http://ecrire.clicforum.com 2011-07-26 Créations littéraires :: Pour le meilleur et...
  Créations littéraires
 
Index
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 


 Bienvenue  
Pour le meilleur et...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace Nouvelles, Autobiographies, Textes et Récits courts -> Nouvelles
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
gracieuse_robert
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 11 Avr 2010
Messages: 6

MessagePosté le: Sam 13 Nov 2010 - 00:14    Sujet du message: Pour le meilleur et... Répondre en citant

Aujourd'hui est le jour le plus déprimant de sa vie. Calpurnia s'habille doucement, retardant le plus possible le moment d'y aller. Jamais elle n'aurait cru qu'elle devrait subir cette épreuve si tôt. Elle regarde sa tenue noire, son chapeau à voilette et ses chaussures assorties. Hier, elle est allée chez le coiffeur pour se faire tout de même belle pour lui. Depuis tout petit, elle lui a voué sa vie. Quand il est né, ce fût le jour le plus heureux de sa vie. Elle a remercié le ciel de lui avoir envoyé un ange. Elle dormait auprès de son berceau, puis dans sa chambre, pour vérifier s'il respirait bien et rester à ses côtés. Son mari avait difficilement supporté cet amour exclusif qui l'avait complètement effacé de leur vie. Ils avaient divorcé assez rapidement après la naissance de leur fils. Depuis la séparation, ils avaient vécu avec son fils, rien que tous les deux, dans leur bulle. Et aujourd’hui… . Elle se maquille lentement, la mort dans l'âme, elle a toujours redouté cette journée, mais quand le vin tiré, il faut le boire. Elle prend son sac et quitte l'appartement après avoir chaussé ses escarpins vernis. Après cette épreuve, plus rien ne sera pareil. Elle parvient à peine à conduire, agissant comme un zombie.   A peine sortie de la voiture, elle épingle son chapeau dans ses cheveux et en rabat la voilette sur son visage. Il va falloir affronter tout le monde maintenant. Et il ne sera pas à son bras pour la soutenir. Elle s'avance péniblement à petits pas vers la foule où elle voit des membres de leur famille arriver à sa rencontre. « _ Il va enfin franchir le pas ! _ Hum ! Il est jeune, il n’est pas prêt et… _ Il a 37 ans, Cal ! la reprend une voix arrivée auprès d’elle _ C’est bien ce que je dis », marmonne-t-elle dans sa barbe Laure se tait. Elle n’insiste plus, elle aura toujours tort. Calpurnia l’ignore. Elle n’entend pas plus les autres. Elle regarde les gens lui parler, avec un air sans émotion, comme une femme résignée à voir son fils aller volontairement se faire condamner à une peine durable et incompressible. Elle ne l'a pas encore vu. Il doit être sur la route, ou peut être a-t-il changé d'avis par bonheur. Il fuit ? Elle l'emmènera loin de cette sangsue, elle s'occupera de lui comme toute bonne mère doit le faire. Elle lève le nez et la voit arriver, la voleuse. Non, il ne viendra pas, il ne fera pas cette erreur. C’est son enfant, elle le connaît. Elle entend sa propre famille s’exclamer sur la beauté de la mariée. Aucun soutien de ces traîtres qui ne comprennent rien. Rien à rien. Elle s’affiche heureuse et fort jolie dans sa petite robe blanche. Elle a gagné. Garce. Cette aguicheuse a le culot de rire avec les invités alors qu'elle, la mère du futur marié est au désespoir, sachant que cette union rendra son fils malheureux. Elle assiste à cette mauvaise farce, espérant que le cauchemar va bientôt se terminer. Ah, Rodrigue est arrivé. Pauvre enfant, pardonnons-lui, il ne sait pas ce qu’il fait.  Elle regarde les convives, son amie qui la rassure d’un sourire, mais elle l’ignore. Tout le monde entre dans la mairie, en babillant avec gaieté. A la mairie, il peut toujours reprendre sa parole et tout casser. Peut-être que le discours du maire sur l’engagement et la famille le fera changer d’avis. A la sortie, le sort en est jeté, il a dit oui. L’autre aussi bien sûr. Et maintenant, l’engagement final. Dieu. Celui devant lequel on ne reprend rien. Quelle journée mes aïeux…
   Un regard soutenu sur elle dès l’entrée dans la mairie. Cette grande femme mince, entre deux âges, tout de noir vêtue, comme si elle va à l’enterrement de son fils et non à son mariage. Son entrée a été d’autant plus remarquée qu’il s’agit apparemment de sa mère. Que cherche-t-elle ? Joue-t-elle la comédie ou est-elle réellement triste de voir son fils franchir le pas ? Les yeux la détaillent, jolie femme, même si elle ne semble pas assez prendre soin d’elle. Il y aura  bien un moyen d’aller lui parler durant le vin d’honneur. Ne dit-on pas que les mariages sont des endroits où on fait des rencontres ?
 
   A peine le temps de respirer, ils doivent déjà foncer à l’église. La mariée les attend dans sa voiture décapotable. Quel mauvais goût… Quelle prétention… Ce n’est pas avec son petit salaire d’assistante juridique qu’elle a pu se payer ça. Elle rumine dans la voiture, silencieuse. Son fils s’est encore fait embobiner. Combien cette supercherie va-t-elle lui coûter ? Ah, il vient à sa rencontre pour qu’ils entrent dans l’église. T’es sûr ? C’est leur tour. Ils vont ouvrir la marche. Elle s'avance dans la nef, droite, le visage fermé. Elle voit sa cavalière en bord de rang l’encourager d’un clin d’œil. Elle est bien gentille, mais ce n’est pas elle qui est au supplice aujourd’hui. Regard rapide vers son fils qui lui sourit pour la remercier d’être toujours à ses côtés. Il était sa force mais aujourd’hui, lui aussi l’abandonne, pour se jeter dans les bras d’une nymphette qui lui a fait les yeux doux. Tu as fait le bon choix mon bébé, t’es sûr ? Il la soutient en appuyant un peu sur sa main, lui offrant un bras solide sur lequel elle peut s’appuyer. Elle soupire avec force, sous les regards de la foule. Yeux compatissants ou haineux, elle ne voit personne. La traversée de la nef est son calvaire. Elle ne peut s’arrêter pour demander de l’eau, pourtant sa bouche est sèche, elle ne parvient même plus à avaler plus sa salive. Elle amène son sang, sa vie à ce Dieu qui a envoyé son propre fils sur une croix et qui la met à mort aujourd’hui de la même manière en brisant son cœur de mère en mille morceaux. Plus jamais son fils ne sera à elle comme avant. Son enfant chéri va se lier et s'engager avec cette autre femme. Elle accepterait qu'il se marie, elle aimerait aussi qu'il lui donne des petits-enfants, mais pas avec elle, elle n'est pas assez... Trop... Et puis… Enfin elle n'a rien de ce qu'elle ambitionnait pour lui, son précieux fils unique. Son ex-mari lui avait dit qu'elle devait avoir d’autres centres d’intérêt que Rodrigue, mais elle a préféré se consacrer à son fils, se préoccuper uniquement de son bonheur.
 
   Il avait pris son envol, et avait voulu vivre seul ces derniers mois. Au début, elle croyait qu'il vivait seul, mais elle s'était bien vite aperçue qu'elle n'était pas invitée quand elle le souhaitait dans son studio. Elle n'avait pas eu les clés, bien qu'elle lui avait proposé à plusieurs reprises de venir faire le ménage. Il apportait sa lessive à heure fixe, le samedi matin, mais il ne restait pas très longtemps, prétextant diverses raisons vaseuses. Elle n’en avait pas compris immédiatement la cause. Aujourd’hui, elle sait. Son fils devant l’autel, elle se dirige vers sa place telle une machine rouillée tandis que son fils attend maintenant l’écervelée. L’assemblée est tournée vers la mariée qui avance dans la nef avec son père. Calpurnia regarde l’organisation de l’église, les invités du marié d’un côté, ceux de la mariée de l’autre. Une ségrégation dès l’église comme quoi ils ne sont pas compatibles et ne le seront jamais. Elle le dit depuis le début, mais personne ne veut la croire. Elle aurait voulu que sa cavalière Laure soit auprès d’elle, mais elle est restée dans l’assistance, au milieu des invités. Elle n’arrête pas de lui répéter que ce mariage est une bénédiction pour son fils. Elle se retourne vers la croix, compatissant pour cet homme qui a tout sacrifié à son père. Et cette pauvre Marie qui a dû tout subir en se taisant comme elle… Elle rêvasse pendant que le prêtre fait son homélie. Elle entend parler de lien indissoluble, de Dieu qui a conçu l’homme pour vivre avec la femme. Oui, mais comment lui trouver la bonne ?
   Cette femme a un charme. Particulier, qui l’attire. Trop. « _ Calme-toi, t’es dans une église ! » lui dit la voix de la raison. La vie lui offre maintenant d’autres joies depuis sa rupture, d’une relation longue de huit ans. Son appétit grandit à mesure des soirées passées dans les bars de rencontre. Un verre, quelques mots, rendez-vous dans un hôtel proche pour une étreinte souvent passionnée, mais fugace. Echange de numéros sans promesses. Retour sur la mère du marié. Elle semble d’un autre bois. Entière, à la recherche d’absolus, elle a de jolies jambes sous ses collants noirs opaques.
   Les vins d’honneur sont une occasion pour Calpurnia de boire, vider son verre et le remplir à nouveau. Elle se sent beaucoup plus détendue d’un coup. Elle réussit même à parler avec son ex-mari, qui est venu accompagné de sa nouvelle femme. Chacun prend des nouvelles de l’autre, en dégustant des canapés. Ils ne se sont pas vus depuis trente ans, depuis qu’il s’est remarié. Ils parlent un peu du couple que leur fils forme maintenant avec sa femme. Elle admet que finalement, elle est pas si mal cette petite. Un peu jeune pour lui peut-être. Elle s’éloigne pour trouver un serveur au plateau bien composé « _ Nous n’avons pas eu l’occasion de trinquer encore ! _ C’est vrai ! Z’êtes la témoin ? _ Oui, je suis Clotilde, la cousine de Gabriella _ Buvons à… _ ce mariage, peut-être donnera-t-il naissance à de nouvelles histoires… »
 
   Debout près du buffet, Calpurnia se retrouve à nouveau seule. Elle n’a pas envie d’être gentille, elle ne parle à personne. Son verre est vide. Elle se concentre sur le contenu de son assiette, et mange rageusement un toast au foie gras, en mordant de bon cœur. Elle regarde le buffet dînatoire qui a été dressé. Combien a-t-il coûté ? Ce traiteur est le plus cher de la ville. Décidément, elle aura tout exigé. Tout est fait dans les règles de l’art. Calpurnia n’a rien donné pour tout ça. Ah ça non ! Elle s’est isolée pour se restaurer. Son fils a payé bien assez cher pour ce repas, ce serait péché de ne pas l’honorer. Une fois cette formalité accomplie, elle pourra rentrer chez elle et se morfondre sur l’injustice de la vie. Elle voit la témoin de la mariée en pleine discussion avec l’enjôleuse. Elle lui fait un clin d’œil. Elle est très gentille. Elle a égayé cette fête qu’elle déteste de plus en plus. Même Laure sa cavalière l’a abandonnée pour aller danser avec des amis. « _ Si tu ne veux pas profiter de la fête, tant pis pour toi, je n’ai pas à subir ta mauvaise humeur. » Aujourd’hui, elle enterre son bonheur passé avec son fils. Il n’y a ici pas lieu de s’amuser. Elle reprend un toast aux couleurs exotiques dans son assiette et le croque avec application, en cherchant les ingrédients qui le composent. « _ Ce mélange sucré-salé est surprenant, tu ne trouves pas ? » Surprise, elle tourne la tête en direction de la voix qui l’a sortie de ses pensées. « _ Groumpff… Oui oui » Elle avale sa bouchée, et se rince les papilles avec cet excellent vin. Son fils n’a peut être aucun goût pour les femmes, mais en connaissance de caves, il est le meilleur. Clotilde est revenue lui parler. Elle au moins, se comporte comme une vraie amie, elle la voit seule, et vient s’occuper d’elle. Cette femme est très conviviale, elle lui rappelle une amie proche qu’elle avait eue adolescente. Elles parlent avec animation, Clotilde arrive même à la faire rire. Quelle femme… Elles accostent les serveurs. Un verre, deux verres… Elles se promènent bras-dessus bras-dessous, goûtant tout à tous les différents vins proposés par le personnel, et dégustent en s’amusant tous les toasts qu’elles ne connaissent pas encore. Le tableau des deux femmes, l’une en deuil, et l’autre en soie couleur parme est assez remarqué par les invités, mais elles n’en ont cure.
   Les voilà devenues les meilleures amies du monde, riant et se moquant des autres convives. Calpurnia, oubliant sa tristesse, invite Clotilde à danser un tango très officiel, concentrée sur les pas. Elle prend le rôle de l’homme pour guider sa cavalière. Après la détresse, l’ivresse, mais elle reste consciente de ses actes. Elle sent la main de Clotilde s’aventurer parfois à des endroits intimes. Leurs corps se frôlent et se touchent dans une sensualité très émoustillante. Tout cela lui rappelle son adolescence. Elles se retrouvent sans même que Calpurnia ne le réalise, dans un endroit plus discret, où elles peuvent laisser libre court à leurs instincts. Une voix masculine les surprend, interrompant leur bouche-à-bouche enflammé. « _ Maman, tu as perdu la tête ? »

Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 13 Nov 2010 - 00:14    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
magic
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 16 Avr 2009
Messages: 172
Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Sam 13 Nov 2010 - 21:46    Sujet du message: Pour le meilleur et... Répondre en citant

Bravo gracieuse. Y a de l'animation la-dedans!!

Je sais que Hymphrey et abdel auront du pain sur la planche pour tout décortiquer. 
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Humphrey
Modérateur global
Modérateur global

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 703
Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Dim 14 Nov 2010 - 17:38    Sujet du message: Pour le meilleur et... Répondre en citant

Et pourquoi pas essayer de le "décortiquer" toi-même, cher Magic ?

  Wink
Revenir en haut
Zathan
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 15 Nov 2010
Messages: 7

MessagePosté le: Lun 15 Nov 2010 - 02:01    Sujet du message: Pour le meilleur et... Répondre en citant

Une nouvelle dynamique, un style moderne enjoué, un personnage présent et surprenant. . J'ai apprécié. merci.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
magic
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 16 Avr 2009
Messages: 172
Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Lun 15 Nov 2010 - 22:59    Sujet du message: Pour le meilleur et... Répondre en citant

Humphrey a écrit:

Et pourquoi pas essayer de le "décortiquer" toi-même, cher Magic ?

  Wink


 salut Humphrey..Pour dire vrai, je n'ai pas assez de talent pour "décortiquer". Je peux déceler les erreurs d'orthographe d'un texte, quelques erreurs flagrantes et c'est tout..

  je profite de l'occasion pour te remercier ainsi que abdel et Gilles pour le magnifique travail que vous faites. je pense que le forum est FORT  grâce à vos critiques constructives et c'est ce qui le différencie des autres forums. Rien qu'en lisant vos commentaires on apprend toujours un truc et cela nous permet d'avancer.

  Merci beaucoup.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Humphrey
Modérateur global
Modérateur global

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 703
Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Mar 16 Nov 2010 - 23:12    Sujet du message: Pour le meilleur et... Répondre en citant

Pas assez de talent ? Allons Magic, tu es trop modeste (comme toujours). Tout le monde a assez de talent pour dire ce qu'il apprécie ou non dans un texte.

Cela dit, avant de commenter ce texte, j'aimerais que son auteur, qui n'a posté qu'un seul message, se présente et nous dise ce qu'elle attend de nous.

Si Gracieuse envisage de participer activement à ce forum, je veux bien prendre le temps de commenter, mais sinon, je ne suis pas très motivé.

Je suis pour le donnant-donnant. :-)
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Mer 17 Nov 2010 - 00:42    Sujet du message: Pour le meilleur et... Répondre en citant

Effectivement Humphrey, notre Magic est trop modeste. Cependant, on le laisse agir à sa guise. Un jour, il se mettra à décortiquer, surtout si ça devient  bénéfiquement contagieux par le biais d'autres membres autres que nous deux.

Ce n'est pas le cas, à ce qu'il paraît, de grâcieuse qui s'est contentée de poster un beau texte sans réagir  à ceux des autres.

Mais chacun a ses propres problèmes, en dehors de la motivation à commenter, en dehors de l'appréciation de sa nécessité : connexion, manque de temps, etc.

Demain est toujours porteur de promesses.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
solitaire
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 17 Nov 2010 - 04:08    Sujet du message: Pour le meilleur et... Répondre en citant

Décidément, j'aime beaucoup ce que tu écris. C’est simple j’ai apprécié l’originalité de l’idée et j'ai bien aimé la façon de présenter le récit. Tu arrives à installer une attente chez le lecteur de manière assez impressionnante.
Revenir en haut
gracieuse_robert
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 11 Avr 2010
Messages: 6

MessagePosté le: Jeu 25 Nov 2010 - 10:20    Sujet du message: Pour le meilleur et... Répondre en citant

Merci beaucoup pour vos commentaires  
J'en ai d'autres pour animer un peu le forum en premier lieu... Ensuite, je ne pourrais pondre que des petits textes par ci par là... Wink
Et oui, si vous avez des critiques, je prends, parce que ça aide toujours à avancer 
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:10    Sujet du message: Pour le meilleur et...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace Nouvelles, Autobiographies, Textes et Récits courts -> Nouvelles Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Referencement
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group -- Template created by dav.bo=> GreenStylus --

Portail | Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation