http://ecrire.clicforum.com 2011-07-26 Créations littéraires :: le prince de glace ( suite 2)
  Créations littéraires
 
Index
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 


 Bienvenue  
le prince de glace ( suite 2)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace romans -> Romans en cours -> "Le prince de glace", de auteur008
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
auteur008
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 29 Déc 2009
Messages: 97
Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Lun 4 Jan 2010 - 16:17    Sujet du message: le prince de glace ( suite 2) Répondre en citant

 - Et tes parents ? Ils vont vouloir, pouvoir ?
 - Oui ne vous inquiétez pas Mariette, une bouche de plus, ne va pas nous nuire.
 Puis embrassant le petit enfant, elle rajouta.
- N’est ce pas mon petit Martin ?
 Elle l’appelait ainsi, car elle trouvait que Martinien était trop long et pas joli. Il eut l’air de comprendre car il éclata de rire en agitant les bras de plaisir
.Mariette repartit en  embrassant la fillette avec chaleur. Quand elle rentra au château, elle trouva les employés en larmes et en désolation. Elle demanda après leur avoir demandé de se calmer.
 - Qu’est ce qui ce passe encore ?
C’est alors que s’avança Florent. L’homme à tout faire du seigneur.
 - Mariette, une bien triste chose vient de nous arriver.
 Devant les yeux hagards et affolés de Mariette, il continua en baissant les siens.
 -  Notre maître nous a licenciés.
 Elle crut n’avoir pas comprit ce que venait de lui dire Florent. Elle bégayât.
 - Quoi…Comment...Qu’est ce que tu dis ?
 - La vérité Mariette. Le seigneur m’a fait appeler en faisant sonner la cloche.
En effet, chaque fois que le seigneur voulait voir son homme de confiance et qu’il se trouvait dans cette tour, il faisait sonner cette cloche qui se trouvait là, juste dans  cette pièce du château. Mariette de plus en plus affolée, s’écria.
- Il a fait sonner la cloche !
- Oui Mariette et je suis monté le plus vite possible pour voir ce qu‘il voulait ou ce qui lui arrivait. Arrivé en haut, je l’ai vu debout l’air fier et cruel. Une lueur dans les yeux que je ne lui avais jamais vus. Il m’a dit d’un ton froid.
- Réunis tout le personnel dans la grande salle.
 - Ce fut tout. Je suis redescendu en me posant mille questions et j’ai exécuté son ordre. Au bout d’un moment, alors que nous attendions tous avec angoisse ce qu’il voulait, il est arrivé et sans aucune émotion dans la voix, nous a dit.   
 - Je veux qu’à partir de demain matin, tous les gens qui travaillent dans ce château, partent ! Je ne veux plus voir personne.
Tout le monde resta pétrifié par les paroles de cet homme si bon d’ordinaire. Il rajouta avant de repartir.
- Je ne le répéterai pas deux fois.
 Mariette n’en revenait pas. Elle s’assit, ses jambes se défilant sous l’affreuse nouvelle.
 - Mais ce n’est pas possible, qu’est ce qui lui arrive ! Il est vraiment affecté par la mort de sa femme.
- C’n’est pas une raison- grogna Florent. On a tous été dévoués pour lui et sa famille.
- Je sais mon bon Florent, mais comprends-le. Ca va s’arranger, je vais aller le voir et lui parler. Fais-moi confiance.
Aussitôt Mariette prit la direction de la tour. Tout en gravissant les marches humides, elle maugréa contre les douleurs qui envahissaient son corps fatigué par ces dures années de travail. Quand elle arriva devant la porte, elle attendit un peu pour reprendre son souffle. Après une brève hésitation, elle frappa enfin. Une voix courroucée lui répondit.
 - Qui est là ?   J’avais demandé qu’on ne me dérange pas.
- C’est moi, Mariette, seigneur.
 - Va-t’en. Tu es congédiée comme le reste du personnel.
 La pauvre femme n’en revint pas. Qu’est ce qui lui arrivait ? Elle tenta encore une fois.
- Mais seigneur, pourquoi ? Et Martinien ?
 Alors, elle entendit le verrou s’ouvrir avec nervosité et le visage décomposé du seigneur apparut dans l’entrebâillement de la porte. Lui qui était par le passé, un si bel homme avec sa stature d’athlète, son visage carré aux yeux noirs,  mais si doux. Une chevelure assez courte et un fin collier de barbe, finissaient de lui donner un charme incomparable. Là, au contraire, ses yeux étaient rouges de cruauté et en manque de sommeil. La chevelure et la barbe hirsute. Le tout lui donnait un air de dément. La vieille femme reculât sur le coup, quelque peu horrifiée. Elle s’écria cependant.
 -Thomas ! Reprends toi, c’est ta vieille Mariette, tu me reconnais ?
 Il répondit dans un rictus, lui découvrant des dents, pareilles à celles d’une bête féroce.
- Bien sur que je te reconnais, vieille folle. Tu crois que j’ai perdu la raison ? Allons cesse tes jérémiades et va t’en. Allez vous en tous, je ne veux plus vous voir.
 Mariette fut si surprise par son ton et sa méchanceté, qu’elle ne sut que courber la tête et s’apprêtât à redescendre ces maudites marches. Elle entendit alors, pour la dernière fois, la voix du seigneur retentir comme un coup de tonnerre.
- Pour mon fils, je te ferai part de mes intentions avant que tu ne quittes définitivement le château.
 Ces dernières paroles lui firent encore plus de mal. Au point, que des larmes vinrent perler sur ses paupières et finirent par couler sur ses joues ridées. Elle faillit tomber en glissant sur une marche ébréchée, tant son esprit était torturé par ce qui lui arrivait. Quand elle fut de nouveau dans la salle, vide et froide de toute vie, elle s’affalât sur une chaise et pleurât, criât son désarroi. L’endroit lui parut sinistre et lugubre sans le bruit des gens, le crépitement du feu dans la cheminée et le rire des femmes, des enfants qui égayaient autrefois les lieus de ce château. Le temps dehors, s’était mis de la partie en se mettant en colère. De gros nuages noirs et un vent violent, venaient mêler leurs gémissements à ceux de la pauvre femme.
 Elle resta là, elle ne sut combien de temps, avec juste la compagnie du sifflement du vent et du martèlement de la pluie sur les carreaux. Quand la voix du seigneur vint la tirer de ses tristes pensées.
 - Que fais tu la, à te lamenter. Va plutôt chercher mon fils et ramène le moi au plus vite.
 Elle le regarda hébétée et bafouilla.
 - Mais seigneur, il fait un temps épouvantable dehors, j’ai peur pour Martini…
 Il la coupa en grondant.
 - Fais ce que je te dis et ramène aussi les gens de cette chaumière, les… comment les appelle tu déjà ?
 - Les Raoul, sire.
- C’est ça, dis leur de venir, j’ai à leur parler.
La pauvre n’eut pas le courage de s’opposer à son maître et se levant   péniblement, s’apprêtât à sortir sous un ciel d’enfer. Bravant les intempéries en courbant le dos, elle se dirigea vers la maisonnette. Quand elle entra après avoir frappé, elle fut accueillit par une douce chaleur et par les rires des enfants. Une marmite bouillait dans l’âtre d’une cheminée, répandant une bonne odeur de soupe dans toute la pièce. Une femme était assise près de la cheminée, surveillant et entretenant le foyer. C’était Juliette, la mère d’Amandine. On ne lui donnait pas d’age, tant elle paraissait usée par le travail. Cependant son visage respirait la bonté et la franchise .A la table principale, était assis un homme à la chevelure rousse et aux yeux verts qui ressortaient de ce visage brûlé et ridé par le dur travail qu’il accomplissait toute l’année dehors, par tous les temps. Sur ses genoux, se tenait Martinien avec qui il jouait. Tandis qu’Amandine aidait sa mère à la préparation du repas. Quand Mariette entra, ils l’accueillirent avec chaleur et humilité. Ils l’invitèrent à partager leur maigre repas, mais celle çi malgré son envie de rester, fut obligée de refuser, car elle craignait la colère du seigneur.
 - Je vous remercie, mais le seigneur m’envoie vous chercher, ainsi que Martinien. Il veut vous voir tout de suite.
Les braves gens se regardèrent, tout étonnés et Juliette osa.
- Mais vous allez bien manger une assiette de soupe ! Le seigneur comprendra bien qu’avec ce temps, il fallait attendre un peu.
 Mariette leva les bras au ciel en soufflant.
 - Hélas, le maître n’est plus le même homme. Si vous tardez, il risque de se mettre en colère. Il a même mis tout le monde dehors, j’y compris.
 Julien, le mari de Juliette, haussa les sourcils d’étonnement. Il demanda.
 - Qu’est ce qui lui arrive ? Lui si humain autrefois.
 Sa femme prit la parole.
- C’est à cause de la mort de sa femme, il faut le comprendre.
- Quand même, ce n’est pas une raison pour mettre tout le monde dehors. Qu’est ce qu’on va devenir et tous ces braves gens ? Nous on se débrouillera, mais toi Mariette, que vas-tu faire ?
   Elle répondit les yeux dans le vague, comme si elle n’était déjà plus là.
   -Ils vont partir d’ici pour aller louer leurs services ailleurs. Quand à moi, je vais partir rejoindre ma famille.
   -Ta famille !
   S’étonna Julien. Je ne savais pas que tu avais une famille.
   Mariette eut un léger sourire avant de répondre.
   -Bien sur que j’ai une famille. Mais je n’en ai jamais parlé. Il y a si longtemps que je ne les ai pas vus.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 4 Jan 2010 - 16:17    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Nour
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 22 Oct 2008
Messages: 92
Balance (23sep-22oct)

MessagePosté le: Mar 5 Jan 2010 - 14:39    Sujet du message: le prince de glace ( suite 2) Répondre en citant

" - Et tes parents ? Ils vont vouloir, pouvoir ?"
Soit vous mettez deux phrases "ils vont vouloir, ils vont pouvoir?", soit vous supprimez un mot selon moi.
De plus je n'aime pas trop le "ils vont vouloir", j'aurais préféré : "Et tes parents? Tu penses qu'ils le voudront, enfin, qu'ils comprendront?".

"une bouche de plus, ne va pas nous nuire."
 pas de virgule!

"Puis embrassant le petit enfant, elle rajouta."
"elle ajouta :"!!!!! Alors là il me semble que c'est la troisième fois que l'on vous fait cette remarque, le fait que ce soit "ajouta" et non Rajouta", mais aussi les deux points qui suivent! Il faut vraiment que vous assimiliez les corrections, et qu'elles vous servent afin de ne plus reproduire ces fautes à l'avenir!


"Elle demanda après leur avoir demandé de se calmer."
une répétition..., j'aurais mis "elle les interrogea après qu'ils se furent calmés". Vous utilisez trop le mot "demander", vous devriez vraiment varier.

"Elle crut n’avoir pas compris ce que venait de lui dire Florent. Elle bégaya." Dans le précédent extrait, Abdel vous a déjà fait une remarque à ce propos, vous employez de l'imparfait du subjonctif et il faut utiliser du passé simple, soit "elle bégaya". Mais je vous suggère de changer un peu de façon de procéder, en fait cette manière de faire fait trop scolaire. Le "elle bégaya :" ou "elle demanda". Je vous proposerais plutôt de laisser couler, par exemple : "elle crut n'avoir pas compris ce que venait de lui dire Florent.
-Quoi... Comment... Pardon...? bégaya-t-elle."

"Arrivé en haut, je l’ai vu debout, l’air fier et cruel". une virgule après "debout".

"Une lueur dans les yeux que je ne lui avais jamais vu"

"il ajouta avant de partir :"

Je n'ai pas le temps de corriger la suite, je pense que je le ferai plus tard, mais vous devriez essayer de corriger les fautes qui sont à votre portée, celles sur lesquelles on vous a déjà fait des remarques!
Revenir en haut
auteur008
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 29 Déc 2009
Messages: 97
Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Mar 5 Jan 2010 - 14:50    Sujet du message: le prince de glace ( suite 2) Répondre en citant

Bonjour,
Merdci pour ce nouveau travail.Je vais tacher de corriger le reste du roman sur ce que j'ai cru comprendre.
Cordialement.
auteur008.
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Mer 6 Jan 2010 - 00:20    Sujet du message: le prince de glace ( suite 2) Répondre en citant

Cette suite du texte  prend une tournure de roman, avec le flux de détails et l'absence de fiction, de magie, de combats irréels, de héros sauveur, de maître sanguinaire, etc. Il n'ya pas de divertissement, de rebondissements, de scènes sortant du réel.
 Toutefois, le licenciement de tout le monde par le seigneur et le choc qui s'en suivit est une bonne scène qui décrit un retournement de situation inattendu, propre à tenir en haleine pour voir la suite .De même que la description du seigneur, métamorphosé par la douleur.
 
Voici certaines erreurs à corriger (j'ai pris le relai de Nour, en quelque sorte) :
 
-La vieille femme reculât : recula
-courber la tête et s’apprêtât : s'apprêta
-elle s’affalât sur une chaise et pleurât, criât son désarroi: s'affala, pleura, cria
-et un vent violent, venaient mêler. Pas de virgule
-De gros nuages noirs et un vent violent, venaient mêler leurs gémissements à ceux de la pauvre femme. Les nuages gémissent ?
-Elle resta là, elle ne sut combien de temps, avec juste la compagnie du sifflement du vent et du martèlement de la pluie sur les carreaux. Quand la voix du seigneur vint la tirer de ses tristes pensées. D’abord, répétition du mot vent , ensuite  les deux phrases devraient être reliées
-Que fais tu la . là
-ramène le moi au plus vite. Ramène-le-moi
-comment les appelle tu déjà . appelles-tu
-dis leur ; dis-leur
-et se levant   péniblement, s’apprêtât. Virgule après " et". s'apprêta
-elle fut accueillit. accueillie
-pas d’age, âge
-Tandis qu’Amandine… cette phrase devrait être reliée à la précédente ou alors supprimer "tandis que" car les deux phrases n'ont pas un rapport de sens (simultanéité entre l'homme et la femme et non pas entre l'enfant et la femme)
-mais celle çi, celle-ci. Une virgule avant "malgré"
-, tout étonnés virgule
-j’y compris. C'est du vieux français ? moi compris
-Ta famille ! s’étonna Julien.
 

De façon générale, il ne faut pas laisser passer des erreurs faciles à rattraper, quitte à passer le texte sur le correcteur word avant de poster. Ceci pour se concentrer davantage sur les remarques de style et les techniques de récit.
 

L'ensemble du roman devait être revu à la lumière de ces remarques pour alléger les corrections ultérieures et permettre de se pencher sur le fond.

PS : n'oubliez pas de commenter vos collègues pour animer un peu les débats et les avis. Merci.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
auteur008
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 29 Déc 2009
Messages: 97
Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Mer 6 Jan 2010 - 11:11    Sujet du message: le prince de glace ( suite 2) Répondre en citant

Bonjour,
J'ai corrigé la conjugaison au fur et à mesure de ma relecture. Il se peut que malgré tout, j'en ai oublié quelques unes.Pardonnez moi. Pour le j'y compris,je l'ai remarqué et ai corrigé, ça doit être une faute d'inatention comme d'habitude. Vous trouvez que gémissements ce n'est pas bien! Je vais essayer de trouver autre chose. C'est comme pour vent et seigneur. Je suis allé sur un site , mais il ne propose pas grand chose par rapport à ce que je voudrai faire ressentir.¨Pour finir, croyez vous que je sois à même de faire des commentaires sur mes collègues. Je me sent mal placé pour emettre le moindre commentaire. Mais bon, je peux toujours aller voir.
Cordialement.
auteur008.
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Mer 6 Jan 2010 - 14:51    Sujet du message: le prince de glace ( suite 2) Répondre en citant

Bonjour,

Pour le gémissement des nuages et du vent violent, c'est bien sûr une image poétique.C'est sa formulation qui paraît amputée d'un verbe , d'un groupe de mots ou d'un adjectif pour la faire passer : par exemple "en lutte". comme ça , on peut "accepter" le "gémissement" des nuages.

Pour les synonymes, il faut avoir un livre. Normalement tout auteur devrait avoir en tête un registre très large de synonymes. Cela fait partie de la capacité à écrire et à trouver parade à toute difficulté. On peut avoir des défaillances de langue mais ne jamais manquer de ressources lexicales c'est impératif pour servir l'imaginaire à transcrire par écrit, dans toutes ses nuances. Je vous le dis par expérience.

Pour les commentaires sur les écrits des collègues, c'est une règle de réciprocité établie par le forum.Il s'agit de dynamiser celui-ci, l'enrichir par des textes et des commentaires.

Chacun est libre de commenter comme il veut, en termes respectueux, l'essentiel est de transmettre son ressenti objectivement pour permettre à son voisin de progresser lui aussi, d'avoir des avis différents pour juger son propre travail.  Que ce soit en trois mots ou en mille, c'est la sincérité du geste et du contenu qui compte.

Si personne ne commente, on aura seulement une série de textes juxtaposés à lire : une sorte de revue littéraire diversifiée, sans la moindre appréciation. Pas de forum alors.


Dernière édition par Abdel le Mer 6 Jan 2010 - 15:12; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
auteur008
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 29 Déc 2009
Messages: 97
Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Mer 6 Jan 2010 - 15:06    Sujet du message: le prince de glace ( suite 2) Répondre en citant

Bonjour,
J'ai remplace gémissements par "plaintes" . Je laisse ou je fais comme vous proposer:" de gros nuages noirs et un vent violent en lutte, vinrent mêler leurs gémissements " J'ai trouvé un dictionnaire des synonymes, mais ce n'est pas évident. Je comprends bien pour les commentaires, mais il y a des personnes sur ce forum qui n'ont à mon sens aucune critique à leur faire. C'est dans le forum "romans en cours" je présume, qu'il faut que je fasse mes commentaires? Je vais essayer, ça ne peut que me faire du bien, après tout.
Cordialement.
auteur008.
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Mer 6 Jan 2010 - 15:32    Sujet du message: le prince de glace ( suite 2) Répondre en citant

Vous l'avez compris. J'ai toujours dit que le meilleur moyen de connaître et d'assimiler les techniques d'écriture, c'est de décortiquer les textes des autres, en les commentant, pour en découvrir les mécanismes. Ces techniques ne s'apprennent pas dans les livres , le métier d'écrivain ne s'apprend pas mais s'acquiert par la lecture intense et l'assimilitation des techniques "personnelles" des autres.

Bien sûr, on n'a pas tous le temps de décortiquer des textes, ou pas d'envie. Cela dépend de la motivation de chacun et de ce qu'il cherche, ou alors de ses goûts personnels.

Pour "mettre la main à la pâte", toutes les rubriques sont concernées. Choisissez l'endroit et les textes qui vous  interpellent. Entretenez des discussions avec qui vous voulez. Vous pouvez également discuter par MP en toute liberté. Les MP ne sont lisibles  et accessibles que pour les intéressés.
L'essentiel est de tisser des liens amicaux et d'intérêt commun.

Au début , personne ne connait personne. Peu à peu, cela se transforme en véritable petite famille. Il y a des forums où l'on se fait la guerre avec une violence verbale inouie. Ici, c'est le calme et la douceur, l'objectivité et la franchise, le respect mutuel total et l'amitié à en revendre. Et, en bonus, une entraide dans l'art d'écriture qui fait bien des envieux sur le net.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
auteur008
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 29 Déc 2009
Messages: 97
Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Mer 6 Jan 2010 - 15:37    Sujet du message: le prince de glace ( suite 2) Répondre en citant

Bon et bien après cette tirade, je suis obligé de vous croire. Surtout que vous avez raison sur tous les plans.La dernière phrase est on ne peut plus vraie et c'est pour cela que je vous remercie une fois de plus et vous félicite, ainsi que tous ceux qui me font avancer.
Revenir en haut
Humphrey
Modérateur global
Modérateur global

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 703
Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Mer 6 Jan 2010 - 20:20    Sujet du message: le prince de glace ( suite 2) Répondre en citant

Sacré Abdel ! On peut dire que tu fais bien la pub de ton forum !
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Mer 6 Jan 2010 - 20:51    Sujet du message: le prince de glace ( suite 2) Répondre en citant

Si l'on veut...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:57    Sujet du message: le prince de glace ( suite 2)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace romans -> Romans en cours -> "Le prince de glace", de auteur008 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Referencement
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group -- Template created by dav.bo=> GreenStylus --

Portail | Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation