http://ecrire.clicforum.com 2011-07-26 Créations littéraires :: Zak et Lehla (suite 14)
  Créations littéraires
 
Index
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 


 Bienvenue  
Zak et Lehla (suite 14)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace romans -> Romans en cours -> "Zak et Lehla" de Yasmina
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
yasmina
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2008
Messages: 126
Balance (23sep-22oct)

MessagePosté le: Ven 30 Juil 2010 - 19:06    Sujet du message: Zak et Lehla (suite 14) Répondre en citant

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } -->

 
16 

 

 
« La patience tue l'envie, car le feu ne trouve plus rien à dévorer, il se dévore lui-même » 

 

 

 
         « Mais qu'est-ce qu'on peut bien rester à attendre enfin? S'emporta Zak, agacé. Plus on patiente, plus on risque d'abandonner notre rêve, de se résoudre à vivre ici, à subir ce qu'on nous impose! » 
           Marouane poussa un soupir d'exaspération. 
« Calme-toi mon pote. Je veux pas te blesser, mais moi j'ai de la famille. J'abandonne quelque chose en m'en allant. Toi tu te barres sans regrets. Et si je les revoyais jamais? S'il nous arrivait une merde? Y a des gens qui crèvent là-bas! Qui sont asphyxiés à cause des pots d'échappement des camions, qui se font rouler dessus en tombant, qui crèvent de chaleur ou du manque d'oxygène dans le coffre où ils sont cachés! Et à quoi je servirai à ma famille une fois mort? Moi c'est pour eux que je veux me barrer! Pour les aider, pour qu'ils soient fiers de moi, que je leur ait servi à quelque chose dans cette vie de misère! Cirer les pompes des gens c'est tout ce que j'ai trouvé comme boulot! 
_ Comme tu dis, c'est tout ce que t'as trouvé! Alors qu'est-ce que t'attends encore? Tu t'imagines qu'en restant là les bras croisés, une bonne nouvelle te tombera sur la gueule? Ou peut-être t'espères qu'un jour un cadre supérieur sera tellement impressionné par ta manière de lui cirer les pompes qu'il t'embauchera comme assistant? Mais réveille-toi! Ici tout marche au piston de toute façon! Tu veux trouver un bon poste? Faut que tu connaisses du monde! La meilleure situation dans ta famille, c'est celle de ton oncle l'arracheur de dents! Et je n'ai pas dit « dentiste »! 
_ Et dans ta famille, à toi, c'est quoi la meilleure situation? » s'emporta Marouane. 
          Zak se rembrunit. 
« Arrête un peu de penser qu'à ta gueule putain! Poursuivit-il avec colère. Si tu veux partir maintenant personne te retient! » 
          Le téléphone du jeune homme vibra. Il avait reçu un message. Encore Lehla. « J'ai besoin de toi Zak. Il faut qu'on se voit ». Il le fourra dans sa poche, puis tourna le dos à Marouane. A défaut d'avoir besoin d'elle, lui aussi avait besoin de quelqu'un. 
           Quelques minutes plus tard, il composa son numéro. Elle répondit à la première intonation, comme si elle était restée là à attendre un signe de sa part. 
« Zakarya! S'exclama-t-elle. 
_ Oui, c'est moi. Tu me manquais. Tu peux sortir? Demanda-t-il. 
_ Non, il est bien trop tard! Scanda la jeune fille. 
_ Tant pis. 
_ On peut se voir demain? 
_ Malheureusement demain je peux pas, et le reste de la semaine je risque d'être pris. C'est pour ça que j'espérais te voir maintenant. Mais ce n'est pas grave. 
_ Mais... 
_ Je t'en veux pas. Je vais te laisser Lehla. 
_ Non! Attends! » S'écria-t-elle. 
           Elle semblait paniquée. Elle eut un temps de réflexion. 
« Quoi? L'interrogea-t-il. 
_ Ne raccroche pas! 
_ Mais je suis obligé! J'ai pas beaucoup d'unités! 
_ Attends, où tu es? Je sors! 
_ Je croyais que tu pouvais pas? 
_ Je vais me débrouiller! Tu sais où j'habite? Attends moi à côté du Macdo, comme d'habitude! 
_ D'accord, je suis pas loin. » 
           Il la trouva essoufflée. Elle ne cessait de jeter des regards aux alentours, l'air visiblement anxieuse. 
« Qu'est-ce qu'il y a? Demanda-t-il en fronçant les sourcils. 
_ Je suis partie de chez moi en douce! » S'exclama-t-elle en grimaçant. 
            Zak rit. 
« Pourquoi ça? 
_ Parce que je pouvais pas faire autrement, qu'est-ce que tu crois? Je ne suis pas Louisa! Grommela-t-elle. 
_ C'est vrai que Louisa n'avait pas de couvre-feu, répondit-il. 
_ Elle te manque? 
_ Pourquoi elle me manquerait? 
_ Parce qu'elle pouvait te rejoindre quand bon te semblait! 
_ Et alors? Toi aussi apparemment. 
_ Et à quel prix? Si mon grand-père le découvre, je suis morte! 
_ Alors autant profiter de ta dernière nuit! 
_ Ah oui, y a aussi le fait qu'avec elle vous n'aviez aucune limite, grogna Lehla. 
_ De quoi tu parles? 
_ De sexe, » balbutia-t-elle. 
           Le jeune homme rit. Elle était en train de lui faire une petite crise de jalousie. Était-ce une manière de lui faire comprendre qu'elle voulait aller plus loin? 
« Toi et moi, on en a? » Demanda-t-il, le regard malicieux. 
            Lehla rougit. Elle se tut un instant puis murmura : 
« C'était bien avec elle? 
_ T'as pas répondu à ma question. 
_ Je n'ai jamais fait l'amour Zak, tu le sais! La virginité, c'est important pour moi! 
_ Je le sais. On n'est pas obligés de toucher à ta virginité. 
_ Qu'est-ce que tu veux dire? 
_ Tu crois que Louisa n'est plus vierge? Elle est trop maligne pour ça. On s'est arrêtés au préliminaire. Je ne l'ai jamais pénétrée. » 
            Zak vit Lehla frissonner. Était-ce de froid ou de dégoût? 
« Mais pourquoi tu me parles de ça au fait? S'enquit-il. 
_ Je suis curieuse. Je veux tout savoir de toi. Même ce qui me fait mal. 
_ N'en parlons plus alors. » 
            Le garçon l'avait emmenée jusque chez lui, à Ain Slougui. Elle avait manifesté une courte hésitation devant le pas de sa porte, mais elle était entrée. Elle s'était raidie en voyant sa toute petite chambre. 
« Je te présente mon chez moi! Lança-t-il. C'est tout petit, mais c'est provisoire. » 
            Lehla acquiesça. 
« Je t'en prie, installe-toi! l'invita-t-il en lui désignant son lit d'un signe de tête. Je vais pas te sauter dessus! » Ajouta-t-il, devinant une certaine réticence. 
            Elle finit par s'asseoir. 
« Alors, comme ça tu avais besoin de moi, » dit-il pour engager la conversation. 
            Elle esquissa un sourire minable. Était-ce la timidité qui la rendait si inintéressante? Il bailla. Force était de constater que dans cette lancée, il ne ferait pas long feu. Il jeta un œil à son portable. Il était minuit trente. Il alluma une cigarette, puis la dévisagea. Elle n'avait rien de la prestance d'Amel. Elle n'avait ni son regard, ni son allure, ni son sourire. Elle paraissait si insignifiante comparée à elle, si jeune et inexpérimentée. Zak aimait les femmes mûres. Mais alors que faisait-il avec elle? Pourquoi avoir voulu la voir, et pourquoi l'avoir emmenée jusqu'ici? 
« Qu'est-ce qui ne va pas? Demanda-t-il, espérant la faire parler. 
_ Rien... Quelques petits soucis avec mon grand-père... Enfin rien de bien grave... 
_ Trop protecteur? 
_ Étouffant même! » 
             Zak rit. Ce n'était qu'une adolescente. 
« Tiens, et si on arrêtait de parler pour une soirée, des gens qui nous contrarient? » 
            Lehla hocha de la tête. Elle ne plaça pas un mot durant tout le temps où il fuma sa cigarette. Quand il l'eut jetée par sa fenêtre, il s'installa à côté d'elle. Il l'embrassa. 
« Détends-toi, » murmura-t-il. 
             Il l'embrassa à nouveau, la caressa avec douceur. Sous ses vêtements, elle portait une nuisette rouge. Zak le vit comme un feu vert. Il s'y prit doucement, avec tendresse, pour ne pas l'effrayer. Ils n'allèrent pas jusque l'acte sexuel, pour qu'elle conserve sa dignité. Épuisée, elle finit par s'endormir, non sans se rhabiller. Zak fuma une dernière cigarette avant de la rejoindre. Il la regarda un instant. Il n'éprouvait aucune tendresse pour cette fille qui dormait dans son lit. C'était à côté d'une étrangère qu'il s'endormait, comme cela lui était arrivé plusieurs fois. 
Le lendemain, Lehla fut réveillée par les rayons du soleil, aux alentours de huit heures. Et ce fut un de ses baisers qui le réveilla. Elle se mit à le caresser, le dévisageant dans un regard qu'il ne lui connaissait pas, comme si quelque chose avait changé au cours de cette nuit. 
« Je t'aime..., murmura-t-elle, les yeux brillants de passion. 
_ Moi aussi je t'aime », répondit Zak, sans même songer un seul instant à la signification de ces mots. 
              Elle sourit, visiblement ravie, puis elle l'embrassa, laissant balader ses mains sur tout son corps. Il ne résista pas à l'invitation. Très vite, elle finit par chuchoter : 
« Je veux que tu me pénètres un peu ». 
              Il leva la tête, la dévisageant, interloqué. 
« Fais-le! Insista-t-elle. 
_ Comment, « un peu »? 
_ Juste un peu, pas entièrement. » 
             Il lui obéit. 

 
             Elle du se dépêcher de rentrer chez elle. Il lui avait payé le taxi jusqu'à Rouamzine, mais n'y était pas monté avec elle. Il l'avait laissée seule, avec sa peur au ventre. Zak avait d'autres préoccupations. 
Il extirpa son téléphone de sa poche, fouilla dans son répertoire, et appela...Louisa. Il du s'y prendre à deux fois avant qu'elle ne décroche. 
« Allo? Zak, c'est toi? 
_ Oui. 
_ Pourquoi tu m'appelles? 
_ J'ai besoin que tu me rendes un service. T'es la seule à qui je peux demander ça! 
_ Et pourquoi je le ferais? Balança la jeune femme avec indifférence. 
_ Parce que j'ai gardé notre petit secret? Suggéra Zak dans un rictus. 
_ De quoi tu parles? S'emporta-t-elle, se sentant soudainement menacée. 
_ Il faut qu'on se voit, répondit le garçon nonchalamment. On ne peut pas en parler au téléphone, de toute façon ça risque de couper d'un instant à l'autre! 
_ Je passe en voiture! » Pesta Louisa, agacée. 
           Puis elle lui raccrocha au nez. Elle fut là une demi heure plus tard, toute pimpante et fraîche comme à son habitude. Louisa lui avait tout de suite plu, ce soir où il l'avait vue se déhancher au Dawliz sur une chanson de Nancy Ajram. Elle était sublime, très féminine, toujours perchée sur des talons hauts, et dans des tenues courtes et moulantes qui mettaient parfaitement en valeur sa silhouette élancée. Personne n'aurait pu lui résister. Zak l'avait crue mature. A sa façon de se tenir, de se comporter au premier abord, elle avait l'air de savoir ce qu'elle voulait, et le garçon l'avait longtemps cru. En réalité elle agissait au gré de ses envies, et réfléchissait bien plus tard aux conséquences de ses actes. 
« Qu'est-ce que tu me veux? Grogna-t-elle après avoir claqué la portière de sa voiture. 
_ Si tu préfères on peut aller en parler tranquillement chez moi, ici ce n'est pas l'endroit idéal. 
_ Pas question que je remette les pieds dans ta garçonnière imbécile! Rétorqua-t-elle sèchement en grinçant des dents. 
_ Je te le proposais en tout bien tout honneur! Mais si tu veux qu'on discute ici du soir où on a fait l'amour, alors à ton aise! » Balança Zak en souriant de toutes ses dents. 
             Louisa glapit de rage, prête à lui bondir dessus. 
« Calme-toi! Grommela-t-il. 
_ Si tu redis ça encore une fois dans toute ton existence, je te fais avaler tes couilles! Murmura-t-elle avec fureur.  
_ Je ne t'ai pas appelée pour parler de ça en fait. Je veux que tu me rendes un petit service. Pour me remercier de garder le silence sur cette histoire, déclara-t-il d'un ton mielleux. 
_ C'est du chantage? 
_ Lehla te jalouse. Elle parle beaucoup de toi tu sais. Enfin de nous. J'ai réussi à mentir la nuit dernière. Mais rien ne garanti que je réussirai encore.  
_ Mais qu'est-ce qu'elle veut cette pétasse au juste? Qu'est-ce qu'elle s'imagine? Qu'elle pourra se comparer à moi? Vous avez couché ensemble? 
_ Pas tout à fait. 
_ Et qu'est-ce que tu attends? 
_ Pourquoi tu veux que je couche avec elle? Demanda Zak, interloqué. 
_ Elle était la première à nous juger cette garce! Je l'entendais avec sa copine Btissame qui commérait sur Najla et moi! 
_ Mais je croyais que vous étiez amies? 
_ Amie avec cette salope? Moi? Tu plaisantes! » 
             Le jeune homme ne comprenait plus rien. Aussi préféra-t-il laisser ces querelles enfantines à cette enfant. 
« En fait je voudrais que tu me prêtes de l'argent, annonça-t-il. 
_ Et puis quoi encore? 
_ Bon, elle saura qu'on a couché ensemble alors! Et puis pour tout te dire elle avait l'air très étonnée quand je lui ai dit qu'on avait pas été jusqu'au bout, donc t'en fais pas, je pense qu'elle s'y attend un peu. Comme quoi c'est quelque chose qui se voit à ta tête, que t'es une traînée... » 
             Une gifle alla s'échouer contre la joue de Zak sans même qu'il s'y attende. Les nerfs à vifs, il grogna de colère, prêt à fondre sur elle, mais Louisa balança dans un regard haineux : 
« Viens, c'est ça, viens frapper une femme! » 
           Zak respira un bon coup, s'efforçant de se calmer. Il la regarda, mais à bout de nerfs il finit par lui tourner le dos et s'éloigner. 
« Tu vas où comme ça? » Lança-t-elle froidement. 
            Il ne répondit pas. Il l'entendait courir derrière avec ses talons hauts. 
« Combien tu veux connard? » 
             Il s'arrêta, la dévisagea. Elle semblait résignée. 
_ Cinq-cent dirhams. 
_ Abruti! Je vais renoncer à une paire de chaussures de chez Zara pour ta gueule! Qu'est-ce qui me garanti que tu la fermeras après ça? 
_ J'ai besoin de cet argent pour me barrer. Je serai bien trop loin pour l'ouvrir. Alors que si tu refuses, je serai coincé ici. » 
             Zak vit une lueur inexplicable dans le regard de Louisa. Du bonheur mêlé à de l'excitation sans doute. Un immense sourire éclaira son visage. 
« Alors tu t'en vas, c'est sûr? Demanda-t-elle. 
_ Quand j'aurai les cinq-cent dirhams, oui ce sera sûr. 
_ Et Lehla est au courant? 
_ Qu'est-ce que j'en ai à foutre de Lehla? Qu'est-ce que tu crois? Que c'est le grand amour? Qu'elle fait partie intégrante de ma vie? » 
            Louisa rit, visiblement ravie. Elle fouilla dans son sac en vitesse, dans un mélange d'impatience et d'agitation, et en extirpa une liasse de billets froissés qu'elle jeta à ses pieds. 
« Tiens! J'ai mis tout ce que j'avais! Y a même sept-cent dirhams! Barre-toi maintenant! » Lança-t-elle en riant, les larmes aux yeux. 
            Elle le regarda en reculant, comme si elle souhaitait s'imprégner de son image. Puis elle lui tourna le dos pour monter dans sa voiture. Et elle lui lança : 
« Personne te regrettera ici! » 
            Puis elle démarra et s'en alla en trombe. Zak attendit qu'elle soit hors de sa vue pour ramasser les billets. Il avait enfin de quoi s'en aller.  
Il regarda autour de lui. Ces bâtiments sur lesquels il s'était adossé depuis son plus jeune âge, ce jardin à l'entrée de la rue, ces visages familiers... Partir à l'aventure seul, vers l'inconnu, était-ce ce qu'il souhaitait? Il fallait qu'il réussisse à convaincre Marouane de l'accompagner. C'était un rêve qu'ils avaient nourri à deux, et sans lui, il n'avait pas la même dimension. 
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 30 Juil 2010 - 19:06    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Sam 31 Juil 2010 - 15:38    Sujet du message: Zak et Lehla (suite 14) Répondre en citant

Ca coule et ça colle.

Ca coule du point de vue style et son adaptation à chaque personnage et à chaque action. Ca colle avec les chapitres précédents et ça devient même vraiment corsé.

Mon intellect âgé perçoit sans doute des trucs que je n'ai pas vécus, les périodes de jeunesse  des générations successives ne sont pas les mêmes. Mais je crois que le jeune lectorat d'aujourd'hui aura du pain sur la planche  en te lisant. Quelque chose de mûr et de réfléchi plane mystérieusement sur les avatars d'apparence anodins de ces jeunes. Ton récit pousse plus à réfléchir qu'à subir, plus à comparer ses expériences qu'à lire une histoire.

On s'intérroge sur des sujets profonds qui s'accumulent, mine de rien, au fil des pages.

Assurément c'est un travail à fond psychologique varié.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yasmina
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2008
Messages: 126
Balance (23sep-22oct)

MessagePosté le: Sam 31 Juil 2010 - 19:39    Sujet du message: Zak et Lehla (suite 14) Répondre en citant

Oui c'est vrai que c'est très psychologique! Du coup j'ai peur que le lecteur s'ennuie Smile du coup il faut que j'essaye de mettre plus de péripéties dans les prochains chapitres!
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:18    Sujet du message: Zak et Lehla (suite 14)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace romans -> Romans en cours -> "Zak et Lehla" de Yasmina Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Referencement
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group -- Template created by dav.bo=> GreenStylus --

Portail | Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation