http://ecrire.clicforum.com 2011-07-26 Créations littéraires :: Zak et Lehla (suite 10)
  Créations littéraires
 
Index
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 


 Bienvenue  
Zak et Lehla (suite 10)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace romans -> Romans en cours -> "Zak et Lehla" de Yasmina
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
yasmina
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2008
Messages: 126
Balance (23sep-22oct)

MessagePosté le: Jeu 4 Mar 2010 - 13:36    Sujet du message: Zak et Lehla (suite 10) Répondre en citant

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } -->

   

   
11
 
 


 
 
« Quelle belle fleur que le laurier-rose, et le laurier-rose est amer ! »  

   

   
           Un musicien. Elle était follement amoureuse d'un musicien. Il jouait de la derbouka à merveille. Lehla ne rencontrait aucune difficulté à se souvenir son regard, son sourire. C'était le cœur lourd qu'elle était rentrée chez elle la veille, après l'avoir vu discuter avec Assia. Elle lui avait surement tapé dans l'œil. Elle était tellement plus drôle, plus jolie et plus spirituelle. Et elle dansait avec une grâce infinie. Tout le monde avait été bluffé le jour du henné. Lehla s'était ridiculisée. Elle avait osé imaginer qu'elle pourrait en faire autant. Elle s'était jointe à elle dans la ronde un instant, essayant de suivre la musique tant bien que mal. Mais elle s'était très vite aperçue de la maladresse de ses gestes. Un homme lui avait jeté un regard navré, un petit sourire moqueur aux lèvres, lui désignant Assia d'un signe de tête et affichant un air admiratif qui aurait pu être traduit par « prends en de la graine, ça c'est de la danse!». Et Lehla ne pouvait le nier, elle était époustouflante. Tout était harmonieux chez elle, ses yeux de biches, son nez droit parfait, ses lèvres charnues, sa silhouette élancée et ses longs cheveux bruns qui s'agitaient dans tous les sens quand elle se déplaçait. Le plus surprenant, c'était ce qui émanait d'elle. Assise, Assia était une personne quelconque, une jeune fille calme et réservée. Mais quand elle se mettait à danser, tout son visage s'éclairait, un sourire radieux se formant sur ses lèvres. Devant cet état d'euphorie, l'assistance ne pouvait être que charmée. D'ailleurs, Zakarya n'avait pas quitté la danseuse des yeux une seconde, complètement absorbé par ses gestes, jusqu'à la moindre vibration, le plus petit vacillement. Lehla avait senti comme une connexion particulière entre les deux, entre l'instrument du jeune homme et le corps d'Assia. Elle s'assombrit à cette pensée. Il était dix-huit heures, elle sortait de chez le coiffeur. Pour l'occasion, elle s'était fait un joli brushing. Lehla enfila une robe toute argentée, et se para d'un collier et de boucles d'oreilles scintillants. Elle se maquilla soigneusement. Elle devrait être parfaite ce soir, c'était sa dernière chance d'attirer son attention. La jeune fille se mit à danser devant la glace. Elle grimaça, finissant par se dire qu'elle ferait mieux de le séduire autrement.   
« On y va Lehla! » Entendit-elle sa mère hurler depuis le hall.   
           Lehla enfila ses chaussures à talons. Une fois sur le pas de la porte, sa mère la dévisagea, levant le sourcil.   
« C'est quoi sur tes yeux? Grommela celle-ci.   
_ Ça s'appelle du fard à paupière, répondit la jeune fille avec sarcasme.   
_ Je sais très bien comment ça s'appelle, mais tu en as mis énormément ma pauvre fille, tu veux passer pour une trainée?    
_ C'est un mariage maman! » grogna Lehla excédée.    
            Sa mère préféra ne rien ajouter et râler dans son coin.    
Le chemin jusqu'à la salle des fêtes lui parut une éternité. Le mariage avait lieu en extérieur, sur la terrasse du Palais Sorour, un café qui se transformait en salle des fêtes le soir. L'endroit était magnifique, des petits jardins sur les côtés, une petite piscine au milieu ainsi que quelques palmiers qui lui donnaient un aspect paradisiaque. Deux trônes argentés avaient été dressés pour les mariés, majestueux.   
« Maman, qu'est-ce-que tu penses du mari d'Isma? Tu ne trouves pas qu'il fait bien plus que vingt-huit ans? T'as vu sa calvitie, et ses rides? demanda Lehla, intriguée. Et puis il ne ressemble tellement pas à ce qu'Isma voulait! Ça m'étonne! »   
             Sa mère haussa les épaules.   
« C'est vrai quoi, ajouta la jeune fille, elle a toujours parlé d'un homme très beau et très intelligent... Moi j'ai toujours trouvé ça idiot qu'elle s'attarde tant sur le physique, d'ailleurs ça n'a jamais été mon cas, mais elle...   
_ Bon maintenant ça suffit Lehla, on est arrivées, on pourrait t'entendre.   
_ Et qu'est-ce-que t'as pensé d'Assia?   
_ C'est une excellente danseuse cette coquine, elle nous cachait son talent! »répondit sa mère dont le visage s'était soudainement éclairé.   
             Lehla se rembrunit.   
« Oui mais c'était assez provocant, non? En plus elle portait un foulard autour des hanches.   
_ Oh, ça va, elle est encore jeune.   
_ Elle a mon âge maman! »   
             Sa mère ne daigna même pas répondre.    
Une demi heure plus tard, des klaxons retentirent de l'extérieur. Apparemment, le cortège arrivait. Lehla se rua vers l'entrée. Le marié sortit d'une magnifique limousine noire, tendant la main à son épouse pour l'aider à en sortir. Isma était magnifique. Elle portait une takchita blanche avec une longue traîne. Une imposante couronne en argent rehaussait son chignon, duquel s'extirpaient des bouclettes qui entouraient joliment son visage. Le maquillage la rendait sublime, seule la teinte rouge vif de son rouge à lèvre était agressive. Lehla aperçut enfin Zakarya dans la cohue, tapant sur sa derbouka, suivi de ses collègues musiciens. Elle ne put s'empêcher d'afficher un sourire béat. L'apparition d'Assia, qui émergeait d'une voiture rouge, l'arracha violemment à ses douces pensées. Elle était splendide dans une robe rose orangé se mariant parfaitement avec son teint halé, les cheveux noués en chignon élaboré pour l'occasion. Elle dévisagea Zakarya. Celui-ci n'eut aucun regard pour elle, ce qui rassura Lehla.   
Le couple fut escorté jusqu'à son trône. Et une fois installé, le travail du groupe d'instrumentistes s'achevait. Ils passaient le flambeau à de vrais musiciens en costumes élégants, installés à des tabourets, jouant du tambour, de la derbouka, du violon et du piano, mais bien plus âgés et expérimentés, qui auraient pour mission de jouer de la musique toute la nuit, jusqu'à l'aube.   
Lehla vit les jeunes garçons s'entretenir avec sa tante Fatima. Elle leur serra la main, l'air visiblement ravie, et leur tendit des billets. L'un d'eux les fourra dans sa poche tandis qu'elle les quittait. Puis Zakarya se tourna dans sa direction pour plonger son regard magnifique dans le sien. La jeune fille crut fondre sur place. Il lui sourit, son cœur s'emballa. Elle jeta un œil rapide derrière elle pour s'assurer que c'était bien elle qu'il fixait. Il n'y avait personne. Elle chercha Assia du regard, celle-ci était assise à une table plus loin, les yeux rivés sur lui sans qu'il s'en aperçoive un instant.   
Zakarya fit un signe de la main à Lehla, pour lui signifier qu'il prenait congé, et une cascade de questions lui traversa l'esprit en quelques secondes. Que devait-elle faire? Devait-elle rester immobile sur sa chaise, le regarder s'en aller, et risquer de ne plus jamais le revoir? Devait-elle lui courir après sans se poser de question, lui demander de s'arrêter? Que lui dirait-elle ensuite? Et si on la surprenait? Que diraient les gens autour d'elle? Elle observa alentours, les invités étaient absorbés par les mariés. Zakarya s'éloignait. Il passa le seuil de la porte. Le cœur de Lehla s'arrêta. Soudain, sans qu'elle ne comprenne ce qui arrivait, elle s'était levée, avec la sensation étrange de n'être plus maîtresse de son corps. Ses pas la menèrent jusqu'à la grande porte, elle traversa l'immense hall où les hommes fumaient en buvant des cafés, et se retrouva dans la cour, où des tables étaient disposées avec des parasols. Il était là, il l'attendait, adossé contre un mur. Il s'était douté qu'elle viendrait. Elle rougit, ne sachant que dire. Il la dévisagea un instant, un adorable sourire sur les lèvres.   
« Tu t'appelles comment? » Demanda-t-il.   
           Sa voix était plus mélodieuse que dans ses souvenirs. Elle avait du mal à respirer, son cœur battait si fort qu'elle se demandait s'il l'entendait.   
« Lehla, balbutia-t-elle.   
_ Moi c'est Zakarya.   
_ Je sais, » répondit-elle avec trop d'empressement.   
            Ses joues s'empourprèrent. Zakarya eut un regard qu'elle ne saisit pas, puis il passa une main dans ses cheveux pour se recoiffer.   
« Je t'ai remarqué depuis que je t'ai vu la première fois, chez la negafa, lança-t-il, rompant le silence qui s'était installé.   
_ En fait la première fois, c'était dans une rue une fois... »   
            Il la regarda, interloqué. Elle aurait mieux fait de se taire, il devait certainement la prendre pour une fêlée.    
« Oui, je m'en souviens, rectifia-t-il, c'est vrai! » S'exclama-t-il en souriant.   
             Lehla rit, ravie.   
« Tu es magnifique Lehla, je voulais te parler hier déjà, mais j'ai du partir tôt.   
_ Je t'ai vu discuter avec Assia, » marmonna-t-elle avec fébrilité.   
            Le garçon grimaça. Il ne s'attendait visiblement pas à ce qu'elle lui parle d'Assia. Mais elle voulait des explications.   
« Oui, elle ne m'a pas lâché de la soirée. Elle m'a suivi quand je suis descendu. Elle était intéressée. Mais je n'aime pas ce genre de fille, » murmura-t-il en plongeant son regard d'un vert profond dans le sien.   
            Lehla vacilla, avec le sentiment désagréable et empoignant de ne plus tenir sur ses jambes flageolantes. Elle s'adossa au mur, un peu plus loin. Il s'approcha.   
« Je n'aime pas les aguicheuses, ajouta-t-il.    
_ Tu aimes les filles comment? Bafouilla-t-elle.   
_ Comme toi Lehla. Discrètes, jolies, douces. T'es vraiment magnifique. »   
            Il s'approcha encore. Lehla retint son souffle. Elle pouvait sentir son parfum à présent.   
« Je dois t'avouer quelque chose, susurra-t-il.   
_Quoi? Demanda timidement la jeune fille.   
_ Ce que je ressens, c'est particulier, je n'avais encore jamais vécu ça... Tu crois au coup de foudre Lehla? »   
            Elle haussa les épaules, hésitante. Son rythme cardiaque ne cessait d'accélérer. Il glissa sa main dans sa poche un instant, en retira un petit morceau de papier plié en quatre soigneusement qu'il lui tendit.   
« C'est mon numéro. Appelle moi Lehla. »   
           La jeune fille acquiesça, transportée. Elle plongea son regard dans ses yeux vert-eau-de-mer, avec la sensation de se perdre dans un océan de tendresse. Il était si proche à présent qu'elle sentait son souffle contre sa joue. Son cœur battait la chamade. Allait-il l'embrasser? Elle se sentait paniquer. De ses doigts, il effleura ses lèvres, puis à son grand étonnement, il lui tourna le dos, la laissant adossée à son mur. Lehla resta là un instant, engourdie. Cependant, très vite, son attention fut attirée par une Assia, qui au loin, la guettait. Elle rougit, gênée d'être surprise dans une telle intimité, et pourtant enjouée à la fois. Assia saurait à quoi s'en tenir, Zakarya avait fait son choix. Elle regarda son chevalier servant s'éloigner, l'air maussade. Il ne se retourna pas une seule fois. Néanmoins, elle le vit jeter un œil à Assia. Juste un petite regard, rien de plus. Peut-être tentait-il de lui faire comprendre que comme elle l'avait constaté, il n'était pas intéressé. Il avait dit qu'il n'aimait pas les aguicheuses. Lehla sourit à ce souvenir. Comment un tel bonheur avait-il pu lui arriver? Elle croisait un homme magnifique dans la rue, elle craquait littéralement sur lui, et quelques jours plus tard, il était là à lui dire qu'il avait eu un coup de foudre pour elle. Quelle chance! C'était le genre d'histoire qui n'arrivait que dans les films indiens! Et voilà que ça tombait sur elle. Comme elle avait bien fait de secouer le destin!   
« Qu'est-ce qu'il t'a dit? »   
           Lehla fut projetée hors de ses pensées. Elle pivota légèrement la tête, Assia se tenait face à elle, complètement raide, elle ne l'avait même pas vue arriver.   
« Comment ça qu'est ce qu'il m'a dit? Demanda Lehla interloquée.   
_ Il t'a parlé de moi? »   
           Cette fille avait un sacré culot!   
« De toi? Pas du tout! Pourquoi il aurait parlé de toi?   
_ Je sais pas, il m'a draguée hier, » répondit Assia, s'efforçant de paraître calme.   
           Pourquoi disait-elle qu'il l'avait draguée? Zakarya avait dit que c'était elle qui l'avait aguiché. Lehla grinça des dents, perdue, mais décida de garder sa répartie.   
« Ce n'est pas ce qu'il m'a dit. De toute façon il m'a donné son numéro de téléphone, rétorqua-t-elle.   
_ Tu vas l'appeler?   
_ Ca te pose un problème?   
_ Tu devrais te méfier de lui, l'informa Assia.   
_ Je ne vois pas pourquoi. »   
           Il y eut un moment de silence durant lequel Assia prit une profonde inspiration, les yeux fixés sur ses pieds. Puis elle se décida à parler.   
« Il est très beau, vraiment très attirant. Je ne te cache pas qu'il m'a plu à la minute où je l'ai vu. Il a un timbre de voix magnifique, et un ton d'une douceur à en sentir ses poils se hérisser. »   
            La jeune fille souriait, comme transportée. Si Lehla reconnaissait tout dans ses dires, elle était agacée d'entendre une autre femme lui débiter cela à propos de son Zakarya. Elle la laissa toutefois continuer, curieuse de savoir ce qu'elle pourrait bien lui dire.   
« Quand il est venu me parler hier, je n'avais qu'une envie, me jeter dans ses bras. Je le voulais Lehla. Mais je ne pouvais pas.    
_ Écoute j'en ai assez entendu, grogna Lehla, exaspérée, prête à s'en aller.   
_ Non attends, tu crois que je me confie comme ça par plaisir? Je te mets en garde. Je suis profondément attirée par ce garçon. Ça fait des mois que je le croise en espérant attirer son attention. Et voilà que l'autre jour, avec ma danse, j'y suis arrivée. »   
           Lehla s'impatientait, ne comprenant pas où cette fille voulait en venir. Elle sentait le sang monter en elle, l'irritant davantage.   
« Mais c'est ce qu'on appelle un mauvais garçon. Il a fait de mauvaises choses dans sa vie. J'en ai entendu parler. Et je te conseille de ne pas t'en approcher. Il va te nuire.   
_ C'est tout ce que t'as trouvé pour le récupérer? Explosa Lehla, exacerbée. Permet moi de te dire que ça ne fonctionnera pas! Il a eu un coup de foudre pour moi, ce n'est pas la même chose, je ne suis pas toutes ces filles qu'il a pu croiser sur son chemin!   
_ Ne sois pas si naïve! C'est un homme Lehla, il use d'arguments convaincants, c'est un excellent comédien, mais il n'a qu'une seule idée derrière la tête!   
_ Avec moi il n'en aura pas, je ne suis pas ce genre de fille et il le sait!   
_ Mais je te dis qu'il a fait des choses affreuses. Tu sais qu'il fume du shite?   
_ C'est une rumeur ça aussi? Grommela la jeune fille.   
_ Tu sais qu'il est sorti avec Louisa? Tu la connais Louisa non? La fille sur qui tout Meknès est passé!   
_ Je me moque de son passé! Cria Lehla, énervée.   
_ Ah oui? Et si je te dis que l'homme de ta vie a même fait de la prison, tu t'en fiches? »   
            La jeune fille ne sut que dire. Non il ne pouvait pas être comme ça.   
« Lehla, il m'a draguée hier, il n'a rien obtenu de moi, il est allé se consoler ailleurs, c'est tout, comme il le fera toujours. Il est comme ça, ça ne changera jamais. »   
            Lehla toisa Assia du regard, tremblante. Pour qui se prenait-elle? Insinuait-elle qu'elle n'était que le dernier choix de Zakarya?   
« Tu sais quoi? Je me contrefiche de son passé Assia. Et là ta seule motivation à me dire toutes ces choses, c'est de le récupérer, c'est ça la réalité! Alors remballe tes discours de fille complètement pessimiste et aigrie, tourne les talons et va-t-en! »   
            Assia grogna de rage, les poings serrés et balança :   
« T'es vraiment la cible idéale pour lui, d'une naïveté exacerbante! Une parfaite idiote! Qu'on ne dise pas que tu n'étais pas prévenue! »   
           Puis comme demandé, elle tourna les talons et s'en alla, laissant une Lehla enragée et perplexe à la fois.   
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 4 Mar 2010 - 13:36    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Lun 8 Mar 2010 - 01:37    Sujet du message: Zak et Lehla (suite 10) Répondre en citant

Moi  aussi je tourne les talons et je m'en vais  . C'est trop fort pour moi  . Comment oserais-je commenter un si beau texte ?

Je ne peux retourner sur mes pas, puisque vous y insistez  , que pour une seule chose : applaudir à tout rompre !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yasmina
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2008
Messages: 126
Balance (23sep-22oct)

MessagePosté le: Lun 8 Mar 2010 - 20:22    Sujet du message: Zak et Lehla (suite 10) Répondre en citant

Youhouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu!!!! je suis désolée, ce cri de joie n'est pas très littéraire Smile mais je ne vois pas comment exprimer ma joie autrement que par un "youhouuu" haha!!
Je suis vraiment honorée! waw que vous en veniez à dire ça d'un de mes chapitres Smile je suis tout bonnement ravie, radieuse même, et ça m'encourage à continuer encore et encore! Il faut absolument que j'aille au bout de ce roman!

Merci, merci, merci Abdel du fond du coeur Smile
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Lun 8 Mar 2010 - 20:58    Sujet du message: Zak et Lehla (suite 10) Répondre en citant

A tout seigneur ( de l'écriture) tout honneur !

Oui ! il faut le mener jusqu'au bout ce roman ! Vous êtes seule juge du temps à y mettre. Si le rythme vous satisfait c'est qu'il permet de donner le mieux de soi. C'est le plus important. En tout cas , il est clair que ce travail est savemment ordonné jusqu'aux moindres détails. Un chef d'oeuvre en perspective.

Je ne manquerais pas de recopier tous les chapitres sans les commentaires pour relire depuis le début et pouvoir ainsi vous donner d'ultimes avis avant sa publication.

Au fait, il y a un décalage dans la numérotation des nouveaux chapitres.

Bon courage Yasmina , je suis très heureux pour vous !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:38    Sujet du message: Zak et Lehla (suite 10)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace romans -> Romans en cours -> "Zak et Lehla" de Yasmina Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Referencement
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group -- Template created by dav.bo=> GreenStylus --

Portail | Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation