http://ecrire.clicforum.com 2011-07-26 Créations littéraires :: Confession
  Créations littéraires
 
Index
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 


 Bienvenue  
Confession

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace romans -> Romans en cours -> "Autopsie" de Psy
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
PSY
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2009
Messages: 10
Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Jeu 29 Oct 2009 - 00:13    Sujet du message: Confession Répondre en citant

Slt, deuxième partie d'un projet de "roman-essai" que je nomme "autopsie", j'essaie ici de poser le problème de l'education et de l'enseignement dans nos pays africains. car il faut reconnaitre que trop d'emprunt ont fini par nous faire perdre les vrais aspects de notre culture. c'est le fruit d'un travail de recherche. Tout ce que j'écris est basé sur des recherches sur des faits réels. J'essaie sur la base de faits réels d'apprecier certains comportements de ma société ( Africaine).
Bonne lecture.
******************************************************************************************************
A : Sais-tu ce qui m’arrive ? S’interrogea l’homme.
En fait, j’ai l’impression d’être loin de moi et d’être la manifestation de deux entités antagonistes, méchantes l’une envers l’autre ; et qui me dissocient de moi-même. J’ai l’impression de vivre la vie d’autres personnes. En effet, toute action que je pose me semble loin de moi, et elle est source de mal être.
B : Comment cela est-il possible ?
A : J’ai été domestiqué par ma famille pendant longtemps, ensuite par la société et finalement par moi, sous contrôle bien sûr de ces deux maîtres : la société et ma famille. Aujourd’hui, il me semble qu’une partie de moi, longtemps restée insoupçonnée, surgit. Et là, je sens une contradiction entre ce Moi longtemps ignoré et ce Moi, le fruit de ma société. Et il y a contradiction.
Me croyant une âme de pasteur, indolent, doux et mou, je découvre la partie guerrière de mon être. Et elle veut autant que l’autre être maître de mon corps. Et voilà ce pauvre corps qui balance entre deux extrêmes et qui revient chaque fois meurtri par l’un ou l’autre. Et voilà que commença le début de ma souffrance et de ma mauvaise conscience. L’affrontement des deux entités en mon sein, est si violent et si puissant que mon âme se frustre et se perd souvent dans les décombres de l’irrationnelle, en quête d’une certaine stabilité. Et voilà, que le besoin de fuir le monde et de me réfugier dans un monde imaginaire prit hélas le pas. D’où ma nature d’homme rêveur. La fuite de la réalité parfois blessante vers l’imaginaire forcement apaisant, a fait de moi un fervent lecteur d’œuvres de fictions et un amoureux du mystique.
Âme sensible aux chocs exogènes, je ne pouvais pas rester insensible devant la douleur d’autrui. Elle m’atteignait facilement et transperçait cette âme que je m’évertue de protéger. Je suis incapable de faire semblant. Alors, ayant horreur de la compassion et pensant que la manière de soutenir un homme souffrant, n’étant pas de compatir à sa douleur, mais plus tôt de l’aider à ne plus souffrir de sa souffrance, je décidai de chercher les causes de son mal.
Quelle ne fut ma déception de découvrir que le mal de l’homme était l’homme ! Et alors, considérant l’homme comme un virus pour l’homme, je décidai de combattre cet homme ou du moins ce virus en l’homme. Et je refusai dès lors d’être tendre avec les mauvaises personnes (que je classai selon un critère qui m’est propre). Et voilà que ma sentimentalité s’est emprunt de brutalité pour s’apaiser.
Et donc, voilà le sens profond de la contradiction en moi : je suis parfois brutal et méchant par amour et par gentillesse. Je suis dur car très sensible…
Je suis donc l’expression violente de mes contraires à qui je refuse de laisser corrompre mon âme.
Voilà, peux-tu faire quelque chose pour mon âme ?
B : Non ! Laisses toi vivre et c’est tout !

La confession de cet homme est tellement révélatrice du mal qui guette notre peuple, qu’il est vraiment temps que nous posions sereinement les bases d’une éducation responsable de notre société. L’éducation que l’on nous donne est chrétienne. C'est-à-dire qu’elle nous enseigne des choses qui nous éloignent de nous. Elle enseigne des valeurs qui tuent en nous ces valeurs Africaines hautement respectables. La compassion n’est pas Africaine, lorsque c’est la manifestation d’une âme attristée par le sort de son voisin et qui se penche vers ce dernier pour le soutenir. Mais elle est Africaine, lorsque c’est l’élan de l’homme grand et fort qui se penche vers le plus faible et le plus souffrant, car il se sent responsable de lui, pour le soutenir. Car le sens de la responsabilité est Africain, croyez-le.
Le sentiment de pitié, de tristesse et la mauvaise idée de soi ne sont pas des valeurs que les Africains enseignaient à leurs enfants.

à suivre...
PSY.
Revenir en haut
Yahoo Messenger
Publicité






MessagePosté le: Jeu 29 Oct 2009 - 00:13    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Jeu 29 Oct 2009 - 20:48    Sujet du message: Confession Répondre en citant

Il n'est pas nécessaire d'être Psy...chologue pour comprendre tout cela, mais il faut certainement l'être pour le rendre littéraire.

A mon avis , ce texte n'est pas d'un souffle littéraire, c'est un texte de reflexions, de démonstrations, de thèse et d'anti thèse. Un musulman, comme moi, voit les choses différemment et penche pour le fait que sa religion et le christianisme  également sont porteurs des valeurs citées, qui sont peut-être à l'état brut , en gestation, dans toute société archaique.

Sur le plan de la forme, le cadre d'un dialogue entre deux personnages et la transposition du "mal vivre" d'un personnage vers la société, ne fait pas un récit à canevas.

Je suis tenté d'ouvrir une rubrique à textes de débats, pour permettre des échanges et des points de vue, en marge et en étroite liaison avec la littérature africaine et mondiale.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
PSY
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2009
Messages: 10
Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Jeu 29 Oct 2009 - 20:55    Sujet du message: Confession Répondre en citant

PSY = Piiga Souleymane Yameogo, mon nom a l'état civil
Revenir en haut
Yahoo Messenger
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Jeu 29 Oct 2009 - 22:34    Sujet du message: Confession Répondre en citant

Trés bon pseudo, Yameogo.

Merci d'en avoir dévoilé le secret savoureux.

Soyez le bienvenu.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
PSY
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2009
Messages: 10
Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Ven 30 Oct 2009 - 12:40    Sujet du message: Pensée sur l'Amour Répondre en citant

Bonjour, je vous envoie encore une de mes pensées pour vottre appréciation. le debat nourris l'oeuvre. c'est ma conviction et c'est pourquoi, j'aime ce forum. Enrichissez alors mes écris par vos critiques somme toute constructives.
Merci et bonne lecture!!!!
********************************************************************************************************
Amour

Est-il de bonne guerre de se préoccuper de savoir si l’amour a été sincère ou pas ? Nous aimons trop nous poser ce genre de petites questions dans nos élans de déception et de doute devant le comportement parfois suspect et/ou désintéressé du partenaire.
Une chose est certaine, aimer ne se pense pas. On feint aimer ou on aime. Aimer s’impose. Il est vrai que l’on peut le provoquer, mais le sentiment est autonome, ne se justifie pas et ne vient de nulle part. il s’installe comme un voleur, y fonde un foyer, y fait souvent des œufs et des petits et parfois s’enfuit comme il est venu.
Ainsi donc, nous pouvons affirmer que tout amour, aussi sincère qu’il soit peut s’estomper sans raison. Faut-il lui ôter le droit d’avoir été sincère ? ce qu’il faut plus tôt rechercher, c’est ce que le sentiment que nous exprimons nous permette d’être plus grand et noble et non à redescendre, comme c’est le plus souvent le cas des amoureux.
L’amour rapproche deux êtres, mais la nature même des êtres est ce qui maintient l’amour dans la durabilité. Vous jurez aimer une femme pour l’éternité ! C’est que vous faites preuve de partialité et de méconnaissance réelle de l’origine du sentiment qui en vous est né.
Sachez, vous qui voulez aimer ou qui aimez déjà, vraiment et sincèrement, que ce n’est pas l’amour qui maintient deux êtres interminablement ; mais plus tôt, les deux êtres qui par leur comportements doivent œuvrer à maintenir l’amour entre eux. C’est toujours bon de le savoir à temps. Cela évitera des raisonnements hâtifs et emprunts de naïveté.
Revenir en haut
Yahoo Messenger
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:11    Sujet du message: Confession

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace romans -> Romans en cours -> "Autopsie" de Psy Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Referencement
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group -- Template created by dav.bo=> GreenStylus --

Portail | Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation