http://ecrire.clicforum.com 2011-07-26 Créations littéraires :: PAPY DIEU
  Créations littéraires
 
Index
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 


 Bienvenue  
PAPY DIEU

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace Nouvelles, Autobiographies, Textes et Récits courts -> Nouvelles
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
René Berthiaume
Réputation
Réputation

Hors ligne

Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 84

MessagePosté le: Dim 26 Déc 2010 - 15:11    Sujet du message: PAPY DIEU Répondre en citant

À la fin du départ littéraire qui venait d’avoir lieu au Paradis, une petite fille d’une douzaine d’années s’approcha de Dieu alors occupé à ramasser ses papiers.
— Excusez-moi de vous déranger, monsieur Dieu, mais c’est pour vous remettre une composition que j’ai écrite depuis que je me trouve dans votre grande maison. Comme elle vous est dédiée, j’ai pensé vous la remettre en main propre en espérant que vous la lirez et que son contenu vous fera plaisir. Sans vouloir vous offenser, je me suis permis de vous y appeler Papy.
— Ça ne m’offusque pas du tout, Annabelle. Car c’est bien ton prénom et tu as 13 ans, n’est-ce pas ? Si tu écris aussi bien que tu t’exprimes, la lecture de ton texte sera pour moi un enchantement supplémentaire à celui de t’avoir rencontrée. Au fait, le débat littéraire, qui n’en a pas été un finalement, ne t’a pas trop ennuyée ?
— Si, un peu. Mais j’étais surtout venue pour voir à quoi ça pouvait ressembler un homme de plumes, hi ! hi ! hi !
— Alors là, puisque tu as aussi le sens de l’humour, ta composition devrait m’étonner encore plus !
De retour dans ses quartiers généraux, Dieu ouvrit le cahier bleu que lui avait remis la fillette blonde dont il eut fait volontiers un de ses anges, et il se mit à lire.
Dans ce nouveau décor où je me trouve depuis quelques jours, tout est beau et merveilleux. On m’y a accueuilie comme si j’étais une princesse et deux anges pas plus grands que moi m’ont conduite dans une maison de poupée plus grande que celle que j’avais quand j’étais plus petite, si bien que je peux y habiter. Je croyais que mes parents avaient déménagé sans me l’avoir dit et qu’ils m’avaient emmenée avec eux pendant que je dormais, puisqu’il faisait noir quand je m’étais couchée dans mon lit, souffrant d’une forte fièvre.
Toujours est-il que j’ai fait ce voyage seule, car je n’ai pas vu mes parents quand j’ai ouvert les yeux ni rien de ce qui m’était familier. C’est probablement un avion qui m’a transportée, parce que je me souviens d’avoir vu des étoiles en cours de route.
Grâce à Papy Dieu, que je nomme ainsi parce qu’il me fait penser à mon grand-père Léon, qui avait aussi une grande barbe blanche et de beaux yeux bleus, je me suis fait des tas d’amis de mon âge qu’il m’a lui-même présentés : la douce Alice, qui s’émerveille encore plus; Peter Pan, qui a maintenant tout le cosmos à lui pour voler; Tom Pouce et le Petit Poucet, qui n’ont toujours pas grandi, et Pinnochio, qui a toujours son grand nez.
J’ai fait aussi la connaissance de la belle Cendrillon (qui attend toujours l’arrivée de son Prince charmant) et de la souriante Fée des étoiles (qui a largué le Père Noël parce qu’il s’était enivré et qu’i avait perdu tous les cadeaux destinés aux enfants lors de leur dernière tournée). Toutes deux sont très gentilles et elles veillent sur moi comme deux grandes sœurs.
Chaque jour, j’apprends de merveilleux secrets et découvre des beautés nouvelles : des fleurs, des papillons, des oiseaux m’offrant à voir d’autres couleurs que celles que je leur connaissais avant.
J’ai aussi appris à jouer du piano et je fais aujourd’hui partie d’un petit groupe de musiciens. Nous n’interprétons que des pièces de Mozart, le compositeur préféré de Papy Dieu.
Pas un seul instant je ne m’y ennuie. Mais il faudrait bien que je demande à Papy Dieu où se trouve Papy Léon. II serait sûrement content de me voir, et moi aussi ! J’aimerais bien aussi lui demander s’il sait pourquoi papa et maman m’ont laissée seule.
À ce moment précis de sa lecture, Dieu délaissa le cahier qu’il tenait entre ses mains pour se rendre voir Annabelle.
À celle-ci, il expliqua que son grand-père tardait à arriver parce qu’il avait à réparer pour le moment certaines erreurs qu’il avait commises et, comme il travaillait bien, elle le reverrait très prochainement. Quant à ses parents, ils se portaient bien. Et s’ils n’avaient pas accompagné leur enfant, c’est parce que c’est lui, Dieu, et non un avion, qui l’avait conduite dans son Paradis, sachant qu’il en était mieux ainsi puisque telle était la destinée d’Annabelle.
Avant de quitter sa jeune élue, la sachant maintenant rassurée, Dieu lui dit qu’il avait jusqu’à présent bien aimé la lecture de sa composition et qu’il avait grande hâte de la poursuivre. Ce qu’il fit aussitôt rentré chez lui.
Je me suis mis à lire aussi Le Petit prince, le conte écrit par Saint-Exupéry, que j’avais vu lors du débat raté, mais non la rencontre qui m’avait permis de constater que les écrivains n’ont pas de plumes sur leur tête, contrairement à ce que je pensais. Le livre que je lis me plait énormément et j’aurais bien aimé l’avoir écrit moi-même. Et ce Petit prince, je suis sûre qu’il existe, aussi vrai que tous ces personnages de fiction dont j’ai parlé tantôt et que je vois presque tous les jours. Ça serait chouette de le rencontrer. J’espère qu’il soigne encore sa petite fleur, parce qu’il ne faut jamais abandonné ceux que l’on aime.
Dieu, une fois de plus, interrompit sa lecture. Mais, cette fois pour se dire que ça serait une bonne idée qu’Annabelle et le Petit prince puissent se rencontrer et devenir ainsi assurément de grands amis. Mais, pour arranger cela, il décida d’attendre à plus tard, quand il en aura terminé avec le manuscrit d’Annabelle. Ainsi pourrait-elle entreprendre
ensuite la rédaction d’une nouvelle composition, cette fois peut-être en formant duo avec l’enfant du grand écrivain français. Un nouveau texte qu’il lirait alors avec un double plaisir.
Lisant le lendemain les dernières pages de Papy Dieu, force lui fut de constater qu’Annabelle était presque tombée en panne, ayant peu de choses nouvelles ou intéressantes à raconter. Dommage… Mais pas tant que cela, à bien y penser, puisque ça forçait ainsi la main de Dieu à intervenir pour ne pas laisser un si beau talent se tarir.
Quelques jours plus tard, quand il jugea que Papy Léon était maintenant méritant de sa récompense, il envoya un de ses anges le chercher sur la terre. Quand cela fut fait, il demanda à ce qu’on lui amène le vieil homme, à qui il donna l’adresse de sa petite-fille pour qu’il lui fasse la surprise d’une visite inattendue mais espérée.
À la suite de ces heureuses retrouvailles, Dieu se rendit une semaine plus tard à la maison où habitait Antoine de Saint-Exupéry avec son Petit prince, après avoir demandé à Annabelle de bien vouloir l’accompagner car il avait à lui présenter un nouvel ami-surprise.
C’est ainsi que le Prince rencontra une petite fille qui deviendrait plus tard son amoureuse après avoir été son amie. Ensemble, sous la supervision conjointe de l’écrivain, qui agirait comme conseiller et de Papy Dieu, qui allait devenir éditeur dans ses moments libres, c’est ensemble donc que les deux enfants se mirent à la tâche d’écrire une nouvelle version, et beaucoup plus longue que le première, du fameux conte à qui ils donnèrent le titre cette fois de Le Petit prince et la Duchesse de la lune.
Le fruit de ce long travail, réalisé dans le plus grand des bonheurs imaginables, donna une œuvre magistrale qui aurait gagné tous les prix littéraires si elle avait été publiée sur la terre et non dans le ciel.
Dieu en fit un livre esthétiquement très beau, avec une illustration de page-couverture signée Michel-Ange, des pages imprimées sur du papier-parchemin, un avant-propos écrit par lui, un texte d’introduction signé par Saint-Ex, le tout enveloppé sous cellophane, avec en prime un signet en or.
Le livre fut ensuite traduit dans toutes les langues, tiré à des millions d’exemplaires offerts gratuitement mais disponibles seulement en Paradis.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 26 Déc 2010 - 15:11    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Créations littéraires Index du Forum -> Espace Nouvelles, Autobiographies, Textes et Récits courts -> Nouvelles Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Referencement
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group -- Template created by dav.bo=> GreenStylus --

Portail | Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation