http://ecrire.clicforum.com 2011-07-26 Créations littéraires :: Portrait
  Créations littéraires
 
Index
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 


 Bienvenue  
Portrait

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace Nouvelles, Autobiographies, Textes et Récits courts -> Nouvelles
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
LAMY Jacques
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2009
Messages: 402
Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Mer 26 Aoû 2009 - 21:19    Sujet du message: Portrait Répondre en citant

.
.
Portrait

.
.

Je peins.
Je peins ainsi pour oublier le Monde. Je peins pour échapper au quotidien morose : mon ressenti profond s'étale sur la toile. La peinture n'est pas seulement un loisir, c'est aussi bien souvent la bonne thérapie.
.
En fait, je dessine surtout (au fusain, à la plume, au pinceau, au pastel) le portrait de quelques amis ou personnalités marquantes. Dessiner ne consiste pas à regarder le cheminement de la main, mais à tracer sur un support l'image formée en l'esprit. Peindre un visage implique d'abord de dessiner. Je réalise mes portraits d'après photo ou, si je peux, par une pose prolongée : je capte alors les expressions au cours du temps, ressentis que je compile dans mon tableau. Mais je peins aussi de mémoire.
.
Mon style de peinture est le figuratif : les paysages sont concrets et les portraits sont ressemblants. Mais alors, me direz-vous, quelle différence avec la pratique de la photographie ? L'objectif reproduit une expression fugace, soit l'éclat d'une facette psychologique d'un sujet à peine entrevu. Le peintre garde en mémoire tous les aspects successifs du personnage, dans la durée. L'épreuve est le support de la brièveté, et la toile celui du Temps.
.
Maintenant vous connaissez ma passion, je crois.
.
Je demeure dans un studio : mon atelier. L'immeuble est ancien et vétuste. Les odeurs de cuisine et celles de peinture s'épandent intimement dans tout l'escalier. Une bonne entente règne entre les voisins.
.
Mais je ne cherche pas à vendre mes tableaux. J'ai un métier nourricier, bien évidemment : je suis manutentionnaire dans une unité de stockage d'un grand magasin.
.
Je vis seul.
.
Un commissaire de police à la retraite, de mes amis, paysagiste de talent, vient me voir pour que nous échangions nos idées. Et ses visites sont heureusement fréquentes : un porto généreux éclaircit nos débats... Louis-René, c'est son nom, ne me laisse pas seul avec mes rancœurs et ma misanthropie. Il voudrait que j'expose mes oeuvres de reclus : mais, de nos jours, qui pourraient-elles intéresser ?
.
· · · · · ·

.
Carole aime à venir souvent à l'atelier. Trois coups discrets à la porte : trois coups au cœur. Je lui ai aménagé une place à elle, avec le tabouret, le chevalet, la toile où elle crayonne à sa guise. Sa présence m'est devenue indispensable. C'est la nièce de ma voisine de palier.
.
Et à vingt ans à peine, elle est resplendissante : blonde, grands yeux noirs amandins, traits réguliers, élancée, le corps de Diane la Chasseresse. Quel peintre ne rêverait-il pas d'un tel modèle ? Il n'en est pas question ! Trop fragile, elle est muette et marquée à jamais par un horrible drame ! Sa tante qui l'a recueillie veille sur elle.
.
Celle-là m'a bien expliqué : le mutisme apparut à l'âge de cinq ans, lorsque, cachée sous un lit, Carole assista terrorisée au meurtre sanglant des siens. Les raisons de ce crime ne me sont pas connues. Et j'ignore encore la profession du père et la situation familiale à l'époque.
.
L'enfant, le seul témoin, ne put rien révéler aux femmes-policiers venues l'interroger. Traumatisme profond, irréversible même, aux dires de certains. Hors ce grave handicap, Carole se comporte tout à fait comme une jeune femme normale. Elle ne comprendrait rien à ce qu'on lui dit, d'après sa tante. Je m'inscris en faux, car elle me comprend, moi ! Il est vrai que cette brave femme bafouille...
.
Notre complicité remonte à quelque temps déjà. Alors que j'esquissais à la brosse un tableau, Carole posa sa fine main sur la mienne. Je me levai, lui enserrant affectueusement les épaules, la fit alors asseoir devant mon chevalet, lui confiai mes pinceaux en marque de confiance. Elle barbouilla un peu cherchant à dessiner. Depuis elle a "Sa" place dans mon atelier : elle y vient dès que je suis là. Réussira-elle ? je ne saurais le dire...
.
Mais je lui parle constamment pour l'habituer.
.
Quant à Louis-René, il approuve ma démarche. Comme je lui faisais remarquer en riant que Carole apprenait d'un bien vieux Professeur, il me répondit : vingt-cinq ans n'est pas une si grande différence, surtout à vos âges, bien sûr... Louis-René tient souvent des propos sibyllins.
.
· · · · · ·

.
Depuis, des mois se sont lentement écoulés.
.
Hier, j'ai fait un rêve utopique à souhait. Blottie tout contre moi, Carole commentait avec feu son dernier tableau : le portrait de..."La Joconde" ! Ce songe traduit bien mon espoir excessif...
.
· · · · · ·

.
En dépit de ma patience et de mes efforts, Carole a dessiné de façon répétée le voilier blanc d'un calendrier de la Poste. L'atelier était envahi par ses bateaux. Ensuite, ce fut l'auto-pompe des pompiers copiée de leur calendrier...
.
Je dois reconnaître qu'elle a bien progressé, car maintenant elle dessine de mémoire de gros bonshommes moustachus (comme Louis-René et le gardien de l'immeuble), réalisés exclusivement au crayon. Impossible de lui faire croquer un beau vase, une bouteille de Porto et quelques livres. Le bâtiment d'en face ? Inutile d'en parler !
.
Parfois, Carole s'énerve et me tambourine de ses poings la poitrine, à vrai dire pas très fort. Un jour, elle m'a semblé sur le point de parler : illusion ou réalité ? Ses lèvres émettaient quelques mots inaudibles. J'ai l'impression qu'elle veut mémoriser mes phrases. Le peintre que je suis rêve tout éveillé.
.
Ses dessins étant limités aux moustachus, j'ai cru qu'elle me faisait passer un message. J'estimais opportun de laisser repousser ma pilosité sub-nasale. La réaction de Carole m'a fort surpris : elle s'énerva sans cesser de sangloter tout en tirant sur les poils drus de ma moustache en tentant de les arracher. Le lendemain j'étais imberbe, elle souriante.
.
Carole a décidé de me masquer ses œuvres. Et moi je ne cherche pas à la contrarier. Un tissu englobe sa tête et le tableau lorsqu'elle dessine (et reste en place, une fois sa lourde tâche de gribouillage achevée), je ne vois que de dos les hanches de Sapho... Je respecte scrupuleusement son souhait. Je doute de ses facultés intellectuelles, par moments. À d'autres elle me surprend heureusement...
.
· · · · · ·

.
Aujourd'hui, Louis-René vient boire mon Porto. Carole est encore sous son voile lorsqu'il arrive. Tout en trinquant nous discutons.
.
Carole découvre le tissu et pousse un cri ! C'est un appel, nous accourons. Sur la toile est tracé un dessin au crayon : une tête patibulaire et... moustachue, les yeux d'un noir intense rehaussés au pinceau : le trait ferme et précis, les ombres bien en place. Je suis désappointé, aussi admiratif. Louis-René demeure perplexe.
Carole se jette dans mes bras en pleurant. Soudain, je comprends tout : c'est un "portrait-robot" !
Elle ne te répondra pas, me dit Louis-René.
J'insiste :
Un vrai portrait-robot ; c'est cela Carole ?
Je n'attends de sa part qu'un hochement de tête. Se serrant contre moi, elle murmure à peine :
C'est l'assa...l'assassin, J...Jean.
.
À ma stupéfaction succède un grand bonheur...

.
Jacques LAMY

.
.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 26 Aoû 2009 - 21:19    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Mer 2 Sep 2009 - 03:40    Sujet du message: Portrait Répondre en citant

Une jolie nouvelle qui se moule bien dans un autre cadre artistique : la peinture. On a droit à des tableaux superposés, par l'écriture et par la peinture.

Une inspiration raffinée.

J'ai beau chercher le défaut caché pour taquiner l'auteur juste pour me venger un peu sur le franc parler. Rien à faire, le beau l'emporte partout. Je n'y peux rien. L'éloge se passe de commentaire.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:19    Sujet du message: Portrait

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace Nouvelles, Autobiographies, Textes et Récits courts -> Nouvelles Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Referencement
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group -- Template created by dav.bo=> GreenStylus --

Portail | Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation