http://ecrire.clicforum.com 2011-07-26 Créations littéraires :: Les animaux blessées
  Créations littéraires
 
Index
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 


 Bienvenue  
Les animaux blessées
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Créations littéraires Index du Forum -> Espace Nouvelles, Autobiographies, Textes et Récits courts -> Récits, textes courts
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Dualias
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 30 Aoû 2010
Messages: 16
Cancer (21juin-23juil)

MessagePosté le: Mar 31 Aoû 2010 - 03:03    Sujet du message: Les animaux blessées Répondre en citant

Mon tout dernier texte mais le premier publié sur Créations littéraires. Celui qui m'a d'ailleurs incité à m'inscrire ici.




Les animaux blessés 

 

Qui sont-ils ces animaux blessés qui inspirent le dédain aux plus sains d'entre nous ? 

 
Une chaire sanglante, un regard perdu dans le vide, un pas d'éclopé et c'est la pitié dévote, qu'un dégoût masqué appellerait à fuir vers le confort d'un visage pétri de charme sûr, d'un sourire qui convient. 
Une pitié dont ni l'infirme ni le fou dédaigné ne font cas, tout deux convaincus que cette bienveillance devrait s'adresser tout autant à l'endroit de celui qui les considère comme cet animal blessé. Laissé comme charogne aux griffes d'un monde de prédation, il a connu un accident. 

 
Tout enfant que j'étais, déjà il m'eut semblé indigne de mettre au ban des appartements bien chauffés des villes cossues et du dialogue social tous ceux qui ne savaient pas se relever. Ceux dont le pas comme l'esprit vacillaient et qui n'avaient comme restes de l'enfance que cette volonté de vivre des rêves extravagants peuplés de chimères. 

 
Car ils croient et ils pleurent ceux là, plus fort que nous. Et quand ils pleurent, ils croient. Ils crient au monde : "gardez moi avec vous !" Et des millions d'oreilles sont sourdes. 
Et la grande peine des fous va ainsi : leurs verbiages emprunts de furie ne sont entendus que par ceux qui se désignent comme leur unique réceptacle, les psychiatres. 
Et la grande peine des infirmes va ainsi : les premiers à les voir comme des hommes aussi naturels que les autres sont si rares qu'il faut les chercher sous leur toit. 
Toi qui donnes deux sous au clochard boiteux qui quémande, toi qui t'écartes quand l'étrange homme s'approche, n'as-tu jamais pensé aux infimes choses qui vous séparent ? 
Celui-là aurait dû traverser la rue avec plus d'attention, cet autre aurait dû refuser toute proposition de s'oublier dans une substance traître. L'un fut faible un instant et plus jamais il ne posera un pied devant l'autre. L'autre était faible de nature et la nature lui rend par un coup irrémissible qui fait perdre la raison. Bientôt peut-être le sort du premier se mêlera à celui du second, d'un estropié la vie fait un fou, d'un fou la vie fait un estropié. 

 
Il tient à si peu de choses que tu ne fusses un animal blessé. 

 
Le progrès des idées a conduit à ce que ces gens soient considérés, seulement à l'abri du dehors et de ses violences ordinaires. Mais est-il nécessaire d'en faire son gagne-pain pour aider les incompris ? Faut-il s'organiser en association pour palier à l'indifférence des gens qui suivent la marche du monde sans regarder le bas-côté ? 
Oserons-nous attendre de devenir des gens civilisés par obligation. Il n'y a pas plus honteux que ce qui transparaît dans l'oeil affligé de celui qui passe son chemin de dégoût, lassé et impuissant. 

 
Il nous serait salutaire que de tendre la main ou abaisser le regard. Ces deux là nous nourriront et nous les nourrirons d'espoir. 


 

 
Originellement publié sur mon blog, je l'ai accompagné de ce post scriptum : Comprenez que par ce texte je m'oblige à agir en conséquence de mes propos. Je ne sais pas si c'est le but mais je me suis trop souvent senti au ban de la société pour ne pas considérer comme un devoir de faire ce que je ne fais que suggérer au lecteur ici, à ma mesure, comme je le peux au quotidien. 
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mar 31 Aoû 2010 - 03:03    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Mar 31 Aoû 2010 - 04:20    Sujet du message: Les animaux blessées Répondre en citant

Je lirais une seconde fois pour m'imprégner du fond. Mais je me base d'abord et toujours sur ma première lecture car c'est elle qui guide mon coeur, la seconde mon esprit.

Le personnage (pour moi ce n'est jamais l'auteur) s'exprime bien, et dans un langage suggestif, sur un sujet basé sur ses propres convictions. Les convictions ne se discutent pas. On les démolit ou on les laisse tranquilles.

Dans le règne animal où se retrouve l'homme, il est le seul à ne pouvoir être classé selon sa forme. Pour une bonne raison : il a un fond. Un fond universel qui est illustré par la civilisation. Laquelle civilisation est de son propre produit, de son intelligence. Que l'homme soit boîteux, handicapé, mutilé (même de guerre ou de naissance) il n'en demeure pas moins que c'est un homme, doué de raison et d'une âme, doué de sentiment et d'émotion, gorgé d'amour et de haine, de jalousie et de bonté : un mélange qui fait son charme et qui assure sa perennité dans la vie terrestre. L'homme est le pendant de Dieu, c'est la créature la plus parfaite et la plus intelligente, mais avec une durée de vie limitée, comme celle des roses.

Donnez-moi l'esprit de l'homme et son coeur volcanique aux émotions contradictoires et gardez pour vous son aspect charnel s'il ne vous convient pas. Ce n'est pas une bête à mener à l'abattoir, que l'on tâte, que l'on soupèse, dont on mesure les parties dodues à croquer à petit feu.

Non l'homme n'est pas cela, et combien même la nature ne l'aurait pas doté d'un corps en parfait ordre de marche, ou qu'un accident en aurait décidé autrement, ce sont ses méniges qui font la différence, qu'aucun instrument de mesure ne peut en peser la valeur , ni en tâter l'insondable.

Je peux continuer comme ça, mais cela ne fera que démolir davantage les convictions erronées du personnage...

Je dirais enfin que le style est adéquat et qu'il ya quelques petites erreurs qui traînent, mais ce n'est pas important.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Dualias
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 30 Aoû 2010
Messages: 16
Cancer (21juin-23juil)

MessagePosté le: Mar 31 Aoû 2010 - 06:25    Sujet du message: Les animaux blessées Répondre en citant

Je crois m'être heurté à un mur d'incompréhension et de confusion inquiétante !

Jusqu'à maintenant le tutoiement était de mise donc je continuerai sur ce mode.

Comment peux-tu prétendre à la fois ne pas t'attacher au fond dans tes propos, avançant qu'une relecture serait nécessaire et "démolir" selon tes propres termes, dans une rhétorique embrouillée un texte qui, comme tu le dis se fonde sur des convictions personnelles ? "Les convictions ne se discutent pas. On les démolit ou on les laisse tranquilles" Je crois qu'il y a là un exemple frappant d'incohérence ! T'es tu relu toi même ?

Si elle ne se discutent pas, pourquoi les discutes-tu ? Démolir est un mot très fort. Penses-tu sincèrement que l'on puisse dialoguer dans un respect mutuel si l'un démolit et l'autre est sommé de reconstruire aussitôt sous peine de se voir humilié ?

Je ne vois pas la critique du même oeil que toi, il faut se rendre à l'évidence !

Je conçois qu'on puisse juger le style après une lecture superficielle. Mais qu'on puisse se méprendre à ce point sur le fond et réagir de manière si abjecte dénote une certaine arrogance qui sied comme toujours à ceux qui se posent en maître du jeu.


Je ne répondrai pas à ton argumentaire bancal, usant de tes méthode et donc ne faisant qu'une appréciation guidée par mon coeur.


Je dirais enfin que le style est adéquat pour qui décide de faire transparaître son sentiment de supériorité tout en le travestissant et qu'il y a quelques erreurs qui traînent, mais c'est désormais le cadet de mes soucis !


Adieu.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
lulup
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 26 Aoû 2010
Messages: 30
Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Mar 31 Aoû 2010 - 12:14    Sujet du message: Les animaux blessées Répondre en citant

Je n'ai pas envie de faire une réponse complète, j'ai pas tout compris ( ni au texte, ni à la réponse ). Y a certains mots que je ne connais pas encore..
Cependant, Abdel, je voulais juste te dire que pour moi, l'homme est loin d'être la créature la plus parfaite de ce monde Wink

Le texte de Dualias est, selon moi, très intéressant et après plusieurs lectures je crois qu'il faut y réfléchir à deux fois. Le message qui ressort principalement d'après moi est celui-ci : "  Il tient à si peu de choses que tu ne fusses un animal blessé. " .

Ce que tu dis toi, Abdel, est ta propre vision de l'homme... Combien ne sont pas écœurés de voir quelqu'un à qui il manque une jambe et un œil, ou effrayés à l'idée de rencontrer un fou.
Certains ne sont plus considérés comme humains dans notre société, tout simplement parce qu'on les rejette.
En vivant où je vis, je vois des sans-abris tous les jours dans la rue et beaucoup sont amochés.
Pourtant, ce ne sont pas leurs méninges qui font la différence aux yeux de ceux qui passent devant... Et c'est comme ça, la plupart se fichent d'eux sans se rendre compte qu'à un moment où à un autre de leur vie, ils auraient pu prendre une voie qui les aurait mené exactement à la même place.

Enfin voilà, je me trompe peut être, j'ai probablement tout compris de travers.
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Mar 31 Aoû 2010 - 16:30    Sujet du message: Les animaux blessées Répondre en citant

Dualias, je ne comprends rien à ce que tu dis !

Moi je lis un texte où un personnage exprime ses convictions. Je démolis les convictions de ce personnage. En quoi cela te touche-t-il ?

Du moment que je me borne à commenter un texte et rien que le contenu du texte, en quoi cela te gêne -t-il ?

S'il plaît au personnage de rouler dans le ridicule et dans la honte, les personnes handicapées , je ne vais pas l'applaudir des deux mains ! Et encore plus quand il trouve un plaisir sadique, ou masochiste je ne sais, à les traiter de sous hommes  et de prétendre que la société a la même attitude !

Ce qui est complètement faux ! ou alors , la situation chez nous, pays sous-développé, est plus brillante que dans le pays développé théatre de ces affirmations  !

Si un européen a du dégoût en passant devant son compatriote handicapé, c'est alors le plus barbare des civilisés, le plus bête, le plus animal et le plus crétin de toutes les créatures. Chez nous, il serait impensable d'avoir de telles idées, voire ce serait hérétique et connard.

On peut tuer son prochain pour une miette de pain, on ne peut le tuer, du moins moralement, ni le rabaisser pour une tare physique !

Voilà, ton texte à reflexions, à débat, n'est pas passé inaperçu. Ton personnage a des conceptions particulières sur l'homme que le commun des mortels est loin de partager. L'auteur peut jouer avec les pensées d'un personnage mais ce n'est jamais lui !  On ne déborde jamais vers l'auteur, on ne discute que sur le texte.

Ta réponse est donc injustifiée, à moins que tu ne te prennes pour ton personnage ?
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Dualias
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 30 Aoû 2010
Messages: 16
Cancer (21juin-23juil)

MessagePosté le: Mar 31 Aoû 2010 - 17:16    Sujet du message: Les animaux blessées Répondre en citant

Ah, quand même ! Merci lulup, tu as tout compris ! Et la phrase clé de ce petit texte est bien là : "Il tient à si peu de choses que tu ne fusses un animal blessé."

Abdel, si tu te caches derrière un personnage pour lui faire dire tout et n'importe quoi impunément, c'est ton choix mais chez moi la distinction entre auteur et narrateur existe.
Je ne suis pas un personnage de fiction, je suis un auteur responsable de ses paroles.

D'autre part, je, persiste, tu n'as pas compris mon texte. Je suis moi-même reconnu comme handicapé et c'est pour défendre l'honneur et toute l'humanité qu'il y a chez les handicapés qu'ils soient atteint de problèmes physiques ou mentaux que je me permet d'écrire ce texte.

L'occident à certainement un regard beaucoup moins bienveillant à l'égard des malades et même des personnes âgées que le reste du monde et c'est cela entre autres que je condamne.

"On peut tuer son prochain pour une miette de pain, on ne peut le tuer, du moins moralement, ni le rabaisser pour une tare physique !" Donc tu tuerais quelqu'un pour une miette de pain, est-ce cela que je dois comprendre in fine dans tes propos. Je crois que moralement c'est largement plus discutable que d'utiliser des termes crus pour décrire une réalité !

Définitivement, je ne suis pas mon personnage, d'ailleurs si tu lis bien mon texte, il n'y en a pas vraiment à moins que les seul personnages de mon texte ne soient la misère et l'indifférence des gens ordinaire qui ne se remettent pas en question face à l'horreur.

J'ai du mal à comprendre moi comment on peut avoir une lecture si biaisée de quelque chose qui ressemble plus à un appel à la paix et à la bonté qu'à un brulot insultant. Tu vas rire mais j'ai de prime abord trouvé mon texte trop bien-pensant mais je me suis rendu à l'évidence et j'ai conclu logiquement ainsi : "Il nous serait salutaire que de tendre la main ou abaisser le regard. Ces deux là nous nourriront et nous les nourrirons d'espoir."

Je crois que ces mots me défendent de tout animosité envers les personnes faibles, c'est le moins qu'on puisse dire !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Humphrey
Modérateur global
Modérateur global

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 703
Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Mar 31 Aoû 2010 - 18:59    Sujet du message: Les animaux blessées Répondre en citant

Woaw, ça chauffe par ici, enfin un peu d'ambiance !

Après vous avoir lus tous les deux, il me semble clair qu'en effet, Abdel a complètement loupé sa première lecture de ce texte puisqu'il a compris l'inverse de ce qu'il fallait.

Mais tu en es partiellement responsable, mon cher Dualias, car tu t'exprimes dans un français certes très correct grammaticalement mais ton style assez particulier fait qu'on doit s'y reprendre à plusieurs fois pour comprendre certaines de tes phrases (pas toutes, je te rassure). Le début du texte surtout est très spécial, un peu alambiqué, presque pompeux. Il faut simplifier tout ça si tu veux être mieux compris.

Ce que tu dis dans ce texte est tout à fait louable bien sûr. Moi ce qui me gêne c'est le ton quasi-moralisateur que tu utilises, probablement inconsciemment. Ce n'est pas de la littérature, c'est un sermon. Ce qui serait intéressant, c'est de faire passer ces belles idées par le biais d'une histoire, une nouvelle ou un roman. Les sermons, très peu pour moi.

Autre chose : attention à la susceptibilité qui tue toute possibilité d'échange intéressant. On parle des textes, ici, rien que des textes. Faut pas confondre la critique du texte et la critique de celui qui l'a écrit. Donc si je dis que j'ai trouvé une partie de ton texte pompeux, ça ne veut pas dire que je t'accuse toi d'être pompeux. Capito ?
Revenir en haut
lulup
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 26 Aoû 2010
Messages: 30
Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Mer 1 Sep 2010 - 00:02    Sujet du message: Les animaux blessées Répondre en citant

Je confirme le fait qu'il faut s'y reprendre à plusieurs fois avant de bien saisir le sens du texte. Cela dit, j'apprécie la tournure de ses phrases, ça m'arrive d'écrire comme ça. Smile 
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Mer 1 Sep 2010 - 00:34    Sujet du message: Les animaux blessées Répondre en citant

Cher ami Dualias, jusqu'à preuve du contraire , je traite ton texte comme étant un texte littéraire, sur un forum littéraire.  Je l'ai pris en tant que texte cours qui exprime des émotions d'un handicapé et non pas un auteur qui s'exprime lui-même. Si tu le considères comme étant ton point de vue personnel sur un sujet précis, alors ce n'est plus de la littérature mais un texte d'opinion.

Donc, il devrait figurer sur la rubrique "le clavier bavard".

Lorsque tu me dis que je n'ai rien compris à ton texte, lorsque Humprey dit que j'ai loupé la première lecture (comme il avait déjà dit la même chose à propos du texte "le burnous"), cela relève de la polémique et du jugement de valeur sur la personne elle même du lecteur que je suis. Chose que j'évite à tout prix dans mes commentaires..

Lulup, avec des mots adéquats, estime ne pas comprendre ni ton texte ni mon commentaire, ce qui est objectivement une façon de m'interpeller amicalement  pour revoir le texte et le mieux comprendre. C'est cela le commentaire raisonnable sur le commentaire des autres. Crier à la fraude de compréhension et l'incompétence revient à stopper net notre  prochain et l'obliger à se la boucler et ne donner aucun avis, donc ne plus participer à enrichir les débats par nos apports justes ou faux mais des avis quand même, à défaut de rien du tout !



Ce qui m'étonne très fort c'est que mon commentaire aurait dû te faire plaisir au lieu de te mettre en rogne. Lorsque je vois qu'un personnage qui est handicapé se vautre dans  le plaisir de se voir rejeté par les autres par je ne sais quel tour de magie et taxe ses congénères  handicapés de sous-hommes  et de bêtes blessées (soit dit comme le pense la société, ce qui est tout à fait faux !), je m'insurge.

Mon commentaire donne de la force morale à l'handicapé, le courage et la lucidité  pour changer d'attitude envers soi. De ne pas se lamenter sur soi et de taxer les autres (bons portants) comme des monstres qui rejètent les autres infirmes au banc de la société.

Je démolis donc cette vision erronée de la vie en commun tout en taxant de ridicule et de connarde toute  attitude de pitié envers les infirmes. Ce sont des personnes comme tout le monde capable d'aimer et de hair, de produire et de reproduire, de donner du bonheur et du malheur. Une personne normale comme tout le monde. Je n'incrimine pas tes idées, j'incrimine le personnage qui parle. C'est à toi d'enjoliver ton texte avec une petite histoire pour rendre les idées malléables et modulables selon les lecteurs. Un handicapé en te lisant peut rejeter en bloc cette vision de pitié et de compassion et le découragerait dans son for intérieur.
C'est le risque à courir en parlant librement au nom d'une frange malchanceuse (physiquement) de la société du 21 ème siècle, en des termes attermoyés comme si c'était une fatalité insurmontable et comme si cette société ne fait absolument rien pour y remédier !

Ce qui est anormal dans l'esprit d'un handicapé, dangereux même, c'est de se considérer comme anormal ou de lire à tort ou à raison l'anormalité dans les yeux des autres.

Et ces idées-là, rien au monde ne pourra me les enlever de mon esprit. A plus forte raison, si j'étais handicapé je le considérerais comme une force, un défi s'ajoutant aux autres défis de la vie. J'aurais le mérite de subir plus de malheur et d'incapacité que les autres et d'essayer de m'en sortir mieux que n'importe quel veinard qui a tous ses atouts pour réussir et n'y parvient pas !

Je te donne un exemple une femme née belle et l'autre mocharde. Quel mérite a la première de l'être ? A-t-elle contribué à créer sa propre beauté ? La seconde est plus méritante de supporter un handicap pour lequel elle n'est pour rien. La beauté de l'âme l'emporterait sur celle du corps.

Maintenant, si tu as envie qu'on en discute je suis prêt à le faire jusqu'à l'année prochaine, cela te fournira sans doute un moyen pour attiser ton goût pour écrire par défi.

Le vrai défi est de s'accepter et de rejeter ce que les autres n'acceptent pas en moi, quand ce n'est pas du tout justifié !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Dualias
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 30 Aoû 2010
Messages: 16
Cancer (21juin-23juil)

MessagePosté le: Mer 1 Sep 2010 - 04:03    Sujet du message: Les animaux blessées Répondre en citant

Je répondrai d'abord à Humphrey.

Tu as touché du doigt quelque chose : mon texte est moralisateur et j'en suis bien conscient. Je m'en suis rendu compte au fil de sa rédaction et c'est le principal reproche que je lui ferait. Mais je me suis décidé à publier tout nouveau texte sans condition et sans distinction. Je ne le juge moi-même pas exceptionnel, étant autocritique à l'extrême en ce qui concerne mes productions. Pour la petite histoire, je me suis lancé dans son écriture sans inspiration aucune et même sans avoir en tête au préalable une quelconque envie d'aborder la condition des handicapés. D'où cette maladresse de ton s'imposant à moi à défaut d'avoir pensé mon texte avant de le coucher sur papier. Je ne le réécrirai pas pour autant bien sûr ! Je considère mes textes comme des instantanés révélant simplement le sentiment d'un moment donné et prenant la forme que je leurs donne à un moment donné. Je l'indiquais dans la section "Présentations des membres", je ne sais écrire que des choses très denses et brèves, synthétiques et je n'ai ni l'envie ni le goût d'écrire soit une nouvelle soit un roman. Mais je travaille cette carence et m'ouvre à autre chose en commençant à lire des classique, histoire de comprendre comment construire un récit sur la durée qui pourrait avoir autant de force évocatrice qu'une sentence, une maxime ou, selon ton expression un sermon...

Je comprends la mise en garde dont tu me fais part mais on ne peut logiquement dissocier totalement l'auteur de son récit ! Se dédouaner de toute responsabilité quand au contenu de ses propres textes, c'est pure lâcheté !

Merci en tout cas de me donner ton avis sur un texte que tu as véritablement compris et d'en faire la critique sur le pur plan stylistique. C'est ce que j'appelle une vision posée et tempérée qui, je crois, est bien plus constructive que celle de notre cher Abdel à qui je m'adresse maintenant.


Abdel, il semble évident que sur trois personne ayant commenté ce texte, toi compris, tu restes le seul à le voir à travers un prisme bien étrange. Ce n'est pas un jugement de valeur ça, c'est une constatation !
Cela dit lorsque je lis des inepties telles que celles que tu profères, ce que tu appelles un jugement de valeur mais qui n'est qu'une défense pour moi s'impose.
Cette incompréhension de ta part t'as tout de même poussé à réagir comme si tu avais saisi de manière définitive un texte auquel tu attribue des intentions totalement erronées. Et ce commentaire que tu souhaiterais raisonnable tourne malgré tout à ce que tu appelles la démolition. La démolition est-il un acte raisonnable sur un forum littéraire où devrait primer la tolérance et la bienséance ? Tu ne m'a pas appelé à revoir mon texte ou à en expliquer les points obscurs. Il m'est donc impossible de réagir autrement que par la défense virulente.


Parlons du contenu. La littérature ne se fait pas toujours dans joliesse et le consensus. La dénonciation de l'indifférence ou du mépris ne se fait pas avec des caresses dans le sens du poil. C'est une affaire d'opinion personnelle certes, mais je pense pas être le seul à la soutenir. Ce que tu prends pour insultant dans mes propos envers les handicapés n'est que la dénonciation d'une vision tacitement admise qui voudrait que ces gens, dont je suis, soient inférieurs aux autres. J'ai un profond respect pour l'homme tout autant que pour les animaux. Comme le dit lulup : "l'homme est loin d'être la créature la plus parfaite de ce monde". C'est donc que tu méprise les animaux ? Si j'emploie une formule littéraire pour désigner les personnes faibles c'est justement parce qu'elle n'est utilisé que dans le but de servir un texte de littérature. Que tu y vois un plaisir malsain que je m'accorde ne regarde que toi ! Et la littérature comprends évidemment dans son infinie richesse toute forme d'expression, dont le "texte d'opinion" est un des pendant.

"Combien ne sont pas écœurés de voir quelqu'un à qui il manque une jambe et un œil, ou effrayés à l'idée de rencontrer un fou.
Certains ne sont plus considérés comme humains dans notre société, tout simplement parce qu'on les rejette.
En vivant où je vis, je vois des sans-abris tous les jours dans la rue et beaucoup sont amochés.
Pourtant, ce ne sont pas leurs méninges qui font la différence aux yeux de ceux qui passent devant... Et c'est comme ça, la plupart se fichent d'eux sans se rendre compte qu'à un moment où à un autre de leur vie, ils auraient pu prendre une voie qui les aurait mené exactement à la même place."

Je cite lulup. Dans quel monde vis-tu pour ignorer cela ?

J'ai été maintes fois hospitalisé et je crois que quand je dis : "Le progrès des idées a conduit à ce que ces gens soient considérés, seulement à l'abri du dehors et de ses violences ordinaires." c'est en connaissance de cause. Je dis donc bien qu'une frange de la la société se décide donc à agir mais que la mixité social serait autrement plus utile à l'intégration des handicapé et par prolongement des pauvres et des reclus.

Je ne me suis jamais considéré comme anormal, c'est le regard des autres qui fini par inciter à se poser cette question. Et il faut tout ignorer de la condition des handicapés pour soutenir que le regard des gens n'est parfois pas révélateur de leur dédain.

Je te rassure je m'accepte très bien, ce n'est plus un défi pour moi ! Je ne publierai plus de textes ici pour la simple et bonne raison que la plupart d'entre eux critiquent plus ou moins explicitement la propension de l'homme à se réfugier dans la religion et le mystique. C'est donc par respect pour tes convictions personnelles et par dessus tout pour ne plus avoir à perdre mon temps à me défendre de choses que je n'ai pas dite.


Autant j'apprends à écrire, autant tu devrais apprendre à lire.



Je souhaiterais maintenant être désinscrit de ce forum, si le propriétaire de ces lieux daigne m'expliquer la démarche, j'irai là où je n'aurait pas à buter contre la bêtise d'un seul qui pollue un débat qui pourrait être fécond. Merci.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Mer 1 Sep 2010 - 04:42    Sujet du message: Les animaux blessées Répondre en citant

De quel débat parle monsieur ? et de quelle pollution ?

Mon expérience des forums me renseigne largement sur l'intrusion des têtes chaudes qui sèment la pagaille dans les paisibles forums.

Tu es venu déjà avec l'idée bien soulignée d'exposer les états d'âme d'un malade en rémission. Ce n'est pas de la sorte qu'on assure les gens de ses bonnes intentions ni de faire admettre des faits personnels pour s'attirer la sympathie des autres, leur indulgence et de créer des liens de solidarité factice contre x ou  y. Ce petit jeu enfantin n'a pas lieu de se dérouler ici.

Je ne suis pas n'importe qui pour que tu m'apprennes à lire ce qui saute aux yeux, et ce n'est pas parce que c'est  ta langue pour t'adjuger le droit de régenter les esprits, comme font toutes les personnes imbues de leur supériorité européo-centriste. Une théorie raciste et xénophobe qui consite à prendre les gens de l'autre rive pour des demeurés. J'en ai largement subi les retombées farouches et crétines à la fois.

Tu n'as pas vécu ce que j'ai vécu et tu n'as pas appris ce que j'ai appris de la vie et des hommes .  Il te faudra du temps et le cumul des années pour saisir le sens réel de mes messages, fait de compréhension, de bon sens et de solidarité humaine.

Mais au bout du compte, cela ne me dérange pas outre mesure que tu me prennes pour un idiot, c'est l'apanage de la jeunesse présomptueuse et insouciante, un incident de parcours qui se calmera avec le temps. Non , je ne serais pas du tout virulent.

Je te souhaiterais tout simplement, du bonheur et la paix intérieure. C'est la moindre des choses pour un partant, ou un restant avec qui je serais farouchement à couteaux tirés.

Maintenant pour ce qui est de ta désinscription, use d'abord de ton droit de réponse de la manière la plus virulente qui soit, si ça te chante. Je laisserai lire par tous un certain moment pour que l'on puisse te donner raison ou pas. Ensuite ton compte n'existera plus si tu le désires. Ou existera si tu le désires. Pour moi c'est kif kif. Mais je serais sans complaisance avec tes prochains dires ou tes textes, pour t'apprendre grandeur nature ce que lire veut dire.

Avec mes respects indulgents pour un plus jeune que moi et qui a toute la vie devant lui pour se constituer un fond de sagesse.

PS : le propriétaire de ces lieux, c 'est la personne qui te parle en ce moment, c'est bien Abdel le démeuré et le nullard. Je n'ai rien à t'expliquer là-dessus, je te désinscrirai quand je sentirai  que tout le monde a dit ce qu'il avait à dire, pour éviter tout déséquilibre dans le droit à la parole et à la réponse.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Dualias
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 30 Aoû 2010
Messages: 16
Cancer (21juin-23juil)

MessagePosté le: Mer 1 Sep 2010 - 05:56    Sujet du message: Les animaux blessées Répondre en citant

Ça alors je m'attendais à tout sauf au bon vieux discours de celui qui par ses années se prétends être un sage ! Et qui crie au racisme quand il n'a plus d'autre recours !

"Tu es venu déjà avec l'idée bien soulignée d'exposer les états d'âme d'un malade en rémission." Première nouvelle ! Je me présentais comme un malade en rémission par ce que je voulais exposer ce qu'une maladie peut avoir comme conséquences sur la vie d'un bien jeune homme de 24 ans qui tente d'écrire du mieux qu'il peut !

Tu n'as pas non plus vécu ce que j'ai vécu et si tu désire mettre en concurrence les tragiques aléas de nos vie, c'est un terrain sur lequel je ne m'aventurerai pas.
Il est si facile de taxer de raciste quelqu'un qui te considère comme tout simplement imbu de toi-même, le raccourci est vite fait et souvent les racistes ne sont pas ceux que l'on croit ! Je comprend que tu aies un problème avec l'occident, j'ai moi même en horreur nombre des travers de cette société, je n'en fait pas pour autant des généralités !

" pour t'apprendre grandeur nature ce que lire veut dire." Donc si je te suis c'est moi qui suis imbu de de ma supériorité (Ce qui ne veut d'ailleurs rien dire en français...) ? Le sentiment de supériorité se lit à chaque ligne de tes commentaires et je n'ai que faire de ton indulgence mal placée.

Le sens de tes messages n'ai pas si profond et emprunts de sagesse que tu semble le croire et j'en ai compris ce qui en étais compréhensible, c'est à dire peu de choses vu ta verve trouble et semée de lieux-communs. C'est même difficile de te suivre tant tu peux parfois user d'un langage inapproprié et même incorrecte d'un point de vue linguistique.

Si tu veux de la sagesse, va donc sur mon blog, tu y trouvera peut-être de quoi nourrir ton esprit que tu crois rassasié par ton incommensurable expérience.

Si par contre ma maigre expérience de la vie m'a apprit quelque chose, c'est que ce n'est pas toujours chez ses aînés que l'on doit trouver le plus de talent. Tu dois connaître cet adage : "Aux âmes bien nées, la valeur n'attend pas le nombre des années". Je ne sais pas si celui-ci peut s'appliquer à ma personne mais elle défend bien que ton discours paternaliste est vain dans un monde ou l'égalité ne prend par définition pas en considération les différences d'âge tout autant que d'ethnie ou d'origine sociale.

Je ne tire aucune gloire de notre petite discussion et il ne tient qu'à toi de laisser à lire celle-ci à quiconque consultera ton site. La véritable sagesse serait certainement néanmoins de la laisser tel quel à tout jamais et non pas pour un certain temps. Mais je comprend que tu ne puisse pas être habitué à faire face à des contradicteur à en juger par ton arrogance.

Je réitère ma demande de désinscription. Puisqu'un raciste, xénophobe et connard comme moi n'a pas sa place ici !

Bon vent !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Mer 1 Sep 2010 - 06:52    Sujet du message: Les animaux blessées Répondre en citant

Ca alors ! la  schizophrénie fait des ravages à ce point ? Alors ce n'est plus de la rémission, c'est de l'ébullition.
Ce n'est pas bon vent que je te souhaite mais bon tourbillon.

Monsieur cherche à s'affirmer sur mon dos et pour l'eternité ? Monsieur sème ses grains de folie des grandeurs un peu partout sur le net et jouit de plaisir rien qu'à "lire" la gueule emmerdée de ses interlocuteurs ?

Monsieur imbu de sa sotte petite personne se prend pour le centre du monde ? C'en est plutôt le nombril ! tu te donnes en spectacle gratuitement en défiant quiconque ose dire le contraire de ce que tu charies en un langage truffé de fautes qui font rire les honnêtes gens de l'autre rive.

Je comprends mieux pourquoi on méprise monsieur et je comprends mieux pourquoi monsieur charie tant de haine envers ses semblables et n'attend que la première occasion pour une prise de bec en règle.

Monsieur savoure ses attaques dans le vide, ne vit que de vide parce que sa tête est vide et qu'il fait le vide autour de lui. et moi je n'aime pas parler avec le vide. J'ai horreur du vide.

Ca te va comme ça ou bien tu en veux encore ? Le sado-masochisme fait du bien n'est ce pas ?

Moi j'ai tout mon temps, mal élevé, et je n'ai pas encore sorti l'artillerie lourde pour t'apprendre ce que c'est que de s'exprimer en français, ton français minable dont je me torche le c...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Dualias
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 30 Aoû 2010
Messages: 16
Cancer (21juin-23juil)

MessagePosté le: Mer 1 Sep 2010 - 07:06    Sujet du message: Les animaux blessées Répondre en citant

Bon bein là je crois que ta stupidité et ta haine parraissent au grand jour !
Qu'aurais-je à ajouter sinon que tu te ridiculise sur ton propre territoire !

Y a t'il quelque chose qui ressemble à la HALDE au Maroc ? Je me ferais un plaisir et surtout un devoir de leur faire part de tes propos.

C'est tout simplement affligeant !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Humphrey
Modérateur global
Modérateur global

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 703
Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Mer 1 Sep 2010 - 15:52    Sujet du message: Les animaux blessées Répondre en citant

Oups, ça chauffe ferme par ici et pour la première fois j'ai envie d'user de mon titre de "modérateur global" pour appeler à un peu de modération dans les propos. Le franc-parler, d'accord, les noms d'oiseau, je dis non.

Tout cela est absurde en fait, puisque cette escalade verbale repose sur un malentendu initial !

Le texte de Dualias a été mal compris par Abdel. En disant cela, non Abdel, je ne porte pas de jugement de valeur sur ton aptitude à comprendre un texte. Je dis simplement que cette lecture-là, que tu as faite de ce texte-là à un moment donné, était manifestement erronnée. L'auteur et deux autres lecteurs te l'ont confirmé, donc à quoi bon s'obstiner? Est-ce condescendant ou raciste de dire cela parce que tu es marocain et moi belge ? J'espère que non, sinon on ne peut plus rien se dire dans ce monde.

Je ne crois pas qu'il y avait du racisme ni de la condescendance dans les réponses de Dualias non plus, mais de l'indélicatesse, ça oui ! Quand on débarque sur un forum, la moindre des choses est de prendre le temps de s'acclimater un peu aux lieux et aux gens avant de leur rentrer dans le lard, quand même ! Dire à Abdel qu'il raconte des inepties n'était sûrement pas la meilleure façon de réengager un débat plus cordial. Difficile de garder son calme après cela.

Je trouve tout cela fort regrettable parce que Dualias me semblait être un nouveau membre prometteur. En fait il suffirait d'un mot d'apaisement de part et d'autre pour reprendre à zéro en oubliant ce malentendu. Tous ces messages pourraient alors être effacés dans la joie et la bonne humeur. Surtout les deux derniers qui sont carrément méchants et insultants.

Mon statut de modérateur global me permet de les effacer, ce qui éviterait à Abdel de devoir être juge et partie, mais je préférerais le faire avec votre accord.

A vous de voir, messieurs.


P.S.: C'est marrant, vous vous accusez mutuellement de faire des fautes dans vos réponses et vous avez tous les deux raison ! La colère n'aide pas à bien écrire, c'est évident.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:41    Sujet du message: Les animaux blessées

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Créations littéraires Index du Forum -> Espace Nouvelles, Autobiographies, Textes et Récits courts -> Récits, textes courts Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  
Referencement
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group -- Template created by dav.bo=> GreenStylus --

Portail | Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation