http://ecrire.clicforum.com 2011-07-26 Créations littéraires :: Anne Aurexy
  Créations littéraires
 
Index
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 


 Bienvenue  
Anne Aurexy

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace Nouvelles, Autobiographies, Textes et Récits courts -> Récits, textes courts
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
eysseric
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2010
Messages: 215
Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Lun 13 Déc 2010 - 11:39    Sujet du message: Anne Aurexy Répondre en citant

Anne Aurexy

« Bien évidemment, Anne, « ta boum » chez ton amie est exclue ».
Ces yeux froids, ce ton comminatoire, ce mépris « ta boum », je le hais.

Et elle, elle va dire quelque chose au moins, pour une fois, elle va bien DIRE quelque chose ! Non, elle ne dit rien. Les garçons ne diront rien non plus, ils sont trop jeunes. Personne ne dit rien. Personne n’a jamais rien dit. Je le hais ce type, cette ordure je la vomis.

Une boule dure monte de mon estomac, arrache tout sur son passage, m’étouffe, je vais mourir. Ma chaise se renverse avec fracas. Je me précipite vers les toilettes. « Anne, relève ta chaise et reviens à ta place. Le repas n’est pas fini ». Ca sort de moi à grands jets brûlants. Je vomis. Je vomis les interdits et les menaces. Je vomis les injustices, les punitions, les brimades. Je vomis le lycée, les cours, les profs, les Projets d’avenir, les Khâgne et autre Normale Sup avec trémolos dans la voix. Je vomis toutes ces vacances interdites : les vacances à la mer parce que celles à la montagne « c’est insupportable, tous ces sportifs à la manque qui colonisent les lieux et les pourrissent de leurs canettes de bière et leurs paquets de chips » ; les vacances à la montagne parce que « la mer, c’est surfait, on y retrouve partout les mêmes abrutis, gras, suants, puants, joueurs de pétanque et buveurs de pastis »… « On reste ici cette année, les enfants, je réfléchis à votre programme ». Je vomis tous ces lieux où nous n’allons plus. Je vomis ce lieu. Je vomis ces dimanches qui n’en finissent pas de pleurer avec Wagner, Brahms ou Bach, ces vagues qui me noient et m’ensevelissent. Je vomis le poste de radio allumé dès qu’il a pris sa place à table et que nous essayons de nous asseoir sans bruit « j’écoute ! ». Je vomis ce seul moment où nous sommes tous réunis et où chacun économise la moindre mimique pour ne pas déplaire, où chacun peut lire dans les yeux des autres la colère, la peur et la honte. Je vomis à ne plus pouvoir vomir.

Et je pleure. Je pleure les amis que j’aime et que « tu me feras plaisir de cesser ces relations prolétariennes ». Je pleure cette mousse au chocolat préparée avec amour et répandue dans l’évier « cette horreur immangeable, décidément, ma pauvre fille, tu ne seras jamais bonne à rien ». Je pleure la guitare promise « j’avais dit 15 de moyenne c’est vrai, mais ce 10 en maths n’est pas acceptable et m’oblige à revoir ma position », et toutes les autres promesses-carottes bafouées. Je pleure Vian et Hugo demandés pour Noël mais « Chateaubriand c’est quand même autre chose ». Je pleure les anniversaires jamais fêtés « qui pourrait se réjouir ? » Je pleure mes 14 ans à ne plus pouvoir pleurer.

Mes yeux coulent, mon nez coule, ma gorge coule, ma vessie coule et coule le navire. Je m’effondre au sol et reste prostrée, vide. Un kaléidoscope tourne dans ma tête et défilent des images de violence, des yeux qui tuent. Un brouhaha raisonne à mes oreilles de mots qui tuent, de mots qui supplient. Un tam-tam lancinant impose peu à peu son rythme. Je l’écoute. Il bat, fort, régulier, encore et encore. Il bat le rappel de forces éparses et confuses. Elles arrivent. Je les sens se rassembler. Les voilà, elles me portent.
Je me relève, les yeux secs. Je me mouche dans le papier hygiénique. Je tire la chasse d’eau. Je nettoie la flaque d’urine à mes pieds. Je sors des toilettes, je suis droite. Je vais me doucher. L’eau ruisselle. J’ai les yeux et la bouche ouverts sous la pomme et je rince à n’en plus finir tout cet acide qui m’a brûlée. Je me sèche longuement. Je m’habille calmement. Je suis fatiguée mais si forte maintenant. Je rejoins la table familiale.

« Bien entendu, tu as terminé ton repas. Tu peux débarrasser et laver la vaisselle ». Je le regarde, sans un mot. Ce qu’il lit dans mes yeux ne lui plaît pas. « Exécution, et pas d’insolence, baisse les yeux ». Avec un petit sourire, je m’exécute. Je me sens légère. Je bouge mes doigts, ils m’obéissent, librement. Ce plat si lourd, je le soulève d’une main sûre qui est dans le prolongement d’un bras fort. J’esquisse quelques pas de madison en fredonnant.

Je L’ai vomi. Enfin je maîtrise. Quelle puissance m’envahit et me grise ! Je suis heureuse et libre.
Revenir en haut
MSN
Publicité






MessagePosté le: Lun 13 Déc 2010 - 11:39    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Lun 13 Déc 2010 - 17:04    Sujet du message: Anne Aurexy Répondre en citant

La puissance de ce texte est frappante.

A partir de rien, de quelque chose d'anodin qui annonce une histoire quelconque, une énième, l'auteur nous fausse compagnie pour plonger au fond du personnage et faire résonner ses refus, sa lassitude, son raz le bol, sa révolte, sa crise de personnalité qui s'affirme.

Nous fausse compagnie ? Mais non ! pas comme on le pense. Il dirige notre regard vers l'intérieur de l'autre et fait parler cet intérieur dont l'aventure vaut mieux que toute histoire .

Le fond du texte, loin de l'anodin, nous éclaire sur l'incompréhension, la mauvaise écoute de l'autre, la rigidité de l'éducation, l'égo de soi qui étrangle les autres. Et j'en passe.

Un plat si lourd à jeter à la figure de la tyrannie.

Un texte fort, d'un auteur brillant.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
eysseric
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2010
Messages: 215
Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Lun 13 Déc 2010 - 19:13    Sujet du message: Anne Aurexy Répondre en citant

Merci Abdel. Peut-être que ce texte t'a interpellé parce que j'avais en image, en l'écrivant, une jeune fille que je connais qui est anorexique... et la dernière phrase annonce une autre forme d'enfermement...
Revenir en haut
MSN
amynochka


Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2009
Messages: 373
Sagittaire (22nov-21déc)

MessagePosté le: Mar 14 Déc 2010 - 00:50    Sujet du message: Anne Aurexy Répondre en citant

Peut-être que je devrais lire et relire ...pour pouvoir contenir tout ce rejet de soi ...ces hauts le coeur , qui libèrent la révolte et le refus d'avoir à se soumettre à des choses qui conditionnent la vie. Ce n'est non seulement fort! Mais celà prête à mûre réflexion!
En tous cas...c'est fort comme vécu!
Revenir en haut
eysseric
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2010
Messages: 215
Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Mar 14 Déc 2010 - 10:43    Sujet du message: Anne Aurexy Répondre en citant

Merci pour ta lecture amynochka.
On dit que la réalité dépasse toujours la fiction.
Le challenge serait que la fiction permette d'atteindre au (et non pas le) vécu par sur-réalité. J'aime bien ce challenge qui est, pour moi, l'encre (ancre?) de l'écriture.
Bon, j'suis pas sûre d'être claire dans le propos... autre challenge auquel se frotter.
Revenir en haut
MSN
Abdel
Support Team
Support Team

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 1 314

MessagePosté le: Mar 14 Déc 2010 - 18:02    Sujet du message: Anne Aurexy Répondre en citant

Anne Aurexy, anorexie. C'est malin Wink

Toutefois "Anorexie" n'aurait pas bien correspondu au texte, n'est ce pas .
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:57    Sujet du message: Anne Aurexy

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace Nouvelles, Autobiographies, Textes et Récits courts -> Récits, textes courts Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Referencement
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group -- Template created by dav.bo=> GreenStylus --

Portail | Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation