http://ecrire.clicforum.com 2011-07-26 Créations littéraires :: IL SUFFIRAIT DE PRESQUE RIEN
  Créations littéraires
 
Index
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 


 Bienvenue  
IL SUFFIRAIT DE PRESQUE RIEN

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace Nouvelles, Autobiographies, Textes et Récits courts -> Nouvelles
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
René Berthiaume
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 84

MessagePosté le: Sam 4 Déc 2010 - 17:42    Sujet du message: IL SUFFIRAIT DE PRESQUE RIEN Répondre en citant

Il suffirait de presque rien… (d’un petit sourire, d’un simple regard, d’un seul un salut de ta main) et j’accourrais vers toi !
Il suffirait d’un seul pas… d’un seul geste… d’un seul mot…et je me sentIrais plus près de toi.
Mais s’il me fallait voir, si tu revenais à la vie, une seule larme perler à tes yeux, cela me rendrait chagrin, alors que d’entendre un seul de tes rires ferait ma joie.
Il suffirait surtout que tu sois là et je serais heureux !
Mais il aurait fallu d’abord que tu vives encore pour que je puisse t’aimer toujours.
Il eut suffi de rien, finalement, pour que nous n’eussions jamais existé, toi et moi.
*
Cette première neige de l’hiver, tombée pendant la nuit, qui s’étale devant mes yeux dans une blancheur immaculée, me rappelle à toi. Me ramène surtout à ce dernier jour de ta vie, alors que s‘envolaient à tire-d’ailes, en même temps que toi, les dernières heures sombres de l’année 2005.
Présumant que toute cette première neige se transformera probablement demain en gadoue, il me revient aussi en mémoire ce jour pluvieux de novembre où, sous un ciel en larmes, je te conduisais à l’hôpital.
Retrouvant, le soir venu, le lit où nous nous avions toujours dormi côte à côte et si souvent enlacés, j’y eus alors froid, malgré les chaudes couvertures, pour la première fois. Et j’y ai toujours froid… sans toi dedans.

Il suffit parfois de presque rien… d’un maladroit petit pas… d’un seul et malheureux oubli… d’une voiture malencontreusement rencontrée… d’un seul moment d’inattention ou bien d’une bactérie minuscule (ainsi qu’il en fut dans ton cas) pour que la mort vienne d’une rafale de vent ou à pas de loup.
Ton départ avait fait de cet hiver-là le plus froid et le plus long de toute ma vie. Et me voilà de nouveau aujourd’hui plongé malgré moi au coeur de cette saison des neiges et des froidures qui, je le pressens, me glaceront les os et m’enterreront vivant, encore une fois !
Il suffirait pourtant de presque rien… rien que d’un nouveau souvenir de toi pour faire réapparaître les quarante printemps et étés de notre grand amour !
Il suffirait de presque rien… de percevoir une ombre de toi… de sentir un souffle de toi dans mon cou… pour que tu renaisses !

Mais de nouveau il tombe sur ma vie qui a toujours froid sans toi une neige qui se fait, d’une année à l’autre, de plus en plus lourde et abondante. Quand viendra le jour où elle m’ensevelira à tout jamais, sous son manteau devenu éternellement blanc, dans les profondeurs de l’oubli que j’aurai alors de toi, alors seulement, t’ayant retrouvée, je n’aurai plus froid.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 4 Déc 2010 - 17:42    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Humphrey
Modérateur global
Modérateur global

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 703
Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Sam 4 Déc 2010 - 19:45    Sujet du message: IL SUFFIRAIT DE PRESQUE RIEN Répondre en citant

Je connais quelqu'un de très proche qui n'écrit pas mais signerait des deux mains ce texte qui évoque bien le vide et le chagrin que l'on ressent lors de la perte de l'être le plus cher.

On soupçonne (mais on peut se tromper) que l'écriture revêt chez vous, René, une fonction catharsique, libératrice, voire thérapeutique.

Cela étant dit, dans sa forme ce texte ne m'a que modérément emballé. Je trouve le "Il suffirait de presque rien", qui fait immanquablement penser à la chanson de Serge Reggiani, un peu trop cliché. La suite m'a semblé un rien décousue, on se perd un peu dans les conditionnels passés et les plus-que-parfaits, et le style n'est pas toujours des plus aériens.

Mais à la fin le contenu - et l'émotion - passe quand même.
Revenir en haut
eysseric
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2010
Messages: 215
Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Dim 5 Déc 2010 - 11:30    Sujet du message: IL SUFFIRAIT DE PRESQUE RIEN Répondre en citant

L'émotion est au rendez-vous et j'ai aimé être émue.
En effet, il suffirait de presque rien... et les clichés ont ceci d'intéressant qu'ils sont inusables, permettent de belles expressions individuelles et sont notre lieu commun d'humanité.
J'ai aimé ce balancement : encore/toujours, le chagrin/le rire, les chaudes couvertures/toujours froid, l'oubli de toi/t'ayant retrouvée. L'absolu et le définitif y trouvent leur place.
J'ai aimé cette conjugaison contrariée, cette dissonance, ce presque rien.
Je n'ai pas aimé les parenthèses :
- elles sont une incursion de l'auteur? du narrateur? (cf polémique relative aux "animaux blessés")
- leur contenu n'apporte rien d'utile au texte, à mon avis.
Bravo René et merci pour ce moment que tu nous fais partager
Revenir en haut
MSN
René Berthiaume
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 84

MessagePosté le: Dim 5 Déc 2010 - 14:21    Sujet du message: IL SUFFIRAIT DE PRESQUE RIEN Répondre en citant

Merci, Eyeseric. Les parenthèses sont inutiles, en effet.
Je me propose de vous lire à mon tour aujourd'hui, devinant que votre sensibilité est sans doute proche de la mienne.
Bon dimanche !
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:39    Sujet du message: IL SUFFIRAIT DE PRESQUE RIEN

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace Nouvelles, Autobiographies, Textes et Récits courts -> Nouvelles Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Referencement
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group -- Template created by dav.bo=> GreenStylus --

Portail | Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation