascendant sur vous, mais cela reste vous. 

Je viens d'en parler longuement à table avec mon épouse et elle comprend très bien ce que vous voulez dire mais elle pense (comme moi) que vous l'exprimez erronément quand vous dites que votre roman n'est pas dans votre style. Parce que le style d'un auteur, ce n'est pas uniquement son phrasé, son choix de mots et sa façon de s'exprimer par écrit quand il décide que c'est lui qui écrit en son nom. C'est aussi la façon dont il laisse s'exprimer ses personnages et son narrateur. Pourquoi est-ce un problème pour vous, scientifique, de reconnaître cela, je ne comprends pas très bien ?

Si vous n'êtes pas d'accord avec cette définition, alors expliquez-nous ce qu'est pour vous le style d'un auteur, pour qu'on puisse vous suivre.

P.S.: J'ai déjà expliqué que je ne venais pas ici pour faire ma pub ni celle de mon épouse. Si elle veut se faire connaître sur les forums, elle le fera elle-même mais apparemment, c'est pas trop son truc.
Revenir en haut
Humphrey
Modérateur global
Modérateur global

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 703
Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Dim 4 Oct 2009 - 16:09    Sujet du message: Pris sur le fait ! Répondre en citant

"Le style est autant sous les mots que dans les mots. C’est autant l’âme que la chair d’une œuvre"
Gustave Flaubert

A propos de style, voici une citation de Gustave Flaubert que je trouve intéressante :

"Le style est autant sous les mots que dans les mots. C'est autant l'âme que la chair d'une oeuvre."
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:43    Sujet du message: Pris sur le fait !

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace romans -> Romans en cours -> "Pris sur le fait !" de Jacques Lamy Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Referencement
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group -- Template created by dav.bo=> GreenStylus --

Portail | Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation