http://ecrire.clicforum.com 2011-07-26 Créations littéraires :: REQUIEM POUR LA FEMME QU'IL AIMAIT
  Créations littéraires
 
Index
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 


 Bienvenue  
REQUIEM POUR LA FEMME QU'IL AIMAIT

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace Nouvelles, Autobiographies, Textes et Récits courts -> Nouvelles
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
René Berthiaume
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 84

MessagePosté le: Mar 14 Déc 2010 - 07:25    Sujet du message: REQUIEM POUR LA FEMME QU'IL AIMAIT Répondre en citant

REQUIEM POUR LA FEMME QU’IL AIMAIT
DEPUIS QUARANTE ANS

Dans un lit où ils reposent nus, sous les premiers rayons de soleil qui filtrent la chambre, se trouvent deux corps repus encore tendrement enlacés, les yeux mi-clos, tandis que leur chat ronronne, couché à leurs pieds, et que leurs deux enfants dorment paisiblement dans la chambre voisine. Évocation printanière de leur amour, image éternelle de leur bonheur !
Ayant partagé loisirs, repas, amitiés, travaux, familles, ils ont ainsi fait un beau et long voyage et connu une merveilleuse aventure. Et vivre quarante ans de vie commune, d’une vie remplie de lui et de elle, toujours amarrés au même quai d’un beau port de mer, deux branches reliées au même pommier d’un jardin toujours fleuri et ensoleillé, malgré quelquefois des jours pluvieux mais rarement orageux.
Pendant quarante ans, elle a vu son mari peiner, trébucher, réussir, échouer, se relever. Quarante ans à le réparer, à l’endurer parfois, à le secourir; à cheminer, travailler, et dormir à ses côtés.
Quarante ans à l’épauler dans ses projets, à bâtir, à reconstruire, à recommencer sans jamais faillir. Quarante ans à l’entendre rire ou pleurer; à le savoir faible et fort tout à la fois. Et à le voir vieillir, perdre peu à peu de ses ardeurs amoureuses.
Et lui, pendant tout ce temps, a fait pareillement pour sa femme, sans toutefois la voir prendre de l’âge, même si ses cheveux blanchissaient, que son visage se creusait de nouvelles rides et que son corps, autrefois si bien pourvu, se ratatinait. À ses yeux, elle avait toujours trente ans et elle était demeurée la plus belle de toutes !
Elle avait été pour lui son feu de Bengale, tous les Mozart et Vivaldi, sa musée et sa fée; son paradis terrestre et la bonne terre où il prenait chaque fois racine quand il la pénétrait de son sexe pour y répandre sa semence; son festin, la source vive où il s’abreuvait; la lumière qui avait éclairé sa route, la flamme qui l’avait allumé. Encore aujourd’hui, elle était le jour, elle était la nuit; le plus beau paysage qui pouvait s’offrir à sa vue.
Quarante ans ! Et puis, dans le jardin d’hiver du vieux couple que formaient à présent Louise et René, l’éclosion de deux coquelicots : Mélina et Raphaël, les tendres et les plus jolies fleurs de leur vieillesse.
*
Mais aujourd’hui, il neige sur la vie de la bien-aimée de l’homme.
« Mon amour, ne prends pas froid. Un printemps t’attend. »
Puis est venu sourdement un jour noir, improbable.
Une ambulance est à la porte. Il neige, tandis que les brancardiers la transportent loin de leur nid, loin de la vue de René, qu’on vient d’amputer de moitié. À qui on vient d’arracher un cri qui se répercute en-dedans de lui. Et des larmes lui viennent de son cœur, de son ventre, qui lui brûlent les yeux.
Une neige …comme une mort blanche. Et la lune pour l’éclairer tel un phare face à lui sur une route, où il file tout droit pour la rejoindre à l’hôpital.
Il y voit le corps de sa femme allongé sur un lit tout blanc. Il l’entend lui demander comment il va. Il voit ensuite ses yeux couleur noisette qui l’interrogent. Il lui semble alors percevoir une lueur dans la nuit. Mais c’est l’ombre lumineuse de la mort, comme une éclaircie. L’apparition prochaine et bienvenue d’un nouveau soleil, qui mettra fin aux morsures froides de sa souffrance.
Jour après jour, pendant quatre semaines. Il est allé la voir, qui dépérissait. Et ce fut un Noël bien triste que celui-là
Et puis est venu ce sombre et fatidique samedi, le dernier jour de l’année 2005… et le dernier jour d’une vie. Sa Loulou est morte, bouche ouverte, le teint cireux. Morte à pas de loup, sa Loulou, dans son doudou.
Quarante ans de vie, soudés l’un à l’autre, venaient de s’engloutir dans l’entonnoir de la nuit.
Le mur de la mort. Au salon funéraire, pour le dernier adieu, un hymne à la joie, sa main aimante sur son urne.
Trois mois plus tard, dans le cimetière de sa ville natale, il y enterrait de ses mains tremblantes les cendres de celle qu’il avait tant aimée au plus profond d’une fosse où reposaient déjà sa mère et sa jeune sœur décédée deux ans plus tôt.
« Mon amour est maintenant bel et bien mort, songea-t-il tristement. Au moulin des jours couleront désormais le temps et mes larmes. Aujourd’hui, il pleut dans mon cœur. Beaux souvenirs enneigés, je suis hors-saison. »

C'était il y a cinq ans...
Mais, dans la mémoire de la personne qui vous a le plus aimé, on ne meurt jamais tout à fait. La preuve en est que, depuis qu’il est veuf, René (ici l'auteur de ce texte) ne cesse jamais de penser à sa Louise chaque jour et d’en faire la compagne de ses nuits dans ses songes. Ainsi, tant qu’il vivra, elle sera toujours vivante, intemporelle et incorporelle.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 14 Déc 2010 - 07:25    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
eysseric
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2010
Messages: 215
Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Mar 14 Déc 2010 - 10:58    Sujet du message: REQUIEM POUR LA FEMME QU'IL AIMAIT Répondre en citant

Superbe requiem.
Mais je suis sans concessions :
"Mais aujourd'hui... Un printemps t'attend" : j'aurais mis ces phrases à la fin du texte, après avoir supprimé tout le dernier paragraphe qui n'apporte rien que nous ne sachions déjà.
"Morte à pas de loup... doudou" : totalement incongru et dérangeant, à supprimer.

En toute amitié et avec respect
Revenir en haut
MSN
Humphrey
Modérateur global
Modérateur global

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 703
Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Mar 14 Déc 2010 - 12:29    Sujet du message: REQUIEM POUR LA FEMME QU'IL AIMAIT Répondre en citant

Sur le fond : ce sujet douloureux du conjoint disparu est récurrent chez vous René, et on comprend bien qu'il est autobiographique, d'où la difficulté pour un lecteur de vous faire part sincèrement de son ressenti sans risquer de vous heurter. Je ne m'y risquerai donc pas.

Sur la forme : j'ai lu maintenant un certain nombre de vos écrits, et je trouve que vous avez une bonne plume mais qui manque un peu de style. Je m'explique. Vos textes sont un mélange de très bonnes choses, preuve que vous avez un certain talent, et de choses tout à fait banales, voire un peu plates sur le plan stylistique. Peut-être gagneriez-vous à écrire moins (ou moins vite ?) et à peaufiner votre style, c'est-à-dire à travailler plus chacune de vos phrases, vos choix de mots, vos images qui ne sont pas toujours originales, le rythme des phrases qui n'y est pas toujours non plus.

Vous allez me dire, qui suis-je pour vous dire ces choses ? Oh juste un lecteur parmi d'autres, donc personne ne vous oblige à tenir compte de ce qu'il vous dit !
Revenir en haut
René Berthiaume
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 84

MessagePosté le: Mar 14 Déc 2010 - 14:15    Sujet du message: REQUIEM POUR LA FEMME QU'IL AIMAIT Répondre en citant

Vore fidélité et votre sincérté me touchent beaucoup.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:43    Sujet du message: REQUIEM POUR LA FEMME QU'IL AIMAIT

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace Nouvelles, Autobiographies, Textes et Récits courts -> Nouvelles Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Referencement
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group -- Template created by dav.bo=> GreenStylus --

Portail | Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation