http://ecrire.clicforum.com 2011-07-26 Créations littéraires :: le prince de glace
  Créations littéraires
 
Index
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 


 Bienvenue  
le prince de glace

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace romans -> Romans en cours -> "Le prince de glace", de auteur008
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
auteur008
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 29 Déc 2009
Messages: 97
Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Sam 2 Jan 2010 - 14:38    Sujet du message: le prince de glace Répondre en citant

Bonjour,
Comme convenu, je vous envoie déjà une page. On verra ce que l'on peut faire par la suite. Merci.
Cordialement.
auteur008.






Dans des temps très anciens  sur  une  planète dominée par la magie , vivait un peuple heureux, car le roi et la reine de ce royaume, étaient bons. La femme du châtelain était d'une beauté éclatante et ses apparitions provoquait l'admiration parmi son peuple.De plus, elle allait à l'encontre de ses gens , soit pour les soigner,soit pour les soutenir dans les tracas de la vie quotidienne.C'était ainsi, le roi protégeait la population contre les éventuelles invasions et la reine, réparait les petits bobos de ce peuple bien aimé. Le monarque était fou amoureux de celle ci et ne savait que faire pour la rendre heureuse.Elle ne voulait rien  cependant  et cela chagrinait notre homme, ainsi pour mettre fin à ses tourments, la belle lui dit un jour.
 - Si vous désirez vraiment me faire un beau cadeau, je n’en vois qu’un.
 Le monarque ne se sentit plus de joie et supplia son épouse de lui dire lequel.
 - Je voudrais un enfant.
 Là, le seigneur resta tout pantois et ne sut que bredouiller.
 - Mais bien entendu ma reine, si cela peut combler vos désirs.
 Puis il rajouta.
 - Ca sera un beau cadeau pour moi aussi.
Ils rirent et s’embrassèrent comme des tourtereaux.
Tout ce passa comme prévu. Ils eurent un garçon qu’ils prénommèrent Martinien. Ils vécurent quelque mois heureux, puis la femme du seigneur   attrapa une  étrange maladie qui la défigura. Elle dut garder la chambre, parce que son état se dégradait de jour en jour et aussi, parce qu’elle ne voulait pas qu’on la voie ainsi. Son époux, malgré son désespoir de  voir sa beauté jour après jour se faner, l’aimait quand même, comme au premier jour. Puis vint le moment tant appréhendé du seigneur.La Mort ! Il la trouva un matin dans un sommeil sans fin, le visage serein et comme par miracle, celui-ci avait retrouvé de sa beauté. Mais hélas ce beau visage était gravé dans  la mort à tout  jamais. Quand il la vit si belle, même dans la mort, il se précipita vers elle et s’agenouillant, lui baisa les mains et le visage en lui disant des mots insensés qu’il n’avait jamais  prononcés jusqu’à aujourd’hui.
 - Ma douce, ma reine, vous voilà  de retour parmi nous ! Comme je suis heureux, mon amour.
Mais seul le bruit du vent qui se levait, annonçant une tempête, lui répondit. Sa bien aimée gisait là, pour l’éternité figée dans un masque de beauté.Il comprit tout cela quand il effleura ses lèvres d’un baiser.Il ressentit comme une douleur, pire qu’une douleur.Une lame affûtée lui rentrant dans le cœur, ne lui aurait pas tant fait de mal.Il ne sut que hurler sa  douleur et sa peine, couvrant le vent qui mugissait, de ses lamentations. Il resta ainsi, il ne sut combien de temps à pleurer sur sa bien aimée, ses sanglots se mêlant à l’orage qui faisait rage dehors. Ce sont les cris du bébé qui le tirèrent de son désarroi. Il se leva à regret, lâchant la main de son épouse pour se diriger à pas de somnambule vers la provenance des cris. Quand il arriva vers le lieu où se trouvait son enfant, il vit tout un tas de domestiques se presser pour s’occuper du petit.
 Malgré leur chagrin évident, ils essayèrent de faire bonne figure devant leur seigneur.Mais leurs corps et leurs âmes souffraient autant que celle de leur maître.Quand il vit son père, le petit se calma et commença à jaser. Sur le moment, le père fut attendri et le prit dans ses bras. Mais le souvenir de son épouse le rattrapa et il fondit une fois de plus en larmes. Il n’était plus ce vaillant chevalier qui pouvait refouler toute une armée d’ennemis à lui tout seul, ce chasseur habile pour débusquer le gibier et le ramener triomphalement au château.Non, c’était un homme tout simplement qui avait perdu  la chose la plus importante de sa vie, un bien qui valait plus que tous les trésors du monde : Son épouse, sa chère femme, sa bien aimée. Son désespoir fut interrompu par une voix dans son dos.
- Donnez moi le petit, sire.
Il se retourna et vit une vieille femme qui essayait de lui sourire en tendant les mains. Comme un somnambule, il lui donna l’enfant, qu’elle confia aussitôt à une autre femme qui s’était précipitée. Puis, son chagrin n’ayant pas de limites, le seigneur se jeta dans les bras de la vieille femme en pleurant de nouveau. La femme alors, lui murmura tendrement.
-  Vas y mon petit Thomas, pleure, ça te fera du bien.
 Il ne s’offensa pas quand elle le tutoya, bien au contraire, cela le rassura et le ramena il y a bien longtemps quand il était un petit garçon et qu’elle le consolait déjà à l’époque, quand il avait du chagrin. Au bout d’un temps indéfini, il réalisa le ridicule de son attitude et s’écarta brusquement de la vieille dame en se rajustant.
 - Veuillez  m’excusez …enfin je veux dire …excuse moi, mais je…
 Devant son embarras, la vieille dame lui fit son sourire le plus doux et ses yeux clairs lui dirent.
- Ne t’en fais pas mon petit thomas, c’est naturel.
 Puis reprenant son visage de domestique, elle intima d’une voix neutre.
 - Il va falloir s’occuper des funérailles, sire.
 A ces mots, le seigneur faillit retomber dans sa mélancolie. Alors la vieille dame lui dit sans le regarder.
- Si cela vous est trop insupportable, Florent sans occupera. Vous pouvez lui faire confiance, il vous est très dévoué.






Dernière édition par auteur008 le Sam 2 Jan 2010 - 19:48; édité 5 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 2 Jan 2010 - 14:38    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Sam 2 Jan 2010 - 15:07    Sujet du message: le prince de glace Répondre en citant

Bonjour,

Je parlais d'une page au format word. En gros, une page word devrait contenir 50 lignes et environ 650 mots avec une  taille de police de 12 (times new roman).

Transferez vos écrits sur des pages word, puis recopiez-les à partir de word vers le forum. Comme ça, vous êtes sûr d'avoir de vraies pages et non comme le petit paragraphe que vous venez de poster.

Pour compter le nombre de ligne et de mots dans une page word, allez dans "options" (sur word) puis "statistiques" et cliquez. Vous aurez les statistiques de tout le texte. Pour une seule page, il suffit de la selectionner en entier et toute seule pour en avoir les statistiques.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
auteur008
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 29 Déc 2009
Messages: 97
Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Sam 2 Jan 2010 - 16:01    Sujet du message: le prince de glace Répondre en citant

je n'ai pas trouvé "statistiques". j'ai copier/coller l'équivalent d'a peu près cinquante lignes. Je suis pas doué
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Sam 2 Jan 2010 - 16:19    Sujet du message: le prince de glace Répondre en citant

Mes excuses, j'étais sorti en laissant le pc allumé, alors que vous étiez toujours connecté.

Pour "statistiques", allez dans "options" dès ouverture de la page word. Faites dérouler le menu "options" en entier et vous verrez "statistiques". De toute façon, c'est inutile. Il suffit de copier/coller l'équivalent d'une page de word, à condition d'avoir le texte sur word bien sûr.

Ce que vous avez posté est en gros suffisant. On augmentera au fur et à mesure.

Maintenant, attendre l'intervention des lecteurs, dont moi-même. Le lecteur ou correcteur peut être différent selon l'intérêt porté au texte et selon sa disponibilité du moment. Patience.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
auteur008
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 29 Déc 2009
Messages: 97
Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Sam 2 Jan 2010 - 16:26    Sujet du message: le prince de glace Répondre en citant

D'accord et encore merci. A bientôt.
Revenir en haut
Humphrey
Modérateur global
Modérateur global

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 703
Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Sam 2 Jan 2010 - 18:34    Sujet du message: le prince de glace Répondre en citant

J'ai lu ce début de texte mais je tiens à préciser tout de suite que je ne m'engage pas à le faire pour la suite ni à corriger votre roman en entier car je n'ai ni le temps ni l'envie de lire et commenter tout ce qui est posté sur ce forum. Je choisis certains textes selon mes disponiblités et mon humeur du moment. Ceci pour que vous ne vous étonniez pas de ne pas avoir de commentaires de ma part pour chaque morceau de texte.

En ce qui concerne cet extrait-ci, je l'ai trouvé un peu meilleur que l'autre début de roman que vous aviez posté précédemment. Le texte est déjà un peu mieux présenté et je n'ai pas relevé d'erreurs de langue trop frappantes, même si cela reste un peu maladroit par endroit.

Voici quelques pistes (non exhaustives) pour des améliorations éventuelles :

1) Vous oubliez encore souvent l'espace après le point (cf. le paragraphe de votre autre roman que j'avais corrigé).

2) Le premier paragraphe a beaucoup de points faibles. Il est à revoir complètement selon moi.
- Vous ne pouvez pas mettre un point après "homme" mais cela doit être une virgule puisque la phrase continue et le verbe principal arrive seulement dans le bout de phrase suivant.
- L'ordre des informations données n'est pas logique. Vous commencez par le temps "dans des temps très anciens", puis vous passez au lieu "une autre planète", puis vous revenez au temps que vous précisez, c'est confus.
- Vous introduisez "une petite fille" comme s'il allait s'agir d'un des personnages principaux mais à peine citée, elle disparaît complètement et vous nous embarquez dans l'histoire du seigneur et son épouse. Bizarre comme méthode de narration.
- Répétition des mots "époque" et "maison" : ce n'est pas vraiment un problème en soi mais je vous conseille, pour enrichir votre style et votre vocabulaire, de toujours essayer d'éviter de répéter les mêmes mots d'une phrase à l'autre (sauf bien sûr quand la répétition est voulue !)

3) "Puis il rajouta." Cela doit être "ajouta" et le "." doit être un ":"

4) Je trouve que vous entrez très vite dans l'histoire de ce seigneur. Vous plantez à peine le décor, les événements et informations s'enchaînent au pas de course, on n'a pas l'impression de lire le début d'un roman mais plutôt d'un conte de quelques pages. Mais évidemment, ce n'est pas évident de juger sur si peu.

Voilà, il y aurait d'autres choses à dire mais cela prend trop de temps de tout commenter, hélas. Je suis sûr qu'Abdel sera plus complet. 
Revenir en haut
auteur008
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 29 Déc 2009
Messages: 97
Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Sam 2 Jan 2010 - 19:15    Sujet du message: le prince de glace Répondre en citant

merci pour votre travail.J'ai essayé de le retoucher un peu.
Revenir en haut
Nour
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 22 Oct 2008
Messages: 92
Balance (23sep-22oct)

MessagePosté le: Sam 2 Jan 2010 - 23:29    Sujet du message: le prince de glace Répondre en citant

Votre texte a l'air meilleur que celui posté précédemment, toutefois j'ai trouvé quelques fautes. Je vous fait part de mon avis qui n'engage que moi.

"et ses apparitions provoquaient l'admiration parmi son peuple"

"et cela chagrinait notre homme. Ainsi pour mettre fin à ses tourments, la belle lui dit un jour."

"Puis il ajouta :
 - Ce sera un beau cadeau pour moi aussi."

"Tout se passa comme prévu."

"Ils vécurent quelques mois heureux,"

"parce que son état se dégradait de jour en jour et aussi, parce qu’elle ne voulait pas qu’on la voie ainsi. Son époux, malgré son désespoir de  voir sa beauté jour après jour se faner"
Il y a un problème de répétition qui rend vos phrases lourdes. "Car son état ne cessait de se dégrader, mais aussi car elle ne voulait pas qu'on la voir ainsi. Son époux, malgré son désespoir de voir cette beauté se désintégrer/ s'affaisser un peu plus chaque jour"

"l’aimait quand même, comme au premier jour. Puis vint le moment tant appréhendé du seigneur.La Mort !"
Votre phrase "La Mort me parait trop abrupte, et je pense qu'une phrase simple suffirait à être poignante : "Puis vint l'instant tant redouté par le seigneur. Sa reine mourut/s'éteignit/sombra dans un sommeil éternel".
De plus, je trouve que vous vous étalez trop sur les sentiments du roi. C'est trop pour un conte. D'ordinaire, un conteur se serait concentré sur le coeur de l'histoire, sans s'attarder sur les sentiments des personnages, et aurait expédié ça en une phrase, par exemple "La reine mourut, laissant derrière elle un roi chagriné et un palais endeuillé", ce qui en dit déjà long sur l'atmosphère et l'ambiance. Là votre conte se rapproche plus du roman je trouve, contrairement à ce que dit Humphrey. Dans un conte on préfère raconter les faits, les sentiments sont rapidement évoqués.


"Mais leurs corps et leurs âmes souffraient autant que celle de leur maître." 
Leurs corps et leurs âmes = ILS, donc le mot "celle" doit être changé. Mais la phrase est toutefois maladroite.

"se diriger à pas de somnambule vers la provenance des cris."      "Comme un somnambule, il lui donna l’enfant,
qu’elle confia aussitôt à une femme".
L'image a été utilisée deux fois dans un court intervalle. Je ne la trouve pas trop appropriée, je pense que vous auriez du vous contenter de décrire par des adjectifs : "l'air perdu/décontenancé/troublé, il se dirigea en direction des cris" et "complètement désarçonné/désemparé, il lui tendit l'enfant".

"Devant son embarras, la vieille dame lui fit son sourire le plus doux et ses yeux clairs lui dirent.
- Ne t’en fais pas mon petit thomas, c’est naturel."
Soit la femme parle, et dans ce cas "la vieille dame lui sourit avec douceur en le contemplant et lui dit :" ; soit elle ne parle pas, le seigneur devine ses dires dans son regard et dans ce cas : "la vieille dame lui sourit avec douceur, et en se plongeant dans ses yeux clairs il vit qu'elle comprenait sa peine, et qu'elle ne le jugeait pas." ou quelque chose comme ça, je dis ce qui me vient à l'esprit, juste pour illustrer mes propos, mais vous pouvez faire comme vous le sentez.

"Florent s'en occupera."

Voilà, ce sont les remarques importantes que j'ai à faire. J'attends toutefois la suite du conte pour pouvoir confirmer ou non certaines choses, notamment le fait que vous soyez trop précis sur les sentiments du roi. A priori cela ne relèverait pas du conte. Mais je préfère en savoir plus sur l'histoire.
J'espère vous avoir aidé d'une quelconque façon.
Bon courage pour la suite.
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Dim 3 Jan 2010 - 00:37    Sujet du message: le prince de glace Répondre en citant

Bonsoir, Auteur008.

Il ne faut pas retoucher le texte une fois qu'il a été l'objet d'un commentaire mais bien avant. Cela rend sans objet ledit commentaire. Surtout quand il s'agit de remarques sur la forme.

Après votre retouchage, il ne reste pas grand chose à signaler, à part :

-celle ci : celle-ci
-"Elle ne voulait rien  cependant  et cela chagrinait notre homme, ainsi pour mettre fin à ses tourments, la belle lui dit un jour."
"
Je préfère que la phrase soit formulée ainsi :   Elle ne voulait rien cependant et cela chagrinait notre homme. Ainsi, etc".

- Des problèmes avec les virgules, fastidieux à citer tous.

 Exemple : "il se précipita vers elle et s’agenouillant,"mettre une virgule après "et".

Autre exemple : "Sa bien aimée gisait là, pour l’éternité figée dans un masque de beauté." Soit mettre "pour l'éternité" entre deux virgules, soit mettre une seule virgule en reformulant la phrase ainsi : "Sa bien aimée gisait là, figée pour l'éternité dans un masque de beauté". Ainsi, "figée" ne se rapportera plus à "gisait" mais à "dans un masque de beauté pour l'éternité".

De même que "Il resta ainsi, il ne sut combien de temps à pleurer "une virgule après "temps" s'impose pour ne pas confondre avec une quantification du temps à pleurer.


-"Mais leurs corps et leurs âmes souffraient autant que celle de leur maître". "celle" se rapporte à quoi ? . Mettre "ceux" ou alors ne citer que leurs âmes pour comparer avec la sienne.

-"cela le rassura et le ramena il y a bien longtemps "; le ramena au passé ou en arrière, il ya bien longtemps...


De façon générale, il est clair qu'un travail sérieux a été fait pour équilibrer les longues phrases et respecter la concordance des temps. En Même temps un travail sur les dialogues est évident, en essayant de transmettre les hésitations, l'abandon des formalités d'usage, le désarroi, etc.


Le piège de  la redondance est évité, à part des répétitions de mots, puisqu'on lit en allant à l'essentiel. L'auteur ne s'attarde ni sur les décors, ni sur des descriptions fastidieuses. seuls prédominent les faits successifs. On ne peut en juger immédiatement, cela peut faire partie d'une stratégie d'écriture à découvrir par la suite.


Si le texte est aussi soigné que l'histoire et que l'auteur fait bouger les ficelles avec maestria, on aura le loisir de suivre notre imagination sans buter sur un style qui ne s'annonce pas du tout rebutant.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
auteur008
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 29 Déc 2009
Messages: 97
Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Dim 3 Jan 2010 - 12:47    Sujet du message: le prince de glace Répondre en citant

Bonjour,
Merci pour tout ce travail. Je croyais bien faire en corrigeant au fur et à mesure. C'est promit, je ne toucherai plus à rien. Je vais cependant corriger sur mon roman initial, sinon je vais être perdu.
Faut il mettre une virgule après chaque et ? Ce conte était au début un conte pour enfant, que j'ai transformé en ce modèle au gré de mon imagination emballée. Comment faut il faire pour envoyer la suite? Je copie à la suite ou bien j'édite?
Merci encore.
Cordialement.
auteur008.
Revenir en haut
Nour
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 22 Oct 2008
Messages: 92
Balance (23sep-22oct)

MessagePosté le: Dim 3 Jan 2010 - 18:18    Sujet du message: le prince de glace Répondre en citant

Non vous pouvez poster la nouvelle version de votre conte, avec les corrections, juste ici dans le fil de discussion, en guise de réponse par exemple.
Revenir en haut
Humphrey
Modérateur global
Modérateur global

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 703
Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Dim 3 Jan 2010 - 18:38    Sujet du message: le prince de glace Répondre en citant

J'apprécierais également que tous les textes soumis aux commentaires (pas uniquement ceux d'auteur008) restent toujours inchangé et que les nouvelles versions soient postées soit en réponse aux commentaires, soit dans un nouveau fil (avec un titre indiquement clairement qu'il s'agit d'une nouvelle version).

Petite remarque sur votre nouvelle version : pensez à ajouter un espace après chaque point, avant de commencer une nouvelle phrase. Idem après les virgules. Ce sont des bêtes petites choses qui rendent un texte plus "professionnel".


Dernière édition par Humphrey le Dim 3 Jan 2010 - 18:50; édité 2 fois
Revenir en haut
auteur008
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 29 Déc 2009
Messages: 97
Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Dim 3 Jan 2010 - 18:49    Sujet du message: le prince de glace Répondre en citant

J'espèr avoir bien compris. Je vous envoie la nouvelle version corrigée. Merci.





Dans des temps très anciens  sur une  planète dominée par la magie, vivait un peuple heureux, car le roi et la reine de ce royaume étaient bons. La femme du châtelain était d’une beauté éclatante et ses apparitions provoquaient l’admiration parmi son peuple. De plus, elle allait à l’encontre de ses gens, soit pour les soigner, soit pour les soutenir dans les tracas de la vie quotidienne. C’était ainsi, le roi protégeait la population contre les éventuelles invasions et la reine réparait les petits bobos de ce peuple bien aimé. Le monarque était fou amoureux de celle ci et ne savait que faire pour la rendre heureuse.Elle ne voulait rien  cependant  et cela chagrinait notre homme. Ainsi pour mettre fin à ses tourments, la belle lui dit un jour.
 - Si vous désirez vraiment me faire un beau cadeau, je n’en vois qu’un.
 Le monarque ne se sentit plus de joie et supplia son épouse de lui dire lequel.
 - Je voudrais un enfant.
 Là, le seigneur resta tout pantois et ne sut que bredouiller.
 - Mais bien entendu ma reine, si cela peut combler vos désirs.
 Puis il ajouta : 
 - Ce sera un beau cadeau pour moi aussi.
Ils rirent et s’embrassèrent comme des tourtereaux.
Tout se passa comme prévu. Ils eurent un garçon qu’ils prénommèrent Martinien. Ils vécurent quelque mois heureux, puis la femme du seigneur   attrapa une  étrange maladie qui la défigura. Elle dut garder la chambre, car sa condition ne cessait de se dégrader,  mais aussi parce qu’elle ne voulait pas qu’on la voie ainsi. Le roi, malgré son désespoir de  voir cette  beauté s’altérer un peu plus chaque jour, l’aimait quand même, comme au premier instant. Puis vint l’instant tant redouté du seigneur. Sa reine s’éteignit dans un sommeil éternel. Le visage serein et comme par miracle, celui-ci avait retrouvé de sa beauté. Mais hélas ce beau visage était gravé dans  la mort à tout  jamais. Quand il la vit si belle, même dans la mort, il se précipita vers elle et s’agenouillant, lui baisa les mains et le visage en lui disant des mots insensés qu’il n’avait jamais  prononcés jusqu’à aujourd’hui.
 - Ma douce, ma reine, vous voilà  de retour parmi nous ! Comme je suis heureux, mon amour.
Mais seul le bruit du vent qui se levait, annonçant une tempête, lui répondit. Sa bien aimée gisait là, pour l’éternité, figée dans un masque de beauté.Il comprit tout cela quand il effleura ses lèvres d’un baiser.Il ressentit comme une douleur, pire qu’une douleur.Une lame affûtée lui rentrant dans le cœur, ne lui aurait pas tant fait de mal.Il ne sut que hurler sa  douleur et sa peine, couvrant le vent qui mugissait, de ses lamentations. Il resta ainsi, il ne sut combien de temps, à pleurer sur sa bien aimée, ses sanglots se mêlant à l’orage qui faisait rage dehors. Ce sont les cris du bébé qui le tirèrent de son désarroi. Il se leva à regret, lâchant la main de son épouse, il se dirigea vers le lieu où se trouvait son enfant et,  vit tout un tas de domestiques se presser pour s’occuper du petit.
 Malgré leur chagrin évident, ils essayèrent de faire bonne figure devant leur seigneur. Ils souffraient autant que leur maitre, tant ils lui étaient dévoués. Quand il vit son père, le petit se calma et commença à jaser. Sur le moment, le père fut attendri et le prit dans ses bras. Mais le souvenir de son épouse le rattrapa et il fondit une fois de plus en larmes. Il n’était plus ce vaillant chevalier qui pouvait refouler toute une armée d’ennemis à lui tout seul, ce chasseur habile pour débusquer le gibier et le ramener triomphalement au château.Non, c’était un homme tout simplement qui avait perdu  la chose la plus importante de sa vie, un bien qui valait plus que tous les trésors du monde : Son épouse, sa chère femme, sa bien aimée. Son désespoir fut interrompu par une voix dans son dos.
- Donnez moi le petit, sire.
Il se retourna et vit une vieille femme qui essayait de lui sourire en tendant les mains. L’air perdu, décontenancé,  il lui tendit  l’enfant, qu’elle confia aussitôt à une autre femme qui s’était précipitée. Puis, son chagrin n’ayant pas de limites, le seigneur se jeta dans les bras de la vieille femme en pleurant de nouveau. La femme alors, lui murmura tendrement.
-  Vas y mon petit Thomas, pleure, ça te fera du bien.
 Il ne s’offensa pas quand elle le tutoya, bien au contraire, cela le rassura et le ramena il y a bien longtemps quand il était un petit garçon et qu’elle le consolait déjà à l’époque, quand il avait du chagrin. Au bout d’un temps indéfini, il réalisa le ridicule de son attitude et s’écarta brusquement de la vieille dame en se rajustant.
 - Veuillez  m’excusez …enfin je veux dire …excuse moi, mais je…
 Devant son embarras, la vieille dame lui sourit avec douceur, et en se plongeant dans ses yeux clairs, il vit qu’elle comprenait sa pin et qu’el ne jugeait pas.
 Puis reprenant son visage de domestique, elle intima d’une voix neutre.
 - Il va falloir s’occuper des funérailles, sire.
 A ces mots, le seigneur faillit retomber dans sa mélancolie. Alors la vieille dame lui dit sans le regarder.
- Si cela vous est trop insupportable, Florent s’en occupera. Vous pouvez lui faire confiance, il vous est très dévoué.
rci.
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Dim 3 Jan 2010 - 19:28    Sujet du message: le prince de glace Répondre en citant

C'est parfait. Ne rien changer au texte qui a reçu des commentaires et poster celui corrigé, en réponse.

Pour la suite, cliquez sur "nouveau" et mettre en titre le titre et la mention suite 1, puis suite 2, etc à défaut de titres de chapitre. "nouveau" permet de poster des suites séparées.

Si vous cliquez sur "répondre" le texte formera un seul bloc du début à la fin, avec les commentaires. Mais cela n'a pas d'importance au fond.

Que ce soit des suites séparées ou  un bloc continu, on suivra le mouvement.


Dernière édition par Abdel le Dim 3 Jan 2010 - 19:30; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
auteur008
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 29 Déc 2009
Messages: 97
Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Dim 3 Jan 2010 - 19:30    Sujet du message: le prince de glace Répondre en citant

Merci, vous êtes tous très sympas et compètents, ce qui est rare à notre époque.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:37    Sujet du message: le prince de glace

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace romans -> Romans en cours -> "Le prince de glace", de auteur008 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Referencement
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group -- Template created by dav.bo=> GreenStylus --

Portail | Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation